Anne-Claude Leflaive – 1956-2015

ACLeflaiveLa Bourgogne et la biodynamie sont en deuil : Anne-Claude Leflaive, figure légendaire de l’une comme de l’autre nous a quittés le 6 avril à 59 ans à peine.

 

Il fallait du courage et posséder une grande force de conviction pour oser convertir en biodynamie au début des années 1990 un domaine aussi mondialement connu que le celui de la famille Leflaive, face au scepticisme, voire à l’hostilité de ses confrères. Du courage, de la force et du charisme, Anne-Claude Leflaive n’en manquait certainement pas. Ceux qui ont eu le bonheur de la côtoyer peuvent en témoigner et n’ont pu s’empêcher de tomber sous le charme de cette belle femme habitée par une lumière intérieure qui ne pouvait laisser indifférent.

Fondé par son grand-père Joseph dans les années 1920, le domaine a pris l’essor qui l’a amené à ce qu’il est encore aujourd’hui à partir de 1953 avec les deux fils de Joseph, Vincent et Joseph junior, dit « Jo » qui développent la propriété avant de passer la main à leurs propres enfants dans les années 1980 : Olivier, fils de Jo, et Anne-Claude, fille de Vincent. Cette dernière sera nommée en 1994 gérante unique du domaine, Olivier partant fonder son propre domaine.

Elle marquera les esprits en choisissant dès 1993 la voie de la biodynamie. Il faut bien se dire qu’à cette date, ce mode de culture était regardé de très haut par l’immense majorité du monde du vin qui l’assimilait quasiment aux pratiques d’une secte ! Mais Anne-Claude, tout comme Lalou Bize-Leroy, engagée elle aussi dans la même voie, avait la force et l’énergie des pionnières. Les vins du domaine, déjà connus depuis longtemps, y ont gagné une dimension qui en a fait de véritables mythes du chardonnay bourguignon dans le monde entier.

C’est dire si sa disparition laisse un grand vide en Bourgogne et dans le monde du vin, comme en témoigne Aubert de Villaine, du domaine de la Romanée Conti : « C’était une flamme, une lumière qui avait un engagement très fort. Une femme gaie et dynamique. »

Très triste, l’équipe d’iDealwine, dont certains membres avaient eu le plaisir d’échanger avec elle à plusieurs reprises, et notamment sur un salon à Angers il y a à peine plus d’un an, s’associe à la peine de sa famille et de ses proches.

 

A lire également dans le Blog iDealwine :

Disparition d’une grande figure des vins d’Alsace : Colette Faller, du domaine Weinbach

Philippine de Rothschild, disparition d’une icône de bordelaise

Château Troplong Mondot : disparition de Christine Valette

La biodynamie et le calendrier lunaire

 

Tags:

  • Voir les commentaires (1)

  • CROUZY

    Grande figure de la Bourgogne que j’ai eu la chance de saluer à plusieurs reprises lors de dégustations en particulier aux Domaines familiaux et de Tradition.
    Grands vins au style reconnaissable.
    Après la disparition de Patrick BIZE il y a quelques années, un nouveau deuil nous attriste.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Champagne Veuve Clicquot : les cuvées millésimées seront plus rares

Veuve Clicquot ne plaisante pas avec la qualité ! Et les cuvées dignes d’un millésime se feront désormais plus rares : tous les trois ou quatre ans au maximum...

Margaux | Le château Cantenac Brown change de main

Classé troisième grand cru de Margaux en 1855, le Château Cantenac Brown est en cours de cession à la famille Le Lous, propriétaire du groupe Urgo.

Beaujolais : Château des Jacques, le plus bourguignon des morgons

A Morgon, un des plus beaux crus du beaujolais, sinon le plus beau, l’amateur a la chance de pouvoir goûter des vins aux styles très différents. Le Château des Jacques ...