Festival d’Automne des Vins | Les coups de cœur de l’équipe

Selection iDealwine Vins Foire aux vins

C’est un fait, le Festival d’Automne des Vins d’iDealwine ne séduit pas uniquement nos très chers clients ou tout autre amateur mais aussi, et surtout, nous autres, iDealwinners. Il faut dire que, depuis le temps que nous soignons cette sélection, nous avons eu le temps de rêver devant ses flacons… et de craquer dès l’ouverture de la vente. Braquons les projecteurs sur les coups de cœur de l’équipe.

 Sophie, chargée de clientèle

Versante Nord 2016, un vin classé en IGP Terre Siciliane, d’Eduardo Torres : J’ai dégusté leur cuvée « Uve Bianche » / Bianco Terre Siciliane 2017 cet été lors d’un séjour en suisse et j’avais particulièrement apprécié le travail soigné et certifié biodynamique de ce domaine. J’ai donc inévitablement craqué pour ce rouge qu’il me tarde de découvrir.

XB, le vin du Pays d’Hérault du domaine de la Terrasse d’Elise : à force de vous le dire, vous devez savoir que j’apprécie les apéritifs dinatoires entre amis. Il se trouve que mes proches aiment beaucoup la syrah… Que j’ai donc plaisir à leur servir à travers ce vin de copains frais, franc, fruité et intensément persistant.

Jean-Baptiste Martin du service Domaines et Vendeurs

Porto tawny 40 years old de Quevedo : considéré comme l’un des plus beaux nectars de la maison, ce flacon est une bonne introduction pour s’initier aux vieux vins de Porto. Je l’accompagne idéalement d’un dessert, au chocolat ou au caramel par exemple.

Rueda 2016 de la Bodega Ossian : restons dans le sud avec ce vin qui, étonnamment, tire ses origines d’un terroir de vignes rouges. J’apprécie ce vin réalisé à partir de vignes préphylloxériques qui poussent à 800 mètres d’altitude dans les montagnes de Rueda et qui se démarque ainsi par une grande fraîcheur.

Bordeaux étant encore et toujours une valeur très sûre, je choisis aussi un château-monbrison 2017, un très beau margaux à un rapport prix-plaisir défiant toute concurrence… mais uniquement le temps de notre Festival d’Automne des vins, un cos-d’estournel 2015, millésime déjà iconique, ainsi qu’un château-d’yquem 1995 qui me paraît à portée de main compte tenu de son prestige.

Victoire, assistante marketing digital

Côtes de Provence 2019 du château des Garcinières : L’été me manque déjà, alors voici un rosé frais et léger que j’ai ouvert dès la fin du confinement le temps d’un apéritif entre amis ! Alva, responsable du marché asiatique, considère que ce rosé accompagne aussi idéalement des plats asiatiques comme du riz frit servi avec un blanc d’œuf, des fruits de mer ou de la viande blanche. Etant une grande amatrice de cuisine asiatique, je vais définitivement tester cet accord 😊

Hermitage 2012 de la maison Guigal : Autre coup de cœur, que j’ai déjà eu l’occasion de présenter. Un vin que j’apprécie pour sa puissance, ses beaux tanins, ses notes de fruits noirs, d’épices et de vanille. Véritable vin de gastronomie, il s’accorde très bien avec des viandes rouges et des fromages affinés… Un tout autre registre gastronomique que celui cité précédemment !!

Elsa, responsable marketing et communication

Pinot gris grand cru Rangen de Thann Clos Saint-Urbain 2015 Zind-Humbrecht : J’avoue ne l’avoir encore jamais gouté… mais j’en rêve ! Réputé très sec et puissant, minéral et salin, il se dégusterait très bien avec des mets iodés. Je pense éventuellement à un poisson, un bar par exemple, en sauce aux agrumes confits.

Cuvée 740, le champagne de Jacquesson : voilà un champagne que je connais bien ! Je l’ai déjà bu à plusieurs reprises, en 740, 738 et d’autres bases de millésime. Il s’agit-là d’une base de 2012 parfaitement équilibrée et dotée à la fois de puissance et de finesse. Tendue et énergique, elle est riche en saveurs fruitées et minérales. C’est pour moi un vrai breuvage de gastronomie, qui accompagne des entrées comme du saumon fumé et même, pourquoi pas du foie gras. Car, si d’ordinaire on privilégie des blancs de noirs pour cet accord, celui-ci dispose de la vinosité nécessaire.

Tiffany, du pôle Expertise et Logistique

Parce qu’un repas commence toujours par une petite bulle j’ai, moi aussi, sélectionné l’incontournable cuvée 740 de la maison champenoise Jacquesson qui incarne, à mes yeux, la dentelle de Champagne, la plus petite des grandes maisons ! 740 correspond donc au millésime 2012, une année que j’apprécie particulièrement pour cette région. Accompagnez-le de gougères, de caviar ou, plus simplement, de saumon fumé lors des fêtes.

L’automne est là et diffuse un fumet de gibier. Quoi de mieux qu’une calcinaire rouge du domaine Gauby ? Cette cuvée tord le cou aux idées reçues sur les vins du Roussillon, puissants et tanniques. Ici finesse, délicatesse, tanins fondus et parfum de fruits de noir vous attendent. N’hésitez d’ailleurs pas à goûter La Muntada si vous en avez l’opportunité !

Un apéritif entre amis ? Laissez-vous tenter par la cuvée Kopin de chez Jean-François Ganevat, un assemblage étonnant de chardonnay du Mâconnais et du Jura ainsi qu’une pointe de riesling. Il se mariera très bien avec vos plateaux de fromage, notamment avec les pâtes dures. Les plus audacieux tenteront l’accord avec une bonne blanquette de veau.

Orlaith, chargée du marketing international : j’ai d’abord sélectionné un chambolle-musigny de Laurent Roumier que j’affectionne pour sa délicatesse et finesse. Pour un vin à boire entre amis, je choisirais le Grand Cru Sommerberg d’Albert Boxler. Je ne l’ai pas encore dégusté, mais après l’avoir vu sur les posts Instagram de FrenchWineTutor, j’attends avec impatience le moment où je découvrirai son incroyable couleur dorée et son bouquet exubérant. Pour ma cave, j’opte pour le terrasses-du-larzac 2016 de la star Montcalmès. L’idée ? Laisser cette cuvée vieillir pour en apprécier sa grande complexité, son ampleur, sa structure épurée et ses tanins soyeux. Moi qui suis irlandaise et qui adore les fruits de mer, je me tourne aussi vers un champagne d’exception, la cuvée 740 du domaine Jacquesson, que j’espère garder (si j’y arrive) pour les fêtes de fin d’année. Enfin, pour faire honneur à mon île d’Emeraude, j’accorderai le chablis 2018 de Dominique Gruhier au saumon fumé bio irlandais, le temps d’un petit brunch dominical !

Et vous, quels vins vous ont fait de l’œil ?

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Cheval Blanc contre Cheval-Blanc

Stupeur et tremblements dans le microcosme bordelais. Le géant Cheval Blanc vient de perdre son procès contre un vin d’AOC ...

Alsace vignes automne iDealwine

Palmarès Alsace | Le TOP 20 semestriel dans les ventes aux enchères

Direction l’Alsace pour découvrir les flacons qui ont attisé les convoitises au cours du premier semestre 2019.

Recette de la semaine – Gaspacho andalou

C’est l’entrée magique de l’été : pleine de vitamine, peu calorique, pleine de parfums et rafraîchissante, la perfection ! Une recette facile et économique qui a simplement besoin de produits ...