Allocation de la semaine | Alexandre Bain, le trublion de Pouilly-Fumé

idealwine alexandre bainPleins feux sur Alexandre Bain et ses vins de terroir. Ce vigneron passionné s’est fixé pour mission de produire le meilleur vin tout en respectant l’environnement. Biodynamiques et nature, ses vins sont le reflet d’un travail précis et minutieux, et ses sauvignons mûrs révèlent ce terroir unique du Centre de la France.

Alexandre Bain, originaire de Pouilly-Fumé, s’est installé en 2007 à Tracy-Sur-Loire, non loin de Sancerre. Plantés sur des sols à majorité argilo-calcaire, ses vignes de sauvignon recouvrent 11 hectares. La démarche d’Alexandre Bain consiste à réaliser des vins de terroir, expression des parcelles uniques dont il dispose. Lorsqu’on lui demande quels sont ses choix en matière d’élevage, Alexandre Bain répond qu’ils sont « personnalisés aux besoins du vin, a minima 18 mois ». Pour sublimer ses vins, Alexandre Bain nous conseille de les accompagner de cuisine épicée : épices thaï, curry gingembre, citronnelle, poivres en tout genre sont autant de saveurs qui promettent un accord passionnant. Selon lui, les vendanges 2018 annoncent un beau millésime, même s’il est bien trop tôt pour en parler. C’est au printemps 2019 que l’on pourra se prononcer sur les 2017 qui seront mis en bouteille à cette période.

Alexandre Bain, un vigneron engagé

Alexandre Bain est un vigneron pleinement engagé pour la protection de l’environnement, il en a fait une philosophie. Pour lui les vins « nature » sont loin d’être un effet de mode. Il s’agit au contraire d’une démarche réfléchie, qui lui tient énormément à cœur. Il fait partie de l’association des vins naturels (AVN) qui a pour but de proposer un cahier des charges en vue de réglementer la mention vin nature, une mention qui à aujourd’hui n’est encadrée par aucune législation. Les critères pour appartenir à l’association sont très stricts, 15 étapes sont répertoriées.

Plus qu’un vigneron, Alexandre Bain s’est transformé en véritable maraîcher, apiculteur, éleveur. En effet il promeut la biodiversité dans ses vignes en introduisant des arbres fruitiers et des ruches. L’objectif est de favoriser la diversification des espèces dans les plants de vignes. Pour passer dans les rangs de vignes, il utilise des chevaux de trait lors des labours.

Partisan de la biodynamie, ces vins ne sont ni chaptalisés, ni collés, ni filtrés, et les levures utilisées sont seulement indigènes. Alexandre Bain mélange le meilleur des traditions ancestrales de vinification, liées à des outils modernes pour suivre l’évolution de ces vins lors des fermentations.

vignes loire pouilly fumé

Polémique autour de l’AOC Pouilly-Fumé

Les vins d’Alexandre Bain sont bien loin des standards de l’appellation. En valorisant le terroir, il s’éloigne des vins variétaux de la région. Les siens sont plus marqués par des notes acidulées qui tendent parfois vers des arômes de fruits exotiques. Cela a probablement contribué au fait qu’Alexandre Bain perde le droit d’utiliser l’AOC et soit déclassé en Vin de France.

En 2016 nous avions déjà écrit un article peu après qu’il perde l’habilitation à utiliser l’appellation Pouilly-Fumé. Cet article qui avait suscité de vives réactions, au motif que nous prenions uniquement le parti du vigneron. Nous ne condamnons pas la décision de l’appellation qui doit aussi promettre un cadre de référence aux consommateurs. Ce qui a pour conséquence de contraindre les vignerons à la production de vins aux profils relativement similaires. Cette affaire pose question : peut-on concilier les contraintes d’une appellation avec le souhait du vigneron de produire le meilleur vin possible avec le terroir dont il dispose ? Les amateurs d’iDealwine le savent, nous avons à cœur de mettre en avant ces vins pointus, ces trublions qui ne rentrent pas (toujours) dans les cases. D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls car les vins d’Alexandre Bain sont reconnus mondialement. En dépit de ce déclassement, les flacons du vigneron sont restés à la carte de 21 des 52 meilleurs restaurants du monde.

Les vins d’Alexandre Bain en vente sur iDealwine.com :

Vin de France Les Grandes Hâtes 

Cette cuvée provient à 100% du cépage sauvignon blanc. Alexandre Bain suit une ligne directrice rigoureuse. En effet, il souhaite : « produire des vins authentiques sans nuire aux hommes, à la terre ou à l’environnement ». Créé en 2007, son domaine de 11 hectares produit des vins cultivés avec une approche biologique et biodynamique n’utilisant donc notamment ni désherbant ni produits synthétiques. Les raisins sont cueillis manuellement, à maturité. Certaines portions fragiles du terroir sont même labourées à l’aide d’un cheval de trait qui s’appelle « Phénomène ». <br>Réputé pour ses vinifications naturelles donc, Alexandre Bain signe un pouilly-fumé exhalant un bouquet aromatique intense fait de fruits exotiques et de fleurs blanches. La bouche est bien équilibrée entre tension et saveurs bien mûres. Vous pouvez savourer ce vin aussi bien dans sa jeunesse qu’après quelques années de garde. A servir frais (12°C). Accordez ce vin à des tartines gratinées au Sainte-Maure de Touraine, un tartare de saumon au citron vert ou un cœur de Touraine cendré.

Vin de France Mademoiselle M 

Cette cuvée 100% sauvignon est issue de sols calcaires du Kimméridgien (marne à petite huître), une terre plus grasse et structurante. Suivant la ligne qu’Alexandre Bain s’est fixé, qui est de « produire des vins authentiques sans nuire aux hommes, à la terre ou à l’environnement », cette cuvée est sans sulfites ajoutés, élevée en foudres durant 18 mois. Vous l’aurez compris, la culture est biologique et biodynamique. Il en ressort un vin aux arômes fruités (agrumes, fruits blancs, fruits exotiques) et aux notes minérales. La robe est d’une intense beauté. En bouche, l’équilibre est parfait, on ne retrouve pas l’exubérance du nez, mais au contraire une grande finesse, une superbe minéralité, de l’ampleur, de la fraîcheur et une très bonne longueur avec une finale sur les amers. Un très grand vin de Pouilly-Fumé ! Servez ce vin à 15°C. Mariez le à un tartare de saumon à l’aneth et aux agrumes, un risotto aux gambas ou des huîtres.

Vin de France Pierre Précieuse 

Cette cuvée au nom bien évocateur a été réalisée de la façon la plus naturelle qui soit. Alexandre Bain suit une ligne directrice rigoureuse, il souhaite : « produire des vins authentiques sans nuire aux hommes, à la terre ou à l’environnement ». Créé en 2007, son domaine de 11 hectares produit des vins en cépage 100% Sauvignon. Le vignoble est cultivé avec une approche biologique et biodynamique n’utilisant donc notamment ni désherbant ni produits synthétiques. Les raisins sont cueillis à la main à maturité. Certaines portions fragiles du terroir sont même labourées à l’aide d’un cheval de trait qui s’appelle « Phénomène ». La fermentation a été déclenchée grâce aux levures indigènes et le soufre n’a été ajouté qu’en dose homéopathique. <br>Sa dégustation surprend par son équilibre parfait entre texture cristalline et saveurs bien mûres, tension et complexité aromatique. Superbe ! Servez ce vin à 12°C. Vous pouvez le boire dès à présent ou attendre un peu. Mariez ce vin à des crottins de Chavignol panés, des aumônières d’écrevisses ou un brochet au pouilly-fumé.

Vin de France numéro 21 

Alexandre Bain a commencé son activité de négoce motivé par l’envie de vinifier des cépages rouges comme le pinot noir, qu’il ne cultive malheureusement pas sur son domaine. Il a donc entamé un tour de France à la recherche des meilleurs vignerons prêts à lui céder un peu de raisin. Deux impératifs : que les vignes soient au moins cultivées en bio et que les raisins soient récoltés à la main. Pour cette cuvée, c’est un vigneron de Savigny-les-Beaune en Côte d’Or (21) qui lui fournit le pinot noir. Les raisins sont directement envoyés chez Alexandre Bain qui vinifie cette cuvée avec la même passion que pour ses sauvignons blancs. Le vin est élevé en vieux fûts de chêne pendant douze mois ; <br> La robe du vin est d’un rubis éclatant et son nez très expressif. On y trouve des notes de fruits rouges et d’épices. La bouche est juteuse et gourmande ; on retrouve toute la finesse du pinot. Destiné à être bu dans les cinq ans, il se mariera à merveille avec une viande braisée.

Vin de France numéro 07 

L’activité de négoce d’Alexandre Bain est née de l’envie de vinifier des cépages comme le gamay (qu’on retrouve dans la cuvée 07) qu’il ne cultive pas sur son domaine. Pour cela, il a fait un tour de France à la recherche de vignerons partageant son amour de la vigne et prêts à lui quelques raisins. Alexandre Bain s’est fixé pour seuls critères que les vignes soient au moins cultivées en bio et que les raisins soient récoltés à la main. Pour la cuvée 07, c’est un vigneron ardéchois (07) qui lui fournit du gamay. Les raisins sont directement envoyés au domaine à Pouilly pour être vinifiés avec la même passion que pour les sauvignons blancs. La vinification est entièrement naturelle, sans aucune intervention, sans collage, ni filtration et bien évidemment sans soufre. Gamay oblige, une fermentation semi-carbonique est réalisée afin de conserver toute la fraicheur du cépage comme on le voit souvent dans le Beaujolais. <br>La robe du vin est d’un rubis profond. Son nez intense laisse place à des notes de fruits rouges qui laissent présager beaucoup de gourmandise qu’on retrouve en bouche. Ce vin est un vrai régal. A boire dans sa jeunesse.

Vin de France numéro 89 

Alexandre Bain n’arrêtera décidément jamais de nous surprendre. Avec cette cuvée issue de son activité de négoce, il remet au goût du jour le césar, un cépage rouge bourguignon oublié, qu’il assemble au pinot noir. Aussi exigeant qu’avec ses sauvignons blancs, il a sélectionné les raisins auprès d’un vigneron de Chablis dans l’Yonne (89) certifié bio et récoltant ses raisins manuellement. Alexandre Bain les récupère directement dans son domaine ligérien pour commencer la vinification qu’il mène dans le plus pur style la maison : fermentation spontanée démarrant avec les levures indigènes, pas de collage, ni de filtration et encore moins de soufre. <br>Le résultat est, comme on pouvait s’y attendre, un franc succès. La robe est délicate et le nez d’une grande subtilité. On y trouve des notes de cerises, de violette et de quelques épices. La bouche suave a des tanins élégants parfaitement équilibrés. Le vin est déjà prêt à boire même s’il gagnera en subtilité au fil des années. Pour l’accord mets-vins, il se mariera à merveille avec une volaille ou un gibier.

Vin de France numéro 68 

Pour sa seule cuvée de négoce en vin blanc, Alexandre Bain a vu les choses en grand, il est allé sélectionner des raisins dans le vignoble alsacien et plus particulièrement dans le département du Haut-Rhin (68) auprès de vignerons aussi passionnés qu’il l’est. Dans la cuvée 68, on retrouve du pinot gris et du pinot blanc d’une cinquantaine d’années cultivés en biodynamie, du sylvaner cultivé en bio et du sauvignon blanc macéré d’Alexandre Bain. Le tout est vinifié au domaine avec des levures indigènes, sans collage, ni filtrage et légèrement sulfité avant d’être élevé un an dans un vieux foudre alsacien. <br>La robe du vin est brillante et le nez est très expressif, on y retrouve de délicieuses notes d’agrumes et de fruits blancs. La bouche est vive, racée avec une très belle acidité. Une cuvée à déguster dans les 5 ans et à partager aussi bien entre amis lors d’un apéritif que lors d’un repas avec un poisson à chair blanche.

Ce qu’en disent les guides :

Guide vert de La Revue du vin de France 1*

Natif de Pouilly, de parents promoteurs, Alexandre Bain est né sans vigne. Il s’installe en 2007 sur 5 hectares au lieu-dit Boisfleury (tendance argilo-calcaire) et signe cette même année son premier millésime. Il doit son goût de la terre à son grand-père agriculteur. Il le conjugue à son autre passion, la traction animale, puisqu’il travaille en labour à cheval une partie de son vignoble. Adepte de la culture biodynamique, il récolte des sauvignons mûrs, élevés en fût en sulfitant très peu. Ni levurés, ni chaptalisés, ni filtrés, ses vins se revendiquent naturels et sont dorés, généreux, parfois plus aboutis en bouche qu’au nez. Pouilly-Fumé retire l’appellation à partir de 2014 aux vins d’Alexandre Bain, lesquels, sans doute, détonnent trop au milieu du formatage satisfait, qui sert d’unique horizon à tant de vignerons du coin. Peu importe, une nouvelle étoile est née, dont nous prédisons que la renommée ira grandissante… à l’inverse de celle de l’appellation.

Les vins : Les 2014 présentés sont de haute volée. Si le raisin, très doré et surmaturé, est manifeste au nez dans Mademoiselle M, la bouche à l’envergure moelleuse, traversée de saveurs de curry et d’amers vigoureux, se présente sans le moindre sucre résiduel : très original, ce vin stimulant ne laissera pas indifférent. Supplément de finesse et d’énergie dans le VDF Champ Couturier, bluffant dans sa capacité d’allier fraîcheur et grande maturité : captivant, persistant, il déchaînera les passions et les superlatifs. Dès le premier nez du VDF Pierre Précieuse, le dégustateur est transporté dans un univers à part, d’où l’expression variétale est bannie : saveurs désaltérantes, finement exotiques et épicées, maturité charnue et scintillante, fixée par un élevage savamment dosé.

A lire également sur le blog :

Alexandre Bain, des pouilly-fumés natures biodynamiques et authentiques

Voir les vins d’Alexander Bain actuellement en vente sur iDealwine

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Recette de la semaine – Vitello Tonnato

Une recette piémontaise née il y a plus de deux cents ans et qui propose une alliance originale terre-mer. Une délicieuse entrée estivale à servir avec un blanc puissant et ...

visuel_chateau_margaux3

Château Margaux : mise sur le marché d’un troisième vin

C’est cette année que Château Margaux, grand cru classé du bordelais, mettra en vente son troisième vin, baptisé Margaux de Château Margaux.

17,8M€ de ventes de vin en 2017 (+22%) pour iDealwine

Un grand merci ! Grâce à vous, chers amateurs, nous voici n°1 des enchères de vin pour la 4e année consécutive et en forte croissance sur l’activité d’achat direct !