Bordeaux : les vins de Sauternes peuvent-ils disparaître ?

VO-2014-09-12-largeLes vins liquoreux sont, comme chacun sait, les vins de Bordeaux les plus difficiles à produire. Les rendements sont microscopiques (8 à 9 hectolitres par hectare en moyenne), et la production entièrement dépendante de l’apparition de la pourriture noble, conséquence de l’action du fameux château de Fargues, il dresse pour Paris-Match, dans le numéro spécial vin paru dans ces jours-ci, un bilan amer des évolutions récentes de la filière viticole propre à ce vin.

« Nous sommes revenus aux prix obtenus il y a quinze ans. Nous allons vers un suicide collectif pour toute la filière viticole, pour la propriété condamnée à abâtadir sa production, pour l’appellation Sauternes et pour le négoce lui-même, qui perdra une large part de sa crédibilité dans l’abandon d’un pan entier du classement de 1855 et d’une AOC exceptionnelle dans le cénacle des grands vins girondins », déplore-t-il dans une lettre adressée au négoce de Bordeaux. Les difficultés financières seraient telles que le vignoble de Sauternes, aux terroirs et aux vins si particuliers, pourrait à terme être poussé presque de force à se noyer dans « l’océan des vins sucrés ou bien encore dans la production d’un blanc sec… C’est comme si les premiers crus du Médoc étaient condamnés à se reconvertir dans la production de vins rosés. » Le constat est sans appel…

Nous constatons nous aussi sur la plateforme d’iDealwine que les enchères atteignent rarement les sommets, ou alors sur des millésimes très, très anciens. Le Château d’Yquem n’échappe pas à cette règle. Ainsi, une bouteille d’un premier cru classé (Sigalas Rabaud) d’une des plus grandes années (1990) s’échange autour de 50 euros. De même, un Château de Fargues 2001 (une année exceptionnelle pour le Sauternes), ne dépasse pas les 80 euros… Si ces prix restent sages, ils n’ont absolument rien à voir avec les sommes déboursées pour les équivalents du Médoc ou de Saint-Emilion, et ne parlons pas de la Bourgogne…

Pourtant, en amoureux de ce vin que Frédéric Dard qualifiait de « lumière bue », le Comte de Lur-Saluces ne cède pas au défaitisme. Au contraire, son optimisme révèle une conviction sans faille, une confiance totale envers les vins de Sauternes. « On maintiendra la qualité, on sortira encore des chefs d’œuvre », argue-t-il. Ce n’est pas la première fois que l’existence même des vins liquoreux à Sauternes est questionnée. « On me disait dans les années 60-70 que le vin liquoreux du château (d’Yquem, ndlr) ne durerait pas, que le système de vendanges fondé sur la quête problématique du botrytis, des tries successives jusqu’à Noël, n’avait aucun avenir ». Le temps lui a pour l’instant donné raison, mais les difficultés reviennent aujourd’hui sans doute plus fortes que par le passé. « Je suis convaincu que l’on peut faire aimer ce vin de toute beauté. S’il y a un vin d’art en Gironde, c’est bien le sauternes ». Cette espérance est tout à fait légitime au regard de la qualité des vins produits. S’il y a bien un vin au rapport qualité/prix imbattable aujourd’hui, c’est à Sauternes qu’on le trouve. Puisse cet avantage un peu empoisonné sauver ce vin particulier qui participe grandement à la richesse et à la diversité des grands vins de Bordeaux.

Retrouvez une collection exceptionnelle de vins de Sauternes et de vins blancs secs de Bordeaux (vente terminée) dans la vente on-line qui se déroule jusqu’au 24 septembre !

Consultez la liste des vins de Sauternes en vente

Cote iDealwine de deux vins de Sauternes

 

Château d’Yquem

Vin Cote iDealwine
Château d’Yquem 2001                           558 €
Château d’Yquem 1996                           216 €
Château d’Yquem 1990                           281 €
Château d’Yquem 1989                           267 €
Château d’Yquem 1988                           307 €
Château d’Yquem 1986                           235 €
Château d’Yquem 1967                       1 180 €

Château de Fargues

 

Vin Cote iDealwine
Château de Fargues 2001                        78 €
Château de Fargues 1996                        70 €
Château de Fargues 1990                     108 €
Château de Fargues 1989                       96 €
Château de Fargues 1988                     107 €
Château de Fargues 1986                        70 €
Château de Fargues 1967                     160 €

 

Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Pas de primeur 2013 pour le Château d’Yquem

Château d’Yquem s’affranchit de l’appellation Sauternes

Il y aura de très bons Sauternes en 2012, même sans Yquem et Rieussec !

Pas de millésime 2012 pour le Château d’Yquem

Pas de millésime 2012 pour le grand vin du Château Rieussec

Pour les vins de Sauternes il y a une vie en dehors du foie gras

Pourquoi les vins sucrés sont-ils … sucrés ?

La vinification des vins de Sauternes

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • PORCHIER Jean-Claude

    Je m’étonne de ne pas voir mentionné ce qui est, à mon avis d’agronome, la plus grande menace, à savoir le réchauffement climatique. Il pourrait faire disparaître le Botrytis et transformer le sauternes en vin de raisins secs sans le goût de pourriture noble. Ou pire encore, si le climat devenait chaud et humide, le Botrytis pourrait virer à la pourriture grise…

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

BRÈVES DE COMPTOIR avec Thierry Germain, Domaine des Roches Neuves

Ce vigneron énergique, un rien perfectionniste, adepte de biodynamie et qui puise son inspiration dans les arts, la littérature et la terre, s'est plié de bonne grâce à notre questionnaire.

228 Litres, bar connecté à iDealwine, ouvre ses portes aux amateurs parisiens

Vous cherchez une bonne adresse à Paris pour boire un verre ou une jolie bouteille entre amis ? La chance vous sourit avec ce bar à vin d’un nouveau genre ...

Santenay 1er cru Clos Rousseau : une nouveauté signée Louis Jadot

Ce Premier Cru, situé au nord du village de Santenay sur la route de Chassagne, est une nouveauté chez Jadot puisque le 2006 est leur premier millésime.