Le fabuleux destin de Château Lafite-Rothschild

Pas besoin d’être un expert pour savoir que Château Lafite est une valeur sûre. Mais savez-vous pourquoi ce vin est devenu en quelques siècles le graal de tous les amateurs de grands vins ? Flashback  sur ce cru mythique : hier à la table de Louis XIV,  et demain dans votre cave… Qui sait ?  

Naissance sous une bonne étoile

La seigneurie Lafite -en gascon « la hite » : butte- enracinée sur un territoire au nord -ouest de la commune de Pauillac depuis le XIIIe siècle produisait blé et vin sur 110 hectares dans les lieux de Milon, Loubeyres, Anseillan et Pauillac. Mais c’est la famille Ségur des Francs qui au XVIIe siècle structure le domaine viticole et lui donne ses lettres de noblesse.  Un mariage scellé entre les Ségur et les Clauzel, propriétaire du Château Latour, valut à l’héritier Nicolas Alexandre de Ségur le surnom de « Prince des Vignes ». On comprend pourquoi…

Lafite, le séducteur

1706 c’est l’envol outre-Manche; Lafite et Latour apparaissent pour la première fois sur les registres de vente de marchands britanniques. Les grands hommes du Grand Siècle invitent Lafite à leur table : Richelieu l’introduit à la cour de Versailles et le baptise « Fontaine de Jouvence »,  Thomas Jefferson, conquis par ce vin lors d’un voyage diplomatique en France, devint un ambassadeur de choix pour faire rayonner Lafite jusqu’en Amérique ! Un temps propriété d’une maison de négoce néerlandaise puis confisqué et devenu bien national à la Révolution, pendant près d’un siècle le beau bébé passe de mains en mains pour terminer dans les bras de la branche française de la famille Rothschild qui l’adopte pour de bon en 1868 avec en tête une idée fixe : faire de Lafite le porte-étendard de Bordeaux, l’icône de Pauillac.

Le 8 août 1868, le Baron James de Rothschild acquiert le Château Lafite

Gloires et déboires

Déjà au début du XIXe, Lafite est en tête en termes de cote : en 1814 le tonneau est vendu à 3000 francs (summum pour le millésime) contre 2 600 francs pour Latour et Margaux. A l’occasion de l’Exposition Universelle en 1855 le classement des vins de la Rive Gauche reconnaît officiellement et définitivement le statut particulier de Lafite-Rothschild comme premier cru classé de Pauillac. La propriété entre dans la légende du club des 5 premiers crus classés (Margaux, Latour, Haut Brion et Yquem). A la gloire succèdent des fléaux qui endommagent le vignoble et ternissent l’éclat de la maison : crise pour la vigne (phylloxéra et mildiou), crise économique de 1929 et occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale. Quatre millésimes exceptionnels ponctueront tout de même la période, venant éclaircir ce sombre tableau : 1899, 1900, 1926 et 1929.

Un mythe désormais mondial

Après la tempête, le calme : parce que la famille Rothschild raisonne sur le temps long, de génération en génération elle s’attèle à asseoir la notoriété du cru, mais aussi à enrichir son patrimoine viticole. Une stratégie mise en œuvre avec talent par le tandem que forment depuis un peu plus de 30 ans Eric de Rothschild et Christophe Salin. Ce dernier va œuvrer au rachat de propriétés françaises (Château Rieussec à Sauternes, Château L’Evangile à Pomerol et le domaine d’Aussières, en Languedoc). Et cet infatigable voyageur va également conquérir le monde pour implanter le groupe au Chili (Vina Los Vascos), en Argentine (Bodegas Caro) et jusqu’en Chine (dans la province du Shandong), pays ou l’étoile de Lafite fait briller le regard des amateurs depuis déjà plusieurs décennies.

Victime de son succès, Lafite a fait l’objet d’une spéculation intense dans l’Empire du Milieu, et s’est également trouvé confronté à la production de faux. D’où l’adoption en 2012 du système d’authentification Prooftag.

Le journaliste et critique américain Robert Parker a lui aussi joué un rôle déterminant en plaçant Lafite sur le podium à plusieurs reprises : quatre millésimes – 1986, 1996, 2003 et 2010 – ont en effet reçu la note maximale de 100/100.

Les cours de Château Lafite, au sommet jusqu’à la fin des années 2000, ont retrouvé des niveaux plus sages lorsque la Chine a adopté des mesures destinées à lutter contre la corruption, et la politique des « cadeaux » qui l’accompagnait.

Terroir unique pour un vin mirifique

Le domaine dispose d’un sol de graves fines et profondes apportant un bon drainage ainsi que de sables éoliens sur un sous-sol de calcaire tertiaire. Le vignoble comprend trois grandes zones : les coteaux autour du Château, le plateau des Carruades contigu à l’ouest et -originalité- une parcelle de 4,5 ha sur la commune voisine de Saint-Estèphe mais faisant partie historiquement du domaine.

Viticulture et Elevage : entre tradition et modernité

Eric Kohler, le directeur technique du domaine, assisté de Christophe Congé, privilégie une culture raisonnée. L’équipe technique veille aussi aux destinées du Château Duhart-Milon. Les chais allient grandes cuves en chênes et cuves inox de petite taille pour assurer un tri parcellaire jusqu’à la fin de la vinification. Le chai circulaire de forme orthogonale et voûté construit en 1987 par l’architecte Ricardo Bofill est destiné à l’élevage des vins de seconde année. Cette véritable cathédrale souterraine peut accueillir jusqu’à … 2 200 barriques !

Le passage dans les tonneaux est une étape si importante que les domaines Barons de Rothschild ont investi dans une tonnellerie à demeure. Cinq tonneliers fabriquent 2 000 barriques utilisées dans les différentes propriétés du groupe.

Dans les coulisses où est modelé ce vin de légende, l’équipe relève à chaque millésime le défi de perpétuer, dans la tradition,  l’esprit Lafite.

CHÂTEAU LAFITE-ROTHSCHILD, CE QU’EN DISENT LES GUIDES :

Guide Bettane et Desseauve :

Cru suprême de Pauillac, Lafite doit son inégalable finesse à ses graves du nord de l’appellation, sur socle calcaire, qui le distinguent pour l’éternité de Latour, situé au sud et d’un caractère plus en muscle. Les inégalités impardonnables des décennies 1960 et 1970 ne sont plus aujourd’hui qu’un mauvais souvenir, avec des sélections extrêmement rigoureuses qui écartent le plus souvent plus de la moitié de la récolte. Fortement marqué par le cabernet sauvignon, avec une part souvent supérieur à 90% dans l’assemblage, il développe d’incroyables arômes de cèdre et graphite qui sont aux antipodes de la notion habituelle de fruit. Sa texture est impossible à reproduire partout dans le monde avec en particulier un tanin sec mais caressant qui en fait un vin d’esthète.

Guide de La Revue du vin de France :

Premier grand cru classé de Pauillac dont une partie du terroir se trouve d’ailleurs sur Saint Estèphe, le vin est ici d’un raffinement sans pareil. Serré, profond et très élancé dans sa jeunesse, il vieillit à merveille, prenant alors un typique bouquet de mine de crayon; de cèdre et d’épices. Directeur technique depuis 1982, Charles Chevalier a passé la main à Eric Kohler. Ce dernier a pour mission de continuer la formidable série de grands vins élaborés par le château. […]. Lafite est un immense coureur de fond qui ne commence vraiment à accélérer qu’après une bonne décennie. Il faudra donc être patient avec les 2016 et 2005, deux vins tramés par des cabernets à la fois puissants et racés. Il sera passionnant et comparer ces deux « montres  » dans une dizaine d’années.

 

Voir les vins de Château Lafite en vente actuellement

Consulter les ventes de vin de Pauillac sur iDealwine

Consulter les ventes de vin de Bordeaux sur iDealwine

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription

Recherchez le prix d’un vin

En savoir plus sur la vente de votre cave via iDealwine

Vous souhaitez vendre vos bouteilles de Lafite ?

Demandez une estimation de vos vins en vue de leur vente

A lire également dans le Blog iDealwine :

PALMARES : le TOP 20 des vins de Bordeaux dans les ventes aux enchères

Lafite Rothschild, Musigny, Cornas et les vins du Jura à l’honneur lors des enchères du 11 janvier

Left Bank Bordeaux Cup : L’Emlyon confirme son titre

Lutte anti-contrefaçon : le château Lafite Rothschild s’associe à Prooftag pour assurer l’authenticité de ses bouteilles

Pourquoi parle-t-on de château à Bordeaux et de domaine en Bourgogne ?

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Accords mets et vins : quels vins (français !) emporter pour vos vacances au Magrheb ?

Quatrième et dernier chapitre de notre saga estivale sur les accords mets et vins : quels vins français emmener avec soi quand on se rend au Maghreb (Maroc, Algérie ou ...

Couverture Le Rouge & Le Blanc

Le Rouge & le Blanc nouveau est arrivé : tour du monde d’appellations méconnues

« Le Cahors Nouveau est arrivé ». Voilà un titre qui annonce d’emblée la tonalité de l’édition printanière du trimestriel Le Rouge ...

Première résolution 2017 : apprenez les bonnes manières du vin !

Vous avez toujours voulu en apprendre plus sur le vin et connaître les bases de la dégustation ?! Arrêtez donc de procrastiner et mettez-vous y dès maintenant ! Et ça ...

Partage(s)