Les cabernets gourmands de Pierre et Catherine Breton

chinon

Au cœur de la Touraine, non loin de la confluence entre la Loire et la Vienne, Catherine et Pierre Breton produisent de superbes chinons et bourgueils. Que ce soit pour produire des vins de plaisir immédiat ou des cuvées de longue garde, le domaine sait tout faire du grand cépage rouge de Loire, le cabernet franc, qu’on appelle même breton dans la région.

Comme un symbole, le cabernet franc est surnommé en Touraine (Chinon, Bourgueil), et en Anjou (Saumur-Champigny à l’ouest) le breton. La légende l’attribue à l’abbé Breton, administrateur de Saint-Nicolas de Bourgueil (sur les terres du cardinal de Richelieu) qui au XVIIeme siècle aurait planté le premier plant de cabernet franc dans la région. Mais, on retrouve déjà dans le XVIeme siècle une mention de ce « bon vin breton » dans les écrits de Rabelais concernant les vins du pays de Vernon.

Peut-être prédestiné, Pierre Breton s’installe à Bourgueil en 1982 en reprenant les vignes de ses grands-parents, dont le domaine pratiquait la polyculture et livrait la vendange à la coopérative de Restigné. En amont du fleuve, toujours en Touraine, la famille de Catherine possède quant à elle quelques vignes à Vouvray. L’histoire qui suit, est celle d’une série d’intuitions géniales, d’essais fructueux ou non, et de rencontre avec de brillants vinificateurs un peu marginaux à un moment où la viticulture française se trouve dans une logique très productiviste.

Catherine et Pierre Breton

Ces rencontres décisives ont lieu avec Marcel Lapierre et de Jean Foillard, “disciples” de Jules Chauvet, les deux vignerons de Morgon convainquent le couple d’arrêter l’usage de levures exogènes et de travailler pratiquement sans soufre. L’idée est de retrouver en bouteille l’intensité du fruit que le vigneron goûte avec tant de plaisir avant l’ajout de soufre, lors de la mise en bouteille. Cette démarche n’est alors peu commune quand on sait les risques que cela comporte… A cela s’ajoute l’utilisation de compost pour travailler les sols Et enfin une réflexion sur l’élevage en étudiant l’utilisation de divers contenants pour préserver le fruit et le terroir sans les masquer par des artifices.

En 1989, l’ensemble du domaine est converti à la culture biologique. En vinification, après avoir pratiqué le pigeage répété, Pierre Breton se dirige vers une vinification en douceur, peu interventionniste, privilégiant une extraction douce de la matière. En 1996 il décide de ne plus chaptaliser et l’année suivante, le domaine passe en biodynamie. Ils se conseillent et échangent avec un autre vigneron : François Dutheil de la Rochère (alors à la tête du Domaine Sainte-Anne à Bandol). En 1992, la cuvée Nuit d’Ivresse voit le jour : la première vinification sans soufre du domaine. En 2002, Catherine vinifie ses premiers vouvrays (sous l’étiquette la Dillettante) et renoue avec sa propre histoire familiale.

Catherine Breton

Aujourd’hui le domaine propose trois types de vins aux amateurs : des vins dits “nature”, à boire jeunes sur le croquant du fruit, de ces vins de copains que l’on débouche à l’improviste. Et ils étonnent par leur spontanéité. Mais attention, ils sont formidablement bien travaillés. Pas de ferme ou d’écurie ici, juste un fruit intense, croquant et pur. Il s’agit des cuvées de bourgueils Avis de Vin Fort, La Dilettante et Nuits d’Ivresse.

Le domaine produit également de superbes bourgueils (légèrement soufrés).  Issus de vignes plus âgées, ils donnent un vin un peu plus dense. Ce sont les deux bourgueils, « Trinch ! » et « Les Galichets ». Enfin, le domaine a créé plusieurs parcellaires de très haut niveau, les bourgueils Clos Sénéchal et Perrières. Une dégustation vous convaincra immédiatement du magnifique potentiel de garde de ces vins. En 2016, leur fils Paul vendange avec ses parents pour la première fois. Souhaitons au domaine qu’il continue de nous régaler comme il l’a tant fait jusque-là.

 

Les vins du domaine Catherine et Pierre Breton :

Bourgueil les Galichets Catherine et Pierre Breton 2015
Le millésime 2015 a apporté au rouge de Loire une parfaite maturité. Les Galichets est ainsi un superbe bourgueil avec un fruit mûr mais tout en conservant le mordant et la fraicheur ligérienne.

Bourgueil Nuits d’Ivresse Catherine et Pierre Breton 2014
16/20 RVF Guide meilleurs vins RVF 2017 :
«  Une pointe de réduction n’entame en rien la fraîcheur de ce vin velouté et gourmand, dont la finesse et le caractère digeste n’ont jamais été aussi flagrants que dans ce millésime. Irrésistible ! »

Bourgueil Clos Sénéchal Catherine et Pierre Breton 2012
16,5/20 RVF Guide des meilleurs vins RVF 2017 coup de cœur de l’année :
«  Une dimension crayeuse et déliée dans le fruit vif et assez éclatant de ce vin ample : stimulant, porté par une saine acidité, il a gardé toute la santé d’origine de ses raisins. Très persistant, nous ne l’avons jamais vu meilleur que cette année. »

Bourgueil  franc de pied Catherine et Pierre Breton 2015
Un superbe franc de pied, concentré qui allie persistance aromatique et intensité.

Bourgueil Perrières Catherine et Pierre Breton 2011
16,5/20 RVF
Issu de vieilles vignes, ce vin porté aux beaux arômes de fruits rouges, avec des tanins droits et cajoleurs mérite un léger carafage pour en apprécier toute la dimension.

Le domaine Catherine et Pierre Breton ce qu’en disent les guides:

Guide RVF des meilleurs vins de France 2017 (une étoile sur 3):

Depuis plus de vingt ans, Pierre et Catherine Breton creusent avec succès leur sillon de vin bio en Touraine. Leur fils Paul les a désormais rejoints au domaine. Les tanins très fins et doux des longues macérations se retrouvent dès les délicieuses cuvées de soif Nuit d’Ivresse et Avis de Vin Fort ; peu protégé en soufre, ce dernier est à boire jeune. Les vins de terroir (Clos Sénéchal, Les Perrières, Picasse), plus intenses, n’ont jamais présenté autant de finesse et de précision que dans les derniers millésimes. Ils savent aussi très bien vieillir, comme quelques verticales récentes du domaine l’ont prouvé.

Les vins : la réjouissante nouveauté de la cave cette année est un grolleau à 10,4 % d’alcool, friandise acidulée et parfaitement désaltérante. Une pointe de réduction n’entame en rien la fraîcheur du Nuit d’Ivresse 2014, vin velouté et gourmand, dont la finesse et le caractère digeste n’ont jamais été aussi flagrants que dans ce millésime. Irrésistible !

 

Guide des vins Bettane+Desseauve 2017 (deux étoiles sur cinq) :

Les cuvées de bourgueil qui comptent pour 10 hectares, sont sortis à l’aveugle dans le trio de tête de nos dégustations à l’aveugle. Ne boudons pas notre plaisir de retrouver ce domaine en grande forme, avec un naturel du fruit et de constitution unique sur le secteur. Bravo à Catherine et Pierre Bretonqui portent bien leur nom ! Les 6 hectares de chinon ont également du style.

Les vins : les perrières offrent une fraicheur unique sur Bourgueil et le clos-sénéchal possède toujours cette race que l’on trouve au fil des millésimes.

Coup de cœur : Clos Sénéchal 2012 15,5/20
Le tannin très dynamique offre une grande race et il déroule une matière d’une grande pureté avec toujours un sens de la digestibilité rabelaisien.

Voir Les vins du domaine Catherine et Pierre Breton

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Incursion dans les Alpilles, au domaine de Trévallon

Domaine des croix : la petite perle bourguignonne
Zoom sur le domaine Jayer-Gilles en Hautes Côtes de Nuits
Ermitage du Pic Saint Loup : La révolution des frères Ravaille

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

RC 1990

Une bouteille de Romanée Conti 1990 vendue 12620€ en vente on-line sur iDealwine

Lors de la vente on-line qui se déroulait sur iDealwine jusqu’au 3 juillet dernier, une bouteille de Romanée Conti Grand Cru 1990 a été adjugée 12620€, frais de vente compris.

Le bon accord : pour en finir avec la Saint-Valentin

Arnaque marketing ou grande célébration de l'amour, à chacun son avis sur la Saint-Valentin. Ce qui est certain, c’est qu’il est difficile d’échapper au piège du 14 février. Fleurs, bijoux, ...

Grand Tasting 2015 – 450 exposants, comment s’y retrouver ?

L’édition 2015 du Grand Tasting compte quelque 450 exposants représentant toutes les régions viticoles françaises. Plus encore cette année vous pourrez déguster les vins de 60 domaines étrangers dont 42 ...