Le Cabernet Franc

Sécateur à vendangeCe cépage rouge appelé aussi « breton » dans le Val de Loire* et probablement originaire des Pyrénées espagnols, a conquis le Sud-Ouest et s’est largement propagé en Aquitaine.

On le trouve ainsi dans le Bergeracois (Bergerac, Côtes-de-Bergerac, Montravel, Pécharmant), à Gaillac (mais en minorité) et dans les Coteaux-du–Quercy.

Dans la Loire, il est le cépage majeur des appellations Anjou, Anjou-Villages et Brissac, Chinon, Saumur, Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil.

À Bordeaux, il peut être appelé « bidure ». Il représente près de 13% de l’encépagement noir du vignoble, avec plus de 14 000 hectares. Peu présent dans le Médoc où il ne couvre qu’à peine 5% des plantations, il est davantage présent dans le Libournais sur la rive droite de la Gironde avec 17% des surfaces plantées en cépages noirs mais 20% ne serait-ce que pour Saint-Émilion, dont il est l’un des cépages historiques, appelé « bouchet » dans cette partie-là du vignoble. Pomerol et Fronsac figurent parmi ses terres de prédilection, en raison de sols de sables et de limons. Car il se plaît sur des sols argileux ou sableux, profonds et riches, avec un sous-sol argileux. Le célèbre Château  Cheval Blanc en compte en moyenne 60% dans son assemblage ! A contrario, il est peu présent dans les Graves et sur Pessac-Léognan.

Hors de nos frontières, on le rencontre en Italie, au Chili, en Californie, souvent assemblé au cabernet sauvignon.

Le cabernet franc se distingue par sa finesse aromatique, ses notes épicées et sa structure. Assemblé aux autres cépages phare du Bordelais (merlot, cabernet sauvignon, petit verdot notamment), il ajoute sa rondeur au cabernet sauvignon et la finesse de ses tannins au merlot, donnant des vins proches de ceux issus du cabernet sauvignon, mais plus légers en couleur, moins tanniques, fins et élégants et assurés d’une longue garde.

Vivace, davantage sur la retenue que sur la puissance, surtout dans ses jeunes années, ce cépage délicat se montre aussi friand. Peu productif, c’est néanmoins sur ces terres bordelaises qu’il se montre le plus généreux. Les meilleurs proviennent de sols argilo-calcaires et argilo-siliceux. Assez précoce, il mûrit vite. Jusqu’à peu, son côté végétal (notes de poivron) ressortait souvent mais les meilleurs évitent aujourd’hui cet écueil.

* Les vins de Chinon et Bourgueil étaient expédiés en Angleterre via la Bretagne. D’où le nom de « plant breton » employé à l’époque, alors qu’il n’était pas planté en Bretagne.

Recherchez les vins de Saint-Emilion en vente actuellement
Recherchez les vins de Pomerol en vente actuellement
Recherchez les vins de vallée de la Loire en vente actuellement

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Entretien avec Florentine Mähler-Besse, sémiologue du vin

Aujourd’hui, on vous parle de la sémiologie du vin avec Florentine Mähler-Besse, la référence en la matière. Voyage au cœur des signes et de la communication du vin …

Drosophile Suzukii : un nouveau fléau pour les viticulteurs

Ce n’est pas le dernier modèle à deux roues d’un célèbre constructeur japonais. La drosophile Suzukii est une petite mouche venue du pays des samouraïs, apparue il y a quelques ...

Marché Vins bio

Les vins bio, un marché en plein boom

La progression du marché du vin bio en France est nette : en sept ans, le chiffre d'affaires de la filière a triplé, dépassant aujourd'hui les 1,2 milliard d’euros. Un ...