Pourquoi le Château Lafon-Rochet quitte le bio

Lafon-Rochet-bioBasile Tesseron dirige le château Lafon-Rochet (Saint-Estèphe) depuis 2007. Engagé dans essais bio depuis 2010, il fait aujourd’hui marche arrière. On vous explique pourquoi.

Décidément, le bio, à Bordeaux, n’est pas une démarche linéaire. Au moment où Château Latour annonce sa certification, Lafon Rochet, lui, y renonce. En effet, près de 10 ans après s’être lancé dans le bio (premiers essais en 2010), le château Lafon-Rochet fait volteface et abandonne la conversion au bio. D’après La Revue du vin de France, Basile Tesseron, neveu d’Alfred Tesseron, propriétaire du château Pontet-Canet, lui-même très engagé dans la biodynamie, a pris la décision cet hiver. Il faut dire que déjà, en 2016, le château Lafon-Rochet avait appliqué un traitement (non autorisé en bio), par peur de perdre toute sa récolte – une bonne partie de la récolte avait déjà été perdue en 2011 et en 2013 -, ce qui avait entraîné un retour à zéro pour les démarches de certification. Il faut en effet 3 ans avant d’obtenir la certification bio.

En cause notamment, les aberrations environnementales que le bio amène les viticulteurs à mener dans leur vignoble de 41 hectares : la bio nécessite une beaucoup plus grande utilisation du cuivre dans les vignes, qui, à haute dose, pollue durablement les sols. De plus, le bio, qui implique l’utilisation de produits de contact rend nécessaire un plus grand nombre de passages pour traiter (après chaque pluie), ce qui entraîne une surconsommation de carburant (utilisé par les tracteurs et machines diverses) et donc une augmentation du rejet de C02, mais aussi un tassement accru des sols. Autant d’éléments qui semblent en effet incohérents avec les objectifs de la bio en termes de protection de l’environnement…  Comme beaucoup de vignerons, Basile Tesseron déplore les conséquences trop polluantes de l’utilisation massive du cuivre et du soufre. Comme il l’indiquait à la Revue du vin de France1, il faut peut-être accepter certaines maladies et donc de perdre une certaine partie de la vendange.

En quittant le bio, le château désire créer sa propre méthode respectueuse de l’environnement, en s’inspirant notamment de ce que fait l’épouse de Basile Tesseron, Bérangère, au château Larrivaux (Haut-Médoc).

Si le cas fait parler de lui, il n’est pas le seul et nous rencontrons de plus en plus de vignerons qui nous parlent de leur rapport ambivalent au bio, entre conviction et déception, qu’il s’agisse de la difficulté d’être en bio dans certaines régions très humides ou des nombreuses incohérences de la législation bio.

1 In Béatrice Delamotte, « À Bordeaux, Lafon-Rochet stoppe le bio : trop polluant ! », larvf.com, 24/10/2018

Voir les vins de Bordeaux actuellement en vente

A lire également dans le Blog iDealwine :

Bordeaux : Château Latour désormais certifié bio

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Mouvements d’actionnaires aux châteaux de Rayne-Vigneau et La Tour de Mons

CA Grands Crus, propriétaire depuis 2004 du château Rayne-Vigneau à Bommes, en appellation Sauternes, a cédé la majorité de ses parts au groupe Trésor du Patrimoine, qui devient actionnaire majoritaire. ...

Recette de la semaine – Potée à la beaujolaise

A plat paysan, vin friand ! Un dicton parfaitement illustré par le mariage d’amour entre cette potée classique et un bon cru du beaujolais qui se boira avec gourmandise sur ...

unesco

Patrimoine mondial de l’Unesco : le vignoble français recalé !

Grosse déception pour les vignobles bourguignons et champenois. Le gouvernement vient en effet de dévoiler les deux dossiers qui représenteront la France en 2014 dans la compétition pour le classement ...