Quels vins buvait-on il y a quelques décennies ?

Wine Growing - Viticulture : Degustation - 19th centuryA l’occasion d’un article paru sur le blog « 365 jours en Bourgogne », de Laurent Gotti, journaliste à Bourgogne Aujourd’hui, nous trouvons intéressant de faire un point sur l’évolution dans le temps des goûts en matière de vin.

Il est bien difficile de savoir comment nos grands-parents, leurs parents, et les parents de leurs parents, goûtaient le vin… On sait que, de manière générale, les champagnes les plus appréciés aujourd’hui sont moins sucrés que leurs ancêtres, certes, mais à part cela…

Laurent Gotti a donc cherché à se procurer des commentaires de dégustation datant d’avant les années 1970. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces commentaires sont succincts. Olivier Jacquet, historien du vin à Dijon, a pu en rassembler quelques-uns. « Fermes », « bonne tenue » ou « toujours satisfaisant » suffisaient semble-t-il à décrire un vin. On ne cherchait donc pas d’arômes primaires, secondaires ou tertiaires, pas de rose à demi-fanées ou de boîte à cigare humide, mais juste un bilan sur le rendu global.

Il serait pourtant présomptueux de penser que les dégustateurs de l’époque avaient le palais moins développé qu’aujourd’hui. De même, les vins de l’époque n’étaient pas moins riches, il n’y a qu’à déboucher une très vieille bouteille pour s’en rendre compte. La dégustation était tout simplement moins centrée sur les arômes. Moins de paraître sans doute, et moins de compétitions de type « à celui qui en trouvera le plus ». On décrivait plus la texture, la sensation, que le nez. Lorsque l’on se risquait à parler du nez d’un vin ou de ses arômes, c’était en réalité surtout pour décrire un défaut, un goût de pourri, de bouchon, de terre…

Les descriptions aromatiques à proprement parler se sont en réalité généralisées suite à la création des AOC, en 1935. Il s’agissait alors de justifier les différences entre appellations, et pour chaque vin de prouver son appartenance à une appellation, par le biais des arômes. Difficile voire impossible donc de comparer des notes de dégustation de l’époque et celles d’aujourd’hui… Il est bien compliqué de savoir ce que buvaient nos aïeux.

Une seule solution : s’offrir une très vieille bouteille bien conservée, fermer les yeux, et remonter le temps !

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

En savoir plus sur les notes de millésimes

Nos conseils sur le service des vins et la dégustation, ainsi que la conservation des vins

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Où se cachent les plus vieux vins du monde ?

Quels accords mets et vins sur un cru de Bordeaux ? 

Les vins qu’il faut avoir goûtés avant la fin du monde

Le saviez-vous : le champagne peut-il se conserver ?

A quel moment faut-il boire un vin ?

Les mots du vin : faut-il carafer les vins avant de les servir ?

Décryptage : ce qu’il faut savoir sur la décantation et le carafage des vins

 

 

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Grand Tasting, quelle masterclass choisir ?

Le 4 et 5 Décembre prochain se tiendra la 10ème édition du Grand Tasting et comme chaque année, un plateau exceptionnel de masterclass est proposé aux visiteurs. Sur lesquels faut-il ...

 Vin de la semaine

Dès le XVIIème siècle, le Châteauneuf-du-Pape du Château de la Nerthe bénéficie d’une grande renommée. Des personnalités telles que les ...

Wine Symposium 2017

Wine Symposium au lac de Côme et verticale Armand Rousseau, le temps suspendu

Se poser sur les rives du lac de Côme, goûter d’incroyables grands crus, y croiser des géants du vin, des amateurs passionnés et d’immenses dégustateurs, aussi humbles que brillants... Récit ...