Les domaines Faiveley et Dupont-Tisserandot se rapprochent

Faiveley - Dupont Tisserandot 2C’est un investissement qui fait la une en Bourgogne. Le domaine Faiveley gagne 20 hectares en côte de Nuits en s’associant à un autre nom reconnu, le domaine Dupont-Tisserandot, après une longue négociation.

On peut dire que le domaine Faiveley a tiré le gros lot grâce à cette opération qui complète joliment son portefeuille.  Il obtient en effet quelques grands crus (Mazis-Chambertin où les vignes ont 50 ans, Charmes-Chambertin avec des vignes de 60 ans et Corton-Rognet) ainsi que des premiers crus de renom à Gevrey-Chambertin (comme Les Cazetiers qui couvrent 2 ha de vignes âgées de plus de 45 ans, Les  Lavaux Saint-Jacques et la Petite Chapelle), mais aussi des appellations villages avec 9 ha de gevrey-chambertin village et 3 ha de marsannay village.

Le groupe Faiveley a acquis en leasing les vignes pour 25 ans ainsi que le droit de gérer le domaine et rachète, en plus de la société d’exploitation, 4 hectares de vignes (sur Marsannay et Gevrey-Chambertin dont quelques premiers crus).

Le domaine Dupont-Tisserandot compte un peu plus de 20 hectares répartis sur 20 appellations. Il était la propriété de la famille Dupont-Tisserandot depuis quatre générations. Même si le domaine se détache du giron familial, la génération actuelle participera toujours à la gestion du domaine. L’étiquette Dupont-Tisserandot est conservée mais le style Faiveley prendra le dessus.

Désormais le domaine Faiveley possède donc 140 hectares de vignes en Bourgogne de la Côte Chalonnaise à la Côte de Nuits en passant par la Côte de Beaune.

Le domaine Faiveley est une institution bourguignonne de longue date, fondée en 1825 par Pierre Faiveley, période suivant celle où le roi Louis XIV et sa cour avaient commencé à montrer un intérêt croissant pour les vins de la région. Le domaine est toujours dirigé par les Faiveley : aujourd’hui François et son fils Erwan sont à la tête du vignoble. Les sixième et septième générations continuent sur la même lancée et reflètent le dynamisme de cette entreprise familiale.

Consultez les ventes de vin

Consultez les ventes de vin du Domaine Faiveley

Consultez les ventes de vin du Domaine Dupont Tisserandot

Recherchez le prix d’un vin

Consultez la cote iDealwine d’un vin

A lire également dans le blog iDealwine :

Grande première : un Chinois achète des vignes en Bourgogne !

Vins de Bourgogne : la tentation de la Chine…

Un livret sur les meilleurs accords avec les vins de Bourgogne

Le point sur les vendanges 2013

Tags:

  • Voir les commentaires (12)

  • Danjoy

    J’ai un problème avec votre article: 1825 et Louis XIV ? Historiquement, ça ne tient vraiment pas la route…

    • iDealwine

      Vous avez tout à fait raison, merci de votre remarque. La maison Faiveley est fondée en 1825, mais Louis XIV était mort depuis déjà 110 ans.

  • Eric ROSENBERG

    Louis XIV en 1825 ? Ne serait-ce pas plutôt en 1725 ?

    • iDealwine

      Oui, vous avez raison, veuillez nous excuser de cette erreur, merci de votre lecture attentive.

  • HIRTZ

    Bonjour.

    je viens de lire votre aticle sur le domaine Faiveley. Vous signalez que le domaine a été fondé en 1825, époque à laquelle Louis XIV et sa cour commencerent à s’interesser aux vins de cette région. Le règne de Louis XIV s’état fini en 1715 (le 1er septembre pour être précis), il doit y avoir une erreur quelque part. Je suis donc allé jeter un oeil au site du domaine Faiveley, et il semblerait que vous ayez un peu trop synthétisé un paragraphe du site, où l’on peut lire :
    « Ce n’est que sous le règne de Louis XIV, à partir du moment où les Grands de la Cour et les Ambassadeurs étrangers à Paris commencèrent à s’y intéresser, que les vins de Bourgogne connurent une plus large renommée.
    C’est dans ce climat que Pierre Faiveley fonde la Maison en 1825. »

    Vous noterez la nuance: le domaine Faiveley resitue sa création dans un contexte favorable depuis plus d’1 siecle, mais n’associe pas sa date de creation à Louis XIV et sa cour.

    La nuance est peut-être ténue, mais elle jette le doute sur votre résumé et le sérieux des infos diffusées sur votre site – que par ailleurs je lis avec interet et gourmandise.

    Cdt

    Thierry HIRTZ

    • iDealwine

      Bonjour,

      Merci pour vos recherches et pour nous signaler l’erreur que nous corrigeons de ce pas

      Bonne journée,

  • Jules

    En 1825, le Roi Louis XIV et sa Cour ne devait plus boire beaucoup de Bourgogne…

    • iDealwine

      Merci de nous avoir signalé cette erreur

  • Van Hemelryck

    Bonjour,

    Surement une erreur de frappe mais il est mentionné la création de Faiveley en 1825 « période à laquelle le roi Louis XIV… ».. Il n’était donc pas mort depuis le temps ? 🙂

    • iDealwine

      Bonjour,
      Effectivement, il était mort depuis longtemps à cette date!
      Merci de nous signaler l’erreur de frappe.

  • VERGELY

    « Le domaine Faiveley est une institution bourguignonne de longue date, fondée en 1825 par Pierre Faiveley, période à laquelle le roi Louis XIV et sa cour commencèrent à montrer un intérêt croissant pour les vins de la région. »
    Sacré LOUIS, il nous surprendra toujours…..
    Il se murmure même du coté de Castillon que Charles VII après sa victoire sur TALBOT est pris le partie de nommer Michel ROLLAND pour conduire ses vignes en Biodynamie !!!
    Sans Rancunes

    • iDealwine

      Veuillez nous excuser pour cette erreur, nous vous remercions de nous l’avoir signalée.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Les climats de Bourgogne candidats au patrimoine de l'Unesco : le projet qui unifie toute la Bourgogne

« Diversité dans l'unité c’est tout le génie du climat » s'enthousiasme Aubert de Villaine, copropriétaire du domaine de la Romanée Conti et président de l'association qui présente le projet ...

Recettes de confinement de l’équipe (2) | On voyage dans sa cuisine avec Constance

Vous regrettiez de ne pas avoir de temps pour cuisiner et ouvrir vos plus jolis flacons ? Cessez de procrastiner ; je vous emmène pour un petit voyage culinaire !

Brèves de comptoir : portrait d’un client, Frédéric Boulenger

Cet inconditionnel des premières heures d'iDealwine, séduit par l'audace de "ces trois jeunes d'horizons assez bizarres"* (sic) qui se lançaient à l'assaut du monde des enchères, est un adepte des ...