Bordeaux : quels prix pour les primeurs 2014 ?

IMG_7289Alors que les dégustations primeurs 2014 se poursuivent à Bordeaux, les interrogations sont dans tous les esprits. A quel prix les vins vont-ils être commercialisés cette année ?

Chaque année, les dégustations primeurs sont organisées dans le vignoble bordelais, et le monde entier se presse dans les propriétés pour se pencher sur le berceau du millésime naissant, afin d’en dessiner les contours et les caractéristiques, et surtout d’y déceler les talents et les défauts. Tous les intervenants retiennent leur souffle jusqu’à la publication des notes de dégustation, qui vont décerner des prix d’excellence aux uns, des satisfecit, des bons points, des « peut mieux faire »… ou des bonnets d’âne aux autres. Jusqu’à il y a quelques années, les notes les plus attendues étaient celles de Robert Parker. Coup de tonnerre il y a quelques semaines,  le célèbre critique américain a annoncé qu’il ne viendrait pas à bordeaux cette année goûter les vins du millésime 2014. Les notes du Wine Advocate seront tout de même publiées puisque les vins ont été dégustés par Neal Martin, un collaborateur de Parker, mais avec un impact moins fort, plus dilué par la multitude de critiques qui désormais livrent eux aussi leur verdict. Ces notes vont s’égrener tout au long du mois d’avril, et ce jusqu’au démarrage de la campagne primeurs elle-même, à savoir l’annonce du prix de vente à la sortie du château.

IMG_7208

Bras de fer sur les prix

C’est dans cette perspective que, parallèlement aux dégustations, une négociation s’engage entre les différents intervenants de la chaîne de distribution des grands crus : propriétaires, courtiers, négociants et, au bout de la chaîne, les distributeurs. Négociation ou bras de fer ?  Chaque partie affûte ses arguments. Un collectif de négociants anglais a demandé il y a quelques semaines, dans une lettre ouverte adressée à la place de Bordeaux, un retour aux tarifs primeurs de 2008, brandissant la menace de ne pas acheter de 2014 dans le cas où ils ne seraient pas entendus. La riposte du vignoble n’a pas tardé, forte d’un millésime annoncé comme plus réussi que les trois précédents. Millésime « miraculeux », « proche des 2010 », ou « des 2009 », ou « des 2000 » (au choix), « meilleur millésime des vingt dernières années »… On entend beaucoup de choses ces derniers jours. Au finish, quel sera le niveau de prix adopté par les châteaux ? L’équation est certes compliquée. L’année dernière, les volumes produits étaient microscopiques, raison pour laquelle les châteaux qui avaient dû effectuer des sélections drastiques ont maintenu leur prix, ou accepté de très légères baisses par rapport au 2012. Mis sur le marché à des prix manifestement trop élevés compte tenu de la qualité du millésime, ce millésime 2013 s’est donc mal vendu, et on trouve actuellement, et très facilement, à acheter encore ces 2013. Pour autant, les prix de 2013 peuvent-ils servir de base pour fixer le prix des 2014 ? On le comprend, dans une logique qui consiste à marquer la différence qualitative entre 2013 et 2014. Mais certainement pas si l’on entend relancer l’intérêt du marché pour les achats en primeur. Achats qui, rappelons-le, sont motivés par l’idée de réaliser une bonne affaire, en achetant en primeur un vin qui devrait s’évaluer de 15 à 20% au moment où il sera livré. Or aujourd’hui, le fait que l’on trouve à peu près tous les 2013 que l’on veut sur le marché, signifie que pour l’instant la plus-value potentielle est nulle. D’autre part, le prix des 2013 est aujourd’hui fixé à des niveaux qui permettent, pour la même somme, d’acquérir des vins déjà prêts à boire. Et ça, c’est la cote iDealwine qui le dit. Les quelques exemples qui figurent dans ce tableau démontrent qu’actuellement, un achat de 2013 en primeur ne se justifie pas, puisque l’on retrouve, au même prix, des vins d’années précédentes, pour certains déjà prêts à boire. Quel est dans ce cas l’intérêt d’immobiliser de la trésorerie ?

Grand cru en Primeur 2013 Primeur 2013
Prix de vente TTC*
Equivalent en vin livrable Cote iDealwine
Château Margaux 2013                      300 € Château Margaux 2006        304 €
Château Mouton Rothschild 2013                      300 € Château Mouton Rothschild 1996        300 €
Château Angélus 2013                      227 € Château Angélus 2003        223 €
Château Palmer 2013                      210 € Château Palmer 2005        210 €
Château L’Évangile 2013                      138 € Château L’Évangile 1998        132 €
Carruades de Lafite 2013                      124 € Carruades de Lafite 2006        125 €
Cos d’Estournel 2013                      108 € Cos d’Estournel 1996        112 €
Château Léoville Las Cases 2013                      107 € Château Léoville Las Cases 1998        108 €
Château Ducru Beaucaillou 2013                        93 € Château Ducru Beaucaillou 2008           94 €
Château Pichon Longueville
Comtesse de Lalande 2013
                       82 € Château Pichon Longueville
Comtesse de Lalande 2008
          84 €
Château Montrose 2013                        77 € Château Montrose 2001           72 €
Château Troplong Mondot 2013                        76 € Château Troplong Mondot 2008           76 €
Château Pichon Longueville Baron 2013                        72 € Château Pichon Longueville Baron 2006           74 €

Pour autant la demande exprimée par les anglo-saxons, à savoir un retour aux tarifs de 2008 est-elle recevable, souhaitable, réaliste ? Souhaitable, c’est sûr, pour l’amateur en tout cas ! La campagne de ce millésime commercialisé quelques mois après l’explosion de la bulle des sub-primes a offert aux amateurs de belles plus-values, notamment sur les vins qui ont ensuite percé sur les marchés asiatiques. Si on prend l’exemple du Château Léoville Poyferré 2008, vendu 36€ TTC en primeur, la plus-value s’élève à 35%, pour un vin actuellement coté 58€ sur iDealwine. Même situation pour le château Angélus 2008 : commercialisé 84€ TTC, il a réservé à ses heureux acquéreurs une hausse de prix de 121%, puisque le vin s’échange actuellement 179€ dans les ventes aux enchères de grands vins.

Cette demande de baisse des cours est-elle recevable ? Avec les très grands millésimes 2009 et 2010, les prix de vente en primeur avaient littéralement explosé. Les années qui ont suivi, 2011, 2012 et 2013 n’ont pas été marqués par un retour à des niveaux de cours proches de ceux de 2008 et c’est sans doute cela qui amène aujourd’hui les négociants anglais à exiger de façon très ferme une demande de baisse des prix, demande qui avait d’ailleurs déjà été exprimée depuis plusieurs années. Pour autant, on voit mal comment les propriétaires accepteraient de baisser leurs prix sur les 2014, un millésime meilleur que les trois précédents : une telle décision aurait certes le mérite d’assainir le marché et de relancer les ventes de vins de Bordeaux, notamment auprès de tous les amateurs qui ont renoncé à acheter en primeur. Mais, dans le même temps, elle rendrait instantanément invendables les stocks de 2013 – et aussi ceux de 2012 ou de 2011 – encore présents dans les chais des négociants.

IMG_7244

Cette demande de baisse des prix est-elle réaliste ? C’est donc plutôt l’idée inverse, celle d’une hausse des prix qui s’installe progressivement, confortée par les bonnes notes de dégustation qui devraient être publiées dans les jours qui viennent. Pour autant, le marché espère une hausse modérée des cours. Une hausse qui d’ailleurs pourrait être acceptée par certains acheteurs, puisqu’absorbée par les effets de change : sur les marchés situés hors de la zone euro, les acheteurs bénéficieront en effet d’un euro dévalué (argument qui, rappelons-le, n’avait pas incité les domaines à modérer leur hausse de prix ces dernières années, quand l’euro était plus fort). Si les châteaux adoptent une position modérée dans la fixation de leurs prix avec une hausse limitée à 5-10%, voire, pour certains, une stagnation des prix, le signal aura pour effet de susciter à nouveau l’envie d’acheter en primeurs. Et, ce faisant, de relancer l’intérêt mondial pour les vins de Bordeaux, intérêt mis à mal ces dernières années par la succession de millésimes décevants, tant sur le plan de la qualité que de celui des prix.

En savoir plus sur les primeurs de Bordeaux

Recherchez le prix d’un vin

Consultez les ventes de vins de Bordeaux

A lire également dans le Blog iDealwine :

Une journée de dégustation des primeurs 2013 à Bordeaux

Primeurs 2013 : la baisse des prix consentie par certains châteaux est-elle suffisante ?

Interview :

Interview d’Angélique de Lencquesaing dans l’émission BFM Business : l’impact de la campagne primeur sur le marché du vin.

Quelques photos des dégustations primeurs 2014 à Bordeaux, à retrouver sur notre page Facebook iDealwine

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

La belle enchère de la semaine : mystérieuse Chartreuse Tarragone…

A la manière de ces recettes de familles qui se transmettent de génération en génération, les Pères Chartreux supervisent toujours ...

la-Commanderie-Pomerol

Un couple de Hong Kong achète le Château La Commanderie à Pomerol

Les investissements asiatiques se poursuivent dans le Bordelais et c’est une seconde propriété de l’appellation Pomerol, la première étant le Château de Viaud acheté par le groupe COFCO en 2011 ...

Remy Cointreau se sépare des marques Charles Heidsieck et Piper Heidsieck

Le groupe Remy Cointreau se sépare de son activité Champagne et cède les marques Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck à la Société Européenne de Participations Industrielles (EPI).