Quelle température pour le champagne, une expérience chez Dom Pérignon

ChampagnePour Richard Geoffroy, chef de cave de la prestigieuse maison Dom Pérignon, la température de service du champagne  aurait des effets « profonds » sur son profil aromatique. Le but de l’expérience « IV, VIII, XVI » – quatre verres, huit températures différentes allant jusqu’à seize degrés – était de découvrir ces effets.

Quatre verres étaient servis aux invités dans un écrin conçu pour réguler la température. Chacun contenait un quart de bouteille de Dom Pérignon 1996. Richard Geoffroy a choisi le millésime 1996 pour cette expérience car il avait besoin « d’un millésime avec un vaste champ d’expression, un vin profond et dense ». Pour lui le Dom Pérignon 1996 « a la capacité de s’ouvrir sur une belle gamme d’arômes, de réellement s’aérer ». Voyons ce que cela donne.

Le premier verre est servi à 8°C. Le champagne, minéral, relativement réduit à l’ouverture, est intelligemment accompagné d’un tartare d’huitres. La dégustation dure quinze minutes. Un peu plus tard, quand le vin dans le verre atteint 9°C, l’ouverture s’entame. Il faut donc un plat légèrement plus consistant : des langoustines de Guilvinec mi-cuites. Quinze minutes plus tard, à 10°C, un peu plus ouvert, le Dom Pérignon est alors accompagné de saumon sauvage.

On laisse ensuite le Champagne « respirer » pendant une demi-heure. Le nouveau verre est accompagné d’une soupe de moules du Mont-Saint-Michel au safran du Gâtinais, on constate qu’il a gagné en consistance. Après 45 minutes d’aération, le Dom Pérignon à 11°C a très visiblement pris du volume. Il développe des arômes beurrés. Jusqu’ici, nous restons tout de même en terrain connu. Le chardonnay, cépage présent à environ 50% dans le Dom Pérignon, prédomine. Il convient d’accompagner le champagne de produits de la mer.

C’est à partir de 12°C que l’on commence à être surpris. C’est ainsi que le troisième verre, dont des arômes marqués de champignons commencent à transparaître, est accompagné d’un riz basmati sauté au thé Marco Polo. On constate par la suite, dans le verre à 13°C, que le chardonnay s’est effacé pour laisser la place au pinot noir, deuxième cépage qui compose le Dom Pérignon. Le champagne devient bizarrement tannique ! Le chef l’accompagne alors comme il accompagnerait un grand bordeaux rouge, avec un tajine d’agneau de Lozère. Et cela fonctionne parfaitement !

L’avant dernier verre, servi à 14°C est également surprenant avec des arômes fumés et de fromage blanc. On retrouve même en bouche un étrange côté lacté. On le déguste alors avec… du fromage blanc accompagné de feuilles de brick toastées.

Tout bascule à nouveau avec le dernier verre. On constate à 15-16°C des arômes de meringue et de noix ! La bouche est alors très puissante et tout à fait adaptée à un dessert comme la tarte Tatin aux éclats de violettes proposée par le chef.

Cette expérience sur le Champagne, qui sera bientôt ouverte au public au restaurant Les Crayères à Reims, permet, selon Richard Geoffroy, de « repousser les limites de l’expérimentation et de découvrir les mystères de ce vin ».

 

 

 

A lire également :

 

Dark Lab, quand la dégustation à l’aveugle prend tout son sens

 

Voir les bouteilles de Dom Pérignon actuellement en vente sur iDealwine

 

Voir les ventes de Champagne sur iDealwine

 

En savoir plus sur la température de service des vins

En savoir plus sur le service des vins et la dégustation

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

La recette de la semaine : lapin à la tomate et au basilic

Voici une recette qui va vous bercer des premières flaveurs estivales : du thym, des olives et du basilic… A accompagner d’une jolie cuvée du Languedoc.

recette-tajine-agneau-fruits-secs

Recette de la semaine : tajine d’agneau aux figues et abricots

Une variante du tajine, où l’agneau est ici accommodé avec des figues et des abricots. Un plat parfait pour accompagner des rouges puissants comme ceux de la vallée du Rhône.

La recette du jour : Filets de loup poêlés, spaghetti de courgettes à l&#039huile d&#039olive vanillée

Terre d’excellence du chardonnay, Chablis se prête formidablement au jeu des alliances minérales et notamment iodées. Crustacés, homards, langoustines, écrevisses ...