Le Muscadet | Crus, cépages, élevages… Zoom sur cette appellation montante

Vignoble Loire renouveau Muscadet iDealwine

Aaahh ! Le Muscadet ! Qui n’en a pas eu, un jour, une image désuète ? Qui ne l’a pas imaginé uniquement servi avec une assiette d’huîtres fraîches en période estivale ? Pourtant, cette région a de quoi vous surprendre grâce à l’arrivée d’une nouvelle génération de vignerons qui a drastiquement modifié les modes de culture et de vinification. Les vins s’en trouvent transformés… et méritent d’être racontés.

Un point sur l’appellation Muscadet

Le Muscadet ? 9 000 hectares de superficie à l’histoire pluriséculaire. Le vignoble a en effet été planté par les Romains, lors de leurs conquêtes gauloises, avant que les moines ne s’emparent de sa culture et ne la développent avec talent au Moyen-Âge.

Le Muscadet, c’est aussi une des appellations les plus anciennes, puisque reconnue en 1937, et la première de la région ligérienne en termes de volume.

En réalité, le Muscadet est plus complexe que cela puisqu’il est complété d’appellations sous-régionales de Muscadet-sur-Lies :

  • Muscadet-Sèvre-et-Maine : la plus importante des trois avec plus de 6 000 hectares de surface plantée et située entre les deux rivières éponymes ;
  • Muscadet-Côtes-de-Grandlieu : confidentielle, elle doit son nom à un lac local ;
  • Muscadet-Coteaux-de-la-Loire : située entre Nantes et Ancenis, elle est la plus petite des trois, au regard de sa superficie.

A cela s’ajoute un système de crus communaux qui reconnaît des terroirs exceptionnels depuis 2011 : Clisson, Gorges et Le Pallet, rapidement ralliés par Goulaine, La Haye-Fouassière, Champtoceaux, Vallet, Monnières Saint-Fiacre, Château-Thébaud et Mouzillon-Tillières.

Les cépages du Muscadet

Sans grande surprise, le Muscadet est le royaume du vin blanc. Il est donc une appellation blanche à 99% composé de… muscadet, aussi appelé melon de Bourgogne. A ses côtés, la folle blanche permet de réaliser le gros-plant-du-pays-nantais. En rouge, le gamay offre des vins rouges légers à cette même appellation. A noter que, depuis peu, le chardonnay fait également partie des cépages qui sont cultivés dans le Muscadet.

Le renouveau du Muscadet

Nombreux sont les amateurs qui portent quelques préjugés sur cette appellation « pépite ». Force est de reconnaître que le vin souffrait auparavant d’un manque d’identité, voire d’une image de vin acide. Par ailleurs, le négoce fixait les demandes de volume et… Les régions à l’entour, jugées plus prestigieuses, empiétaient sur sa réputation.

Alors, lassés, des vignerons ont souhaité lutter contre le système qui voulait que leurs vins soient embouteillés et vendus avant le 30 novembre qui suit la récolte. En créant l’association Le Gorgeois, ils ont établi un cahier des charges sérieux à la fin des années 1990. Au programme ? La volonté de récolter les grappes manuellement, de restreindre les rendements pour obtenir des baies hautement qualitatives et d’élever longuement les vins afin d’atténuer l’acidité tant critiquée. Le résultat de ces évolutions a été la classification des lieux (dont je vous ai parlé plus haut) et l’introduction d’un nouveau cépage : le chardonnay.

L’élevage des crus du Muscadet

Avez-vous déjà entendu parler de l’élevage sur lies ? Selon les dires, celui-ci aurait justement été découvert dans le Muscadet. Aujourd’hui, il est réclamé pour la réalisation des crus qui nécessitent un élevage de 18 à 24 mois minimum. Au cours de cette étape, les lies (levures mortes qui, de leur vivant, avaient enclenché la fermentation alcoolique en transformant le sucre des baies en alcool) restent en contact avec le jus. En se décomposant (c’est le processus d’autolyse pour les férus de mots scientifiques), elles transforment le vin, l’arrondissant, l’enjolivant d’arômes, le complexifiant et le dotant d’un bon potentiel de garde.

Le muscadet, quel goût, quels accords ?

De façon générale, le muscadet séduit par la délicatesse et la discrétion de ses arômes majoritairement floraux, acidulés (agrumes) et salins. L’élevage sur lies est susceptible d’apporter un côté quelque peu perlant équilibré par un joli gras. Tranchant, presque nerveux, le muscadet se savoure volontiers dans sa jeunesse avec des mets fins comme, cliché à l’appui, du poisson et des fruits de mer. Osez aussi le jambon blanc, les rillettes et autres terrines dont la générosité est alors balancée par la vivacité du vin. Les autres, et surtout les crus, disposent parfois d’un potentiel de garde atteignant la dizaine d’années. Leurs arômes et leur texture plus riches s’associent alors volontiers avec des mets de caractère comme une volaille en sauce crémée aux champignons, un risotto ou un fromage de chèvre (régional !) affiné !

Les vignerons à suivre de près… et à retrouver sur iDealwine

Quelques valeurs sûres ont indéniablement porté le Muscadet à son sommet. Et il semblerait que cette petite révolution ne soit pas finie… Parmi eux, ces quelques propriétés qui figurent dans notre réseau de domaines partenaires :

  • Domaine de l’Ecu (1* sur 3 La RVF) : l’une des signatures emblématiques issue de grands terroirs que le vigneron bichonne à coup de culture bio et biodynamique. En cave ? Une vinification naturelle s’impose.
  • Domaine de Bellevue (2* sur 3 La RVF) : à la tête de ce domaine, Jérôme Bretaudeau, connu pour son extravagance, tant sur les cépages qu’il cultive que sur les techniques de vinification qu’il instaure.
  • Jo Landron (1* sur 3 La RVF) : doté de grandes moustaches reconnaissables entre toutes, il a largement œuvré pour la reconnaissance de ce vignoble. Son secret ? Une culture biodynamique, des vinifications parcellaires, des vins de garde qui allient matière et minéralité.
  • Luneau-Papin (2* sur 3 La RVF) : la star du parcellaire qui vinifie le melon de Bourgogne sous toutes ses coutures avec une dizaine de cuvées d’une précision redoutable.
  • Bonnet-Huteau(1* sur 3 La RVF) : un vignoble familial de 40 ha certifié bio depuis 2005.

Retrouvez les vins du Muscadet en vente sur iDealwine

  • Voir les commentaires (2)

  • Cyril

    Merci de cette mise en lumiere
    Rajoutons D. De la Pepiere, D. Bregeon, Fay D’homme
    et puis la génération nature
    et les cuvées de cépages historiques la folle blanche, le pinot noir

  • Louboutin

    Bravo pour votre présentation. Le muscadet est de tous temps (oui c’est vrai, c’est le seul, ou presque) le plus grand vin breton.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Hospices de Beaune 2019 | Les enseignements de la 159ème vente des vins

Dimanche 17 novembre se tenait un événement iconique : la vente aux enchères des Hospices de Beaune. Décryptage des résultats.

Domaine Trimbach

La maison Trimbach : une institution alsacienne depuis près de quatre siècles

La maison Trimbach s’est imposée au fil des siècles comme une référence incontournable de la région. Cette belle maison dispose de terroirs exceptionnels et d’un savoir-faire largement reconnu.

Pape Clément, Haut-Bailly, Haut-Brion, La Mission

Délimitée en 1987, l’aire de production de Pessac-Léognan concentre les meilleurs crus produits dans l’appellation Graves. Elle recèle quelques pépites, ...