Alain Graillot, la référence de Crozes-Hermitage

Alain Graillot vin Crozes Hermitage iDealwine

A Crozes-Hermitage, dans la vallée du Rhône septentrionale, il y a eu l’avant Graillot et l’après Graillot, tant ce vigneron a contribué, depuis son installation en 1985, à la renommée de l’appellation. Aujourd’hui, ses fils Maxime et Antoine poursuivent avec brio la ligne qualitative qu’a toujours suivie ce domaine. Mise en lumière.

Il y eut le père, Alain, il y a désormais les fils, Maxime et Antoine ; le premier étant installé sur le domaine depuis 2008. Après un diplôme d’œnologue obtenu à Dijon, le jeune homme a en effet poursuivi la voie tracée par le fondateur. Alain Graillot, parisien d’origine, s’est reconverti dans le vin au milieu des années 1980 et a repris, à 41 ans, une propriété de 18 hectares située dans l’appellation Crozes-Hermitage, sur le plateau des Châssis et dont les vignes étaient en bon état, non polluées par des produits chimiques. Sa particularité ? Se former sur le tas grâce aux conseils d’amis vignerons rhodaniens et bourguignons.

Situé à Pont-de-l’Isère, au sud de Tain l’Hermitage, le vignoble comprend aujourd’hui une vingtaine d’hectares de syrah pour les rouges et trois hectares de marsanne (80%) et de roussanne (20%) pour les blancs. Majoritairement cultivés en plaine, ces plants relativement jeunes puisent leurs lettres de noblesse dans des sols pétris d’alluvions du fleuve et de son affluent, l’Isère, enrichis de petits cailloux et de silice. La faible proportion de terre et les nombreux cailloux ronds définissent ce sol peu filtrant.

L’arrivée de son fils Maxime a marqué une étape. Après avoir travaillé au sein de son propre domaine, et créé deux structures (Equis et le domaine des Lises), ce dernier a contribué à de nouvelles installations : un chai de vinification et une cave ont été construits afin de gagner en praticité. Désormais, retraité dynamique, Alain Graillot continue une activité liée au vin en conseillant des domaines au Maroc et en Espagne.

De leur côté, les fils poursuivent les pratiques du père. Un bon sens paysan est privilégié à travers des labours légers à la charrue qui assurent un enracinement profond, une absence d’herbicides, de pesticides et d’insecticides, des faibles rendements grâce à une taille courte, des fumures légères ainsi que des vendanges manuelles.

Au chai, qui se situe donc au centre du vignoble, les baies sont généralement vinifiées non égrappées. Une macération à froid permet d’extraire à la fois couleur et délicatesse des notes fruitées sans retenir trop de tanins. Les cuvaisons sont longues et les élevages essentiellement effectués en fûts de chêne bourguignons.

En mars 2021, une petite équipe d’iDealwine a parcouru la France pour savourer ses vins de bon matin dans une ambiance joviale. Si ceux-ci sont réputés pour leur potentiel de garde, ils se savourent aussi bien jeunes, de préférence carafés.

D’ailleurs, rien n’arrête la famille qui s’est prise de passion pour le Beaujolais au point de créer sa propre exploitation, le domaine de Fa, au sein des appellations Saint-Amour et Fleurie afin d’y signer des vins fins, croquants, conviviaux… et non dénués de potentiel de garde pour autant !

Alain Graillot, ce qu’en disent les guides

Guide Vert de La Revue du vin de France – 2* sur 3

Antoine et Maxime Graillot, les fils d’Alain, supervisent désormais l’ensemble des vinifications de cette propriété, qui compte plus d’une vingtaine d’hectares et illustre depuis de nombreuses années le potentiel de l’appellation Crozes-Hermitage, longtemps réduite à la production de vins simplement fruités. Installé au cœur de la plaine alluviale de purs galets et de graves de La Roche-de-Glun, le domaine produit des syrahs plus fines et plus structurées que la plupart de celles du secteur. La force des vins réside dans le plaisir immédiat qu’ils procurent, même s’ils sont capables de vieillir avec complexité sur dix ans.

Les vins : s’ils sont souvent déjà délicieux dans leur jeunesse, les vins du domaine sont aussi capables d’affronter le temps. La dégustation de millésimes anciens de La Guiraude le confirme. Nulle urgence donc de succomber au plaisir qu’offrent déjà ces 2019. Avec ses notes de tapenade et de fruits noirs, le saint-joseph déroule une bouche gourmande et fraîche ; les crozes-hermitage demeurent des références pour l’appellation, avec La Guiraude ample et actuellement fermé, mais très prometteur.

Guide Bettane & Desseauve 2020 3* sur 5

L’un des tout premiers domaines à avoir fait découvrir les vins de crozes-hermitage au-delà de la Drôme, grâce à Alain Graillot, reconverti en vigneron dans les années 1980. Aujourd’hui, c’est son fils Maxime qui est en charge du domaine, rien n’a changé si ce n’est depuis quelques temps des mises en bouteilles retardées pour une meilleure stabilisation en bouteille. Le domaine est sur allocations pour répondre à la demande, Maxime a créé deux autres entités, le domaine des Lises et Equis (un négoce).

Les vins d’Alain Graillot en vente sur iDealwine

Crozes-Hermitage La Guiraude d’Alain Graillot

Cuvée emblématique du domaine familial rhodanien Alain Graillot, La Guiraude montre, dès son plus jeune âge, tout le potentiel de la syrah qui la compose à 100%. Réalisée seulement lors des grands millésimes, La Guiraude puise ses origines de vignes qui ont, pour la plupart, été plantées en 1986 par Alain Graillot, le père des actuels propriétaires, Antoine et Maxime Graillot. Vendangée manuellement, cette variété typique de la région a ensuite été élevée en barriques. <br> Dégusté avec un mets de caractère comme un parmentier de boudin noir ou de la caille farcie aux raisins, ce vin à la robe rubis profond révèle une bouche ample et structurée. Très concentrée, elle séduit par une finesse sidérante et une persistance aromatique intense. L’amateur y retrouve aussi les arômes typiques des syrahs de l’appellation : fruits noirs mûrs et épices douces. Voici donc une très belle cuvée que certains critiques n’hésitent pas à comparer à la Cathelin du domaine Chave… C’est dire !

Crozes-Hermitage d’Alain Graillot

En pionnier régional dans les méthodes de viticulture respectueuses de l’environnement, le domaine Alain Graillot traite ses vignes de façon traditionnelle tout en recherchant les faibles rendements. Les tailles sont courtes, les herbicides ne sont pas admis et les sols sont exclusivement travaillés à la charrue. En ce qui concerne les vinifications, les baies vendangées manuellement macèrent lentement à froid et les cuvaisons peuvent durer jusqu’à trois semaines. L’élevage se fait en pièces de 228 L (10% bois neuf). <br> Cette cuvée se révèle être un crozes-hermitage superbement typé, exprimant des arômes de fruits rouges et de violette, doublé d’une intensité colorante et de tanins bien présents. Fin, puissant et structuré, le plaisir est présent dès sa jeunesse et assure pleinement une heureuse évolution. <br> Ce cru nécessite d’être ouvert au moins une heure avant son service pour dévoiler sa belle minéralité. Il gagnera à accompagner des viandes rouges, de préférence saignantes.

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Bordeaux : les Vendanges du Savoir à la Cité du Vin, la science au service du vin

Encore une bonne nouvelle pour les amateurs de vins : une grande initiative culturelle dédiée au vin et à la vulgarisation des recherches scientifiques en la matière débutera cet automne ...

Les questions qui se posent après le rachat du domaine des Lambrays par LVMH

On s’y attendait depuis quelque temps, mais l’officialisation de la nouvelle a créé l’événement dans le monde du vin : le groupe LVMH de Bernard Arnaud vient de racheter un ...

Michel Chapoutier : l’inventeur des sols

Il ne savait pas grand-chose mais il avait le vin dans le sang. Michel Chapoutier, qui a d’abord voyagé et ...