Château Latour : immersion dans un monde d’exception

Bordeaux : certains vins se dégustent, d’autres ne s’oublient jamais. Fort de quelques siècles d’histoire et de son statut de premier grand cru classé en 1855, Château Latour continue d’émerveiller par la régularité et la carrure exceptionnelle de ses vins. Décryptage de l’un des meilleurs vins du monde.

 

Histoire d’un cru d’exception

 

1331 est l’année jusqu’à laquelle nous pouvons remonter pour trouver une trace écrite de Latour. Il s’agit ici d’une autorisation du Seigneur Pons accordant le droit à Gaucelme de Castillon de bâtir une tour fortifiée dans la paroisse de Saint-Maubert. Une tour qui fut notamment utile pendant la guerre de Cent Ans à une garnison bretonne au service du roi de France avant d’être capturée par les anglais.

Pendant plusieurs siècles des vignes ont été plantées jusqu’à l’arrivée par héritages et mariages successifs d’Alexandre de Ségur qui acquiert entre autres, avant sa mort en 1716, le domaine de Lafite. A sa suite, son fils agrandit le domaine avec des terres de Mouton et de Calon.

Le XVIIIème siècle est synonyme d’un essor marquant pour Latour dont la reconnaissance s’établie fortement en France et outre-mer. Ainsi, en 1767, un tonneau de vin de Latour vaut vingt fois plus qu’un tonneau d’un vin quelconque de la région bordelaise. La famille Ségur n’aura de cesse de perpétrer la qualité du vin – à l’image de la reconnaissance qu’est le titre de premier grand cru classé en 1855 – tout en agrandissant le domaine. Après un passage sous pavillon anglais vers 1960 puis 1988, François Pinault rachète le domaine en 1993.

Vignoble et terroir unique à Pauillac

 

Situé à 50 km au nord-ouest de Bordeaux et à 300 mètres de l’estuaire de la Gironde, le domaine bénéfice d’un emplacement privilégié : un climat océanique et une protection contre le froid due à la proximité de l’eau, permettant notamment une avance dans les maturités.

Le vignoble s’étend sur 92 hectares répartis entre le terroir historique de l’Enclos (graves argileuses en son cœur, et sables graveleux autour) et les parcelles extérieures (47 hectares et grande diversité des sols).

L’encépagement est constitué de cabernet sauvignon (76%), de merlot (22%) ainsi que de petit verdot et de cabernet franc (2%). Avec ses 800 000 pieds, le domaine a une densité de plantation élevée (9 000 pieds par hectare), produisant ainsi un petit nombre de raisins par cep et favorisant leur concentration. La vigne, âgée en moyenne de 60 ans, est entretenue quotidiennement et vendangée à la main.

Depuis 25 ans, le domaine travaille à la réduction de l’utilisation de ses produits phytosanitaires pour préserver la santé des sols mais aussi et surtout celle de ses employés. Il a d’ailleurs été entièrement certifié en agriculture biologique en 2015. Si vous voulez en savoir plus, lisez notre article dédié à cette conversion au bio.

Vinification et élevage

 

Arrivés au chai, les raisins sont éraflés et foulés puis mis en cuves inox, répartis d’après trois critères fondamentaux : le cépage, l’âge des vignes et le contexte historique. La fermentation dure trois semaines environ.

Puis, après des écoulages utiles à la séparation du marc et du vin, une seconde fermentation- la malolactique- a lieu dans des cuves propres ou des barriques. Le vin gagne alors en souplesse et précision. Quant au marc que l’on presse, il formera le vin de presse, élevé en barrique avant les assemblages.

Après ces étapes, le vin peut débuter son élevage en barriques de chêne venues du centre de la France (100% de barrique neuve pour le grand vin). Durant cette période, le vin étant absorbé par les barriques, des ouillages sont pratiqués. Après un an en fût, le vin est collé au blanc d’œuf afin d’éliminer les dernières parties solides présentes. Un dernier soutirage intervient 45 jours après ce collage.

Bien entendu, tout au long du processus d’élevage les vins sont goûtés afin de parvenir au parfait assemblage du grand vin, des Forts de Latour et de Pauillac. La date de mise en bouteille est conditionnée par ces dégustations. Elle débute par le pauillac afin de continuer avec les Forts de Latour pour terminer sur le Grand Vin du Château Latour.

 

Les vins de Château Latour

 

Une particularité propre au château : depuis 2012, la propriété ne vend plus son vin en primeur, mais seulement « en livrable ». L’objectif est de proposer des vins qui soient prêts à boire, tout en conservant un excellent potentiel de garde. Le Pauillac attendra ainsi 4 à 6 ans, Les forts de Latour 6 à 8 ans et le grand vin 8 à 10 ans avant d’être commercialisés.

Le grand vin : Issu des meilleures parcelles de la propriété, l’assemblage du grand vin est marqué par le cabernet sauvignon (à plus de 90%). Son élevage est réalisé entièrement en fût neuf. Exceptionnel, même dans les années difficiles, il est évidemment doté d’une grande capacité de garde.

Les forts de Latour : produit depuis 1966. Un second vin avec l’étoffe d’un grand du médoc. Son élevage est quant à lui marqué par une proportion de fût neuf oscillant entre 50 à 60%. L’assemblage fait davantage parler le merlot que dans le grand vin avec une proportion de 25 à 30%.

Pauillac : produit depuis 1989. Issu des plus jeunes vignes du château, l’élevage s’effectue en fût de chêne dont la proportion de bois neuf atteint les 20%. L’assemblage, qui varie selon le millésime, comporte généralement 45% de merlot. Magnifique introduction au savoir-faire du château.

 

Château Latour, au-delà du mythe, répond bien présent chaque année grâce à la qualité formidable de ses vins. Il faut avoir la chance de l’avoir déjà goûté une fois dans sa vie, car le déguster signifie ne jamais l’oublier.

 

Tous nos vins du Château Latour en vente

Tous nos vins bordelais

Vendez vos vins avec iDealwine

Lisez notre article sur la conversion de Latour au bio

  • Voir les commentaires (2)

  • Agnès

    Bonjour,
    Merci pour cet aperçu historique et technique sur le château Latour. Une bonne introduction avant de déguster une bonne bouteille du grand vin ou des Forts, qui est déjà très bon.
    J’ai eu la chance de goûter un Latour en millésime 1984. Ce n’est pas une grande année mais peu importe pour un vin de ce niveau, c’est toujours bon ! J’ai un souvenir ému de son toucher satiné, de sa profondeur et de sa complexité aromatique. Un grand moment…

    • iDealwine

      Bonjour,
      Merci pour votre retour. En effet, le château Latour offre toujours des souvenirs inoubliables !
      Bonne journée !

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Ce week-end : la vente des Hospices de Beaune

Les acteurs Jean-Pierre Marielle et Michel Blanc présideront la 148e vente des vins des Hospices de Beaune, qui aura lieu ...

Le palmarès par région des ventes aux enchères iDealwine en 2014

Quelle est en valeur la part de chaque région viticole dans nos ventes en 2014 ? Comment se partagent nos ventes au sein de ces régions ? Ces questions, vous ...

Emmanuel Macron : un amateur de vins à l’Elysée

Au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, une sommelière attitrée sélectionne les flacons servis avec une cave de près de 12 ...