Château des Jacques à Moulin-à-Vent : une ambition bourguignonne

HATEAU DES JACQUES BEAUJOLAIS MOULIN A VENT GAMAY

L’acquisition du Château des Jacques par la Maison Jadot remonte à 1996, depuis cette date, cette institution bourguignonne n’a de cesse de faire monter en qualité et en notoriété la propriété, qui fait figure de référence dans le Beaujolais. Nous vous proposons de replonger au cœur de cet emblème via une visite de notre président mi-février 2018 au domaine, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle cuverie.

Cette journée d’approfondissement nous a donné la possibilité de le vérifier encore avec les explications passionnantes de Cyril Chirouze, talentueux vinificateur du Château des Jacques, et son prédécesseur Jacques Lardière, chantre de la physique moléculaire du vin.

Après 20 années consacrées aux vignes – analyse du parcellaire, replantation, changements des techniques de culture – et aux méthodes de vinification – fin de la vendange entière et des macérations semi-carboniques, retour à l’égrappage traditionnel, aux macérations longues et mise en place de l’élevage sous bois – la Maison Jadot a décidé de réinvestir les bâtiments : rénovation du château et du parc et surtout création d’une cuverie moderne et ultra-fonctionnelle.

La nouvelle cuveriecuverie

Très loin des canons de beauté bordelais, rien n’attire l’œil à l’extérieur, le bâtiment se présentant comme un simple bâtiment d’exploitation. Il n’en est rien à l’intérieur, tant l’on est séduit par le design sobre, efficace et moderne des aménagements, encadré par de belles poutres et des lambris apparents. On comprend tout de suite que ce bâtiment a été conçu pour servir un plan qualitatif ambitieux. Il permet un traitement confortable et rapide de la vendange. Le nombre important et la diversité des cuves (inox thermo-régulées, ciment, cuves ovoïdes) permet de s’adapter aux particularités des lieux-dits et des millésimes. « Un magnifique écrin », selon les mots de Cyril Chirouze.

Après la visite des installations techniques, nous voici partis pour les travaux pratiques.

 Dégustation horizontale

La dégustation horizontale des millésimes 2016 et 2017 permet de mieux percevoir la diversité des lieux-dits du vignoble du Château des Jacques et donc tout le travail d’assemblage ou de vinification parcellaire.

Avant d’attaquer les rouges, le domaine présente son fameux Clos-de-Loyse blanc, d’abord en version beaujolais blanc avec élevage en cuve inox ; puis en appellation bourgogne blanc, avec un élevage à 50% en fûts. Sur un sol granitique de la plaine de la Saône, au nord du Beaujolais (à l’inverse de la plupart des beaujolais blancs issus de la région des pierres dorées), ce vin présente une interprétation originale du chardonnay sur un sol granitique. Le bourgogne présente un nez de pêche blanche, avec une bouche généreuse et ample et une belle finale. La version beaujolaise est délicate et sapide, avec une finale miellée. Les deux cuvées sont semblablement intéressantes.

Nous attaquons ensuite les rouges issus de l’appellation Moulin à Vent. Tout d’abord, dégustation du moulin-à-vent du domaine, composé des vins des 5 lieux-dits historiques et de 3 autres lieux-dits spécifiques : Vérillats, La Rochelle et Champ de Cour. Ce vin se distingue par une belle épure et une jolie gourmandise. Viennent ensuite les parcellaires de Moulin à Vent : La Roche au sol de granit rose et à l’exposition sud / sud-est, léger et aérien. Le Clos du Grand Carquelin au sol plus argileux et à l’exposition sud est plus charnu, profond et structuré. Le Clos des Thorins, au sol granitique profond et exposé plein sud est un vin puissant et masculin, solaire et taillé pour la garde. Le Clos de Rochegrès, plus en altitude (lieu-dit au mont culminant à 361 mètres) avec un sol granitique assez argileux traversé de nombreux filons de quartz, offre un nez de griotte très séduisant, une très belle fraîcheur, il se goûte déjà fort bien. Notre coup de cœur dans cette série.

Nous procédons de la même manière en goûtant les vins de l’appellation Morgon, avec la cuvée domaine composée de vins issus des trois parcelles de Corcelette, Côte du Py et Roche Noire (Piedmont de la Côte du Py). Nous sentons très clairement la différence de terroir avec le moulin-à-vent. La roche bleue noire (diorite) apporte un supplément de puissance au vin. Encore sévère à ce stade, il présente une bouche pleine et une jolie longueur. La cuvée parcellaire Côte-du-Py est encore protégée par un peu de réduction mais nous percevons une densité et une longueur plus importante que sur la cuvée domaine. Un style sudiste, quasi rhodanien mais qui n’est jamais lourd. Un beau vin à suivre !

Enfin, nous dégustons le fleurie, la cuvée du domaine, issue de l’assemblage des vins provenant des parcelles de Bel-Air et Grille Midi. Chahuté par le climat ces dernières années, ce fleurie n’en demeure pas moins, comme son appellation, extrêmement charmeur avec sa bouche croquante de fruits rouges.

Cave Chateau des Jacques

Visite des vignes

La visite des vignes au Clos du Grand Carquelin permet de constater de visu l’application de méthodes de culture bourguignonnes sur certaines parcelles avec une taille en cordons bien nette qui permet d’aérer les grappes et la surface foliaire. Ces parcelles coexistent avec d’autres suivies en méthode traditionnelle. Les vignes sont conduites en agriculture biologique  avec un respect des cycles lunaires. Une fosse fraîchement creusée nous permettra, avec les explications très didactiques d’une pédologue, de comprendre la particularité du sol granitique mica-schisteux, qui se décompose en sable lorsque l’on le prend en main. Le Beaujolais est, avec l’Alsace, la région qui présente la plus grande diversité de particularismes géologiques, témoin d’une lointaine époque où les plaques, volcans et mers se sont combattus et entremêlés. C’est cette variété qui permet de retrouver tant de vins différents sur cette petite région.

Vignoble Chateau des Jacques

Dégustation verticale

La journée se poursuit avec une dégustation verticale du moulin-à-vent-Clos de Rochegrès. Acheté aux enchères en 1928 par la famille Thorin, propriétaire du Clos du Grand Carquelin, sous la dénomination de « Grand Cru de Moulin à Vent » (époque où la famille Mommessin devait se contenter du « Clos de Tart », n’ayant pu acquérir le cru souhaité en Moulin à Vent…), ce cru est taillé pour la garde comme va le montrer notre dégustation.

degustation verticale

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2017

Robe violine, nez de griotte, très séducteur, déjà ouvert.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2015

Robe rouge profond. Nez floral sur la violette, bouche pleine, très beau jus, structure, grande fraîcheur. Futur grand vin !

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2008

Robe évoluée. Arômes tertiaires. Ensemble bien fondu présentant une belle acidité et une belle fraîcheur.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2005

Robe pourpre, soutenue. Nez giboyeux, assez massif. « Mémoire du temps qui commence juste à se réveiller » selon Jacques Lardière.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2002

Robe rouge légère, matière très fluide, aérienne, purée de fruit, notes kirschées. Ensemble très agréable avec une finale chocolatée. On sent une belle énergie sur ce moulin-à-vent produit dans un millésime difficile. Jacques Lardière rappelle que l’influence méditerranéenne était plus marquée cette année-là avec un vent du Sud très présent en septembre.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 2000

Puissance aromatique du nez avec des arômes d’épices douces. Attaque sucrée, bouche généreuse, finale longue.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 1997

Très différent du 2000, avec des arômes tertiaires, de sous-bois, de cacao. Un profil plus terrien.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 1985

Robe rubis, éclatante. Très gourmand, notes de fruits confits, de confiseries orientales.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 1976

Le vin présente une légère turbidité qui dérange au début mais marque par sa concentration et son intensité. Jus de viande. Une fin de bouche très fraîche avec une finale immense. Un très beau vin, très émouvant.

  • Moulin à Vent Clos de Rochegrès 1967

Robe brune évoluée. Notes de cerises à l’eau de vie. Sapidité. Belle longueur.

Dîner

La journée s’est conclue en beauté dans la nouvelle cuverie autour d’un dîner concocté par Sébastien Chambru, Chef du restaurant étoilé l’O des Vignes. Pierre-Henri Gagey en a profité pour féliciter ses équipes et rappeler l’attachement de la Maison Jadot à restaurer le prestige du Beaujolais, ce nouvel outil étant une étape supplémentaire. L’occasion de re-goûter les vins à table.

Diner-chateau-des-jacques

En premier lieu un bourgogne Clos-de-Loyse 2009 à parfaite maturité sur un délicat cabillaud confit au bouillon de crevettes grises. Puis, un généreux moulin-à-vent-Clos-de-Rochegrès 1999 sur une selle d’agneau farcie, polenta provençale.  Le très attendu moulin-à-vent Clos-de-Rochegrès 1978 était présenté avec une composition de chèvre et figues. Le vin, encore fringant, rendait un bel hommage à ce millésime mythique. Même si Jacques Lardière estimait que tout le potentiel n’était pas dévoilé, sans doute en raison d’une vinification un peu stricte.

Le repas s’est achevé par un très bel accord entre un puissant et épicé morgon-Côte-du-Py 2003 et un délicieux dessert fait de textures de chocolat grand cru relevé et glacé de framboise.

Pour paraphraser Robert Sabatier qui disait « il faut s’efforcer d’être jeune comme un beaujolais et de vieillir comme un bourgogne », on pourrait souhaiter « s’efforcer d’être jeune comme un beaujolais et vieillir comme un beaujolais », si ce dernier est de grande qualité.

Ce qu’en disent les guides

Revue du Vin de France (Guide Vert 2021) – 2**Étoiles/3

Depuis son acquisition en 1996 par la maison beaunoise Louis Jadot, la signature domaine est totalement acquise et “Les Jacques” rayonne comme un modèle de beaujolais de garde, tout en continuant de s’appuyer sur des méthodes bourguignonnes. Passée l’époque Guillaume de Castelnau (directeur de 2000 à 2014), Pierre-Henri Gagey a redonné les clefs en 2016 à Cyril Chirouze, ingénieur agronome et œnologue, qui y avait vinifié entre 2007 et 2013. Les cuvées parcellaires demandent un minimum de cinq ans de garde pour exprimer pleinement l’identité de leur sol. On sent que la transition vers le bio et la construction de la nouvelle cuverie ont permis de passer un nouveau cap dans la définition des crus. Nous suivrons de près cette progression.

Le Guide des vins Bettane & Desseauve – 4****Étoiles/5 :

Le domaine, propriété du Beaunois Louis Jadot mais géré de façon autonome, a bien grandi depuis son acquisition en 1996. Le vignoble s’étend sur 90 hectares, essentiellement en moulin-à-vent dont il est l’un des grands spécialistes. Il possède des parcelles dans les meilleurs secteurs comme Rochegrès, la Roche, Carquelins et depuis peu la Rochelle. Cyril Chirouze poursuit l’œuvre d’excellence engagée il y a plus de quinze années.

Retrouvez tous les vins du Château des Jacques

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Dégustation : à la découverte des vins de Nouvelle-Zélande

L’Office du Tourisme de Nouvelle-Zélande vient d’organiser au sein de l’ambassade française à Paris une dégustation de vins de cette lointaine contrée. L’occasion de découvrir des sensations très différentes de ...

quintus

Les châteaux Quintus et L’Arrosée fusionnent leurs vignobles à Saint-Emilion

Après les récents rachats à Saint Emilion, Château Tertre-Daugay devenu Château Quintus (en 2011) puis Château l’Arrosée (en juin 2013), le groupe Clarence Dillon (Haut-Brion) décide de fondre les deux ...

Mas de Daumas Gassac : le « grand cru » languedocien

A la tête du Mas de Daumas Gassac, les quatre fils d’Aimé Guibert valorisent, comme leur père, le Languedoc, sa terre et sa nature.