Primeurs : Château Latour crée l’évènement

Château Latour

A peine les dégustations primeurs achevées, voici que le château Latour lance un sacré pavé dans la mare bordelaise. Durant le week-end, le premier cru classé de Pauillac a en effet confirmé sa décision de sortir du système de commercialisation en primeur à compter du millésime 2012.

Le début de semaine s’annonçait pourtant calme : Bordeaux se remet tout juste des semaines intensives de dégustation des primeurs 2011. Et voici que le Château Latour, par un courrier adressé aux négociants, lance une annonce tonitruante : le cru classé de Pauillac se retirera du système de vente en primeur à compter du millésime 2012. La décision ne surprend pas. D’année en année, les volumes disponibles à l’achat en primeur se réduisaient comme peau de chagrin. Il devenait évident que le domaine, propriété de l’homme d’affaires François Pinault, affinait une stratégie alternative.

C’est désormais public : les négociants ont été prévenus dans le week-end, et avec un an de préavis, que le château Latour ne serait plus proposé à la vente à compter du millésime 2012. Frédéric Engerer, le Directeur du domaine, précise, et c’est le Wine Spectator qui le dit, que le Grand vin de Château Latour vieillira tranquillement dans ses ch

la salle de dégustation de Château Latour

ais 10 à 12 ans avant d’être commercialisé. Pour les Forts de Latour, le vrai-faux second vin, il faudra patienter sept ans. Quant au troisième vin (Pauillac de Château Latour), il est traditionnellement mis sur le marché quelques années après sa mise en bouteilles et rien ne devrait changer. Les causes de cette décision ? Elles sont multiples : il s’agit d’abord, selon M. Engerer, d’éviter que les flacons de ce vin réputé pour sa garde ne soient ouverts et dégustés trop jeunes. Par ailleurs, le but est de limiter les échanges avant que le vin ne parvienne à maturité. Enfin – et c’est peut-être la raison principale – Latour entend conserver la majeure partie de la marge commerciale lors de la vente. Une logique qui peut être mise en œuvre à condition d’avoir les moyens (et la place !) de stocker 10 à 12 ans de production. S’agissant des propriétaires de Château Latour, la question ne se pose pas. Mais quid des autres domaines ?

La cote iDealwine des vins de Château Latour

CoteiDealwine Tendance
Château Latour 2005 734 €
Château Latour 2004 320 €
Château Latour 2003 734 € =
Château Latour 2001 354 €
Château Latour 2000 845 €
Château Latour 1996 503 €
Château Latour 1995 374 €
Château Latour 1990 524 €

En savoir plus sur le Château Latour

Recherchez le prix d’un vin

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

A lire également :

Primeurs 2011 : un mini-marathon de dégustation à Bordeaux (12/04/2012)

Millésime : le point sur les vendanges 2011 (25/10/2011)

Tags:

  • Voir les commentaires (2)

  • Olivier

    Je cite : ‘Les causes de cette décision ? Elles sont multiples : il s’agit d’abord, selon M. Engerer, d’éviter que les flacons de ce vin réputé pour sa garde ne soient ouverts et dégustés trop jeunes.’

    Oh, M. Engerer c’est trop touchant vous inquietez de mettre sur le marche des bouteilles a maturite pendant que que vous refusez aux particuliers de faire reconditionner et/ou remettre a niveau leurs vieux millesimes comme 61 par exemple… Le seul premier cru a continuer a le faire est Yquem mais Yquem est aussi le seul premier cru a meriter son prix.

    Latour etait vendu au debut des annees 90 en supermarche pour quelques 40 Euros et Lafite 1982 etait vendu 150 Euros. A mediter… a une epoque ou les fonds d’investissement dans le vin fleurissent comme par enchantement… Achetez au son du Canon et vendez au son du violon. Cette regle est valable en bourse mais surtout pour ces premiers crus qui ne justifient en AUCUN CAS leurs prix actuels… du moins pour un buveur de vin. Pour les autres… hier ils investissaient dans les start-up internet. On connait le resultat.

  • Paul-Louis

    Je souscris pleinement au propos d’Olivier…
    Dans la même veine : « Par ailleurs, le but est de limiter les échanges avant que le vin ne parvienne à maturité. »
    De quels échanges s’agit-il ? Echanges supposant des transports inconsidérés (à l’heure d’Internet ?) qui mettraient à mal le contenu du flacon avant dégustation ou bien commerciaux entre amateurs, collectionneurs et spéculateurs ?
    Un peu des deux sans doute, car la transition est toute trouvée avec le 3e argument : « Latour entend conserver la majeure partie de la marge commerciale lors de la vente. »
    Car ici, Engerer est un exécutant aux ordres de Pinault qui impulse la stratégie pour rentabiliser au mieux tout ce qu’il possède… Et en expurger toutes les possibilités de bénéfices… « Après moi, il n’y a plus de moût » pourrait-il dire…
    Après 10 à 12 ans de cave, je ne vous dis pas le prix de la bouteille… Cela ne va faire qu’enchérir le prix de vente et l’alignement des autres maisons !
    Aussi cher que le Château d’Yquem ? Dont une branche de ma famille était amie depuis le 18e siècle… (documents d’archives familiales).
    Alors… : une simple question de rivalité avec Bernard Arnault sur le dos des consommateurs français qui ne peuvent plus s’offrir les vins de leurs terroirs livrés qu’ils sont aux spéculations des fonds d’investissement ou aux dégustateurs sans frontière qui n’ont souvent ni la culture ni le goût assez développés pour déguster ce genre de nectars… Je ne ne veux citer personne, mais les connaisseurs comprendront.
    J’ai moins de 50 ans et j’ai bien connu les grands vins achetés par mon père dans les années 70 dont les maisons ont bien profité de la vente de la collection et de la chute de la Maison Nicolas avant de bénéficier de la mondialisation… et maintenant de la spéculation… Impossible aujourd’hui d’acheter les mêmes vins en étant français, même comme cadre supérieur…
    Au final, en acceptant de faire le jeux de la spéculation, Pinault provoque la baisse du pouvoir d’achat dans ce domaine et accélère la dépossession des français de ce qui fait la culture de leur pays…
    Quand le pétrole sera à 10 Euros le litre, peut-être sera-t-il moins rentable d’envoyer par avion les précieuses bouteilles… et recommencerons-nous à boire les vins que nous méritons de par notre savoir-faire ancestral ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Vente à prix fixe : les grandes cuvées à maturité d’Albert Bichot, une exclusivité iDealwine

Mine de rien, la maison Albert Bichot effectue une petite révolution en douceur depuis plusieurs années sous la direction d’Albéric Bichot, son président. Par un travail très soigné et très ...

Un rhum « grand cru » à l’ïle Maurice

L’île Maurice a son rhum. Baptisé Chamarel, ce rhum agricole de grande qualité est issu d’un terroir d’argiles rouges et ...

LVMH investit dans des vignes en Chine

La branche vins et spiritueux du groupe LVMH vient d’investir dans un vignoble de haute altitude dans les montagnes chinoises. L’objectif est de produire d’ici 4 à 5 ans un ...