A la découverte de Banyuls

banyulsA l’extrémité Est des Pyrénées Orientales, l’appellation Banyuls s’étend sur quatre communes (Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur-Mer et Cerbère) et plonge ses coteaux abrupts dans la Méditerranée. Le vignoble compte environ 1200 hectares de terrains schisteux, pauvres et acides, royaumes du grenache.

La culture en terrasses favorise un bon ensoleillement et la proximité de la mer développe un microclimat favorable à une très bonne maturation des raisins. Les Banyuls sont des vins dits « mutés » : on ajoute de l’alcool sur le moût pour arrêter la fermentation, ce qui permet de conserver une partie du sucre naturel du raisin.

L’élevage joue un rôle essentiel. Selon le type de vin recherché, il peut être mené de deux façons. Les vins oxydatifs (« rancio »), généralement issus d’assemblages de différents millésimes ou de millésimes anciens, sont élevés dans des foudres ou des bonbonnes exposés au soleil*. Les vins dont on cherche au contraire à préserver le fruit sont mis en bouteille jeunes et évitent l’oxydation. On obtient alors un « rimage », issu d’un seul millésime. Notez que pour obtenir l’appellation Grand Cru (toujours rouge), l’élevage sous bois est obligatoire pendant 30 mois (au lieu d’un an pour le Banyuls) et le grenache noir doit représenter au minimum 75% contre 50% en Banyuls. Les vins rouges sont de couleur rubis à acajou, et offrent des notes de fruits secs, de pruneau et de fruits cuits, mêlées de café, d’eau-de-vie et d’amandes grillées. Les rimages gardent des arômes de fruits rouges, de cerise et de kirsch.

* sur les rancios secs, voir (l’excellent) article de la RVF de décembre-janvier 2010…

Comment produit-on un vin doux naturel ?

La vinification s’effectue de façon traditionnelle, en mélangeant tous les cépages. Au cours de la vinification, au meilleur moment décidé par le maître de chai, on ajoute de l’alcool neutre d’origine vinique pour stopper la fermentation et maintenir ainsi à la fois une relative douceur et un niveau d’alcool élevé (donc un fort potentiel de garde). Ce procédé, appelé « mutage », ressemble à celui des vins de liqueur (porto, pineau, floc…) à la différence capitale que ce mutage ne se fait pas à l’alcool brun mais à l’alcool neutre : ce sont donc les arômes d’origine du vin qui sont conservés.

La conservation : peu fragiles, les rivesaltes et banyuls se gardent aisément une semaine une fois la bouteille ouverte, rebouchée et gardée au frais au réfrigérateur.

En vente actuellement dans le cadre de notre offre iDéale :

Accédez à l’offre iDéale.

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • marie

    je viens de tester un Banyuls rimage domaine de la rectorie 1986. excellent avec un dessert au chocolat

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Château Palmer, un symbole d&#039élégance à Margaux

Le vignoble de Palmer, auquel le Général Palmer donne son nom sous la Restauration en 1814, était connu, et apprécié ...

Zoom sur un producteur : Jean-Michel Stephan, un puriste

D’un domaine créé en 1991, Jean-Michel Stephan a sorti son premier Côte-Rôtie en 1994. Retour sur l’itinéraire et les méthodes de ce vigneron que Robert Parker n’hésite pas à qualifier ...

drouhinoregoncarte

Le domaine Drouhin s’agrandit en Oregon (Etats-Unis)

2014 marque un tournant pour la famille Drouhin, d’origine beaunoise, qui est implantée depuis vingt-cinq ans en Oregon. Avec l’acquisition de Roserock Vineyard (112 hectares), elle devient l’un des plus ...