Les mots du vin : les maux de la vigne, mildiou, oïdium et compagnie

oidium-de-la-vigne-4La semaine dernière, nous avons vu l’arrivée des principales maladies de la vigne et en particulier du phylloxéra qui a marqué à jamais la mémoire du monde viticole. Cette semaine nous allons faire le tour autres maladies courantes.

Il y a deux grands types de maladies de la vigne (dont certaines affectent également d’autres plantes) : les maladies dues à des champignons et celles due à des insectes.

Les maladies liées à des champignons

Les deux maladies de ce type les plus courantes sont le mildiou et l’oïdium. Deux maladies qui affectent avant tout directement les rendements et plus indirectement la qualité des raisins.

Le mildiou : ce champignon se développe sur les feuilles. Il cause des dommages directs à la vigne en provoquant la déformation des pousses, des vrilles et des grappes ou en provoquant la chute prématurée des feuilles, ce qui augmente la vulnérabilité de la vigne. La maladie se développe surtout lors des printemps et des débuts d’été frais et humides. Le traitement le plus naturel se fait principalement par la “bouillie bordelaise”, une solution à base de sulfate de cuivre et de chaux ou, de façon moins naturelle, par des traitements chimiques.

L’oïdium : un champignon qui s’attaque à tous les organes verts de la vigne et en particulier aux jeunes baies en voie de croissance. Cette attaque se traduit par l’apparition d’une poussière grisâtre. Les vignerons luttent contre cette maladie grâce des pulvérisations de soufre. Les rosiers qu’on voit souvent au bord des vignobles servent de “sentinelles” car ils sont attaqués en premiers par la maladie, indiquant ainsi au vigneron qu’il doit traiter.

On peut citer aussi : l’esca qui s’attaque aux pieds des vignes qui finissent par mourir, le black rot, maladie des feuilles et des grappes, la pourriture grise (un botrytis qui a mal tourné !) qui provoque une moisissure sur les grains et altère leur qualité (elle donne souvent un goût d’iode marqué).

Les maladies liées à des insectes, des acariens, des virus ou des bactéries

Les insectes et acariens : ce sont par exemple le phylloxera (voir ci-dessus), la cicadelle (petit insecte verdâtre qui s’attaque aux feuilles qui se dessèchent puis finissent pas tomber prématurément), la phalène (une chenille qui s’attaque aux bourgeons). Parmi les acariens qui s’attaquent à la vigne on trouve surtout les araignées rouges et jaunes qui provoquent ensuite des maladies du feuillage ou des grappes.

Les vers de la grappe : les plus connus sont l‘Eudemis et le Cochylis, et ils occasionnent des dégâts importants.

Virus et bactéries : on dénombre une quarantaine de virus qui s’attaquent à la vigne. Ils se transmettent généralement par la greffe. Parmi les diverses maladies de la vigne transmises par virus, la plus fréquente est le court-noué. Dans ce cas, le virus est transmis d’une plante à l’autre par des vers de très petite taille et entraîne d’importantes baisses de rendements. Un vignoble atteint de court noué doit être arraché en veillant à extraire toutes les racines, puis laissé en repos plusieurs années. Parmi les maladies transmises par des bactéries, il faut citer la flavescence dorée (transmise par la cicadelle), dont l’obligation de traitement “chimique” a provoqué le refus très médiatisé de certains vignerons en bio (voir le procès intenté à Emmanuel Giboulot en Bourgogne et l’article du blog d’iDealwine, lien ci-dessous).

Des maladies, en particulier le mildiou, en général très favorisées par les printemps frais et humides comme ceux de 2012 et surtout 2013, et qui expliquent des millésimes très déficitaires en rendements ces deux dernières années, particulièrement dans les régions les plus sensibles comme le Bordelais ou la Bourgogne. Avec ces pénuries de vin, ce n’est pas demain que les prix vont faire une pause… Même si 2014 est, jusqu’à présent, beaucoup moins touché (à part par la grêle dans quelques vignobles).

 

Tous les vins actuellement en vente sur iDealwine

 

Recherchez le prix d’un vin

A lire dans le Blog iDealwine :

Les mots du vin : le phylloxéra et les maux de la vigne

La polémique Giboulot : peut-on obliger un vigneron à traiter ses vignes ?

 

Les mots du vin : faut-il carafer les vins avant de les servir ?

Les mots du vin : pigeage, délestage, remontage, vous avez pigé ?

Pourquoi y a-t-il des bulles dans le champagne ?

Les mots du vin : le soufre, ange ou démon ?

Les mots du vin : ni collé, ni filtré, pourquoi ?

Les mots du vin : petits mensonges sur les rendements

Les vieilles vignes sont-elles toujours vieilles ?

Les vendanges en vert, à quoi ça sert ?

On sert le vin blanc très frais et le rouge à température ambiante. Vrai ou faux ?

Le vin blanc c’est pour le poisson et le rouge pour la viande. Vrai ou faux ?

Il faut toujours servir les blancs avant les rouges. Vrai ou faux ?

Pourquoi le vin rouge… est-il rouge ?

Pourquoi les vins sucrés sont-ils … sucrés ?

 

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

fitou vin bio languedoc

Le Champ des Sœurs, un domaine atypique à Fitou

Dans la série des domaines avec qui iDealwine commence à travailler en direct, le château Champ des Sœurs est LA référence languedocienne. A Fitou, Laurent Maynadier et Marie Valette cultivent ...

Enchères : Bordeaux, Bourgogne, Loire… Ces flacons que le monde nous envie

Gommé, le voile de temps gris venu nous rappeler que l’été s’achève. Oublié, le stress des mille et une contraintes ...

coteaux hermitage

Marché : les vins du Rhône assument leur stratégie de montée en gamme

Inter Rhône vise clairement une « premiumisation » de ses vins, en direction du milieu et haut de gamme. Fière du potentiel de ses terroirs et de ses appellations, c’est ...