Crowdfunding : quand un domaine de Bourgogne se lance dans le financement participatif

Le crowdfunding s’applique aussi au monde du vin ! Il y a quelques jours nous en avons fait l’expérience en dégustant les vins du domaine de la Roseraie, une exploitation bourguignonne accompagnée par Fundovino.

Le domaine de la Roseraie, jeune exploitation bourguignonne produisant des vins biodynamiques et naturels en AOC Bourgogne, Hautes-Côtes de Beaune et Beaune Villages tenait il y a peu une dégustation d’un genre particulier. Car elle était organisée par la société Fundovino, une plateforme en ligne de financement participatif (crowdfunding) dédiée à l’univers du vin, qui accompagne justement le domaine de la Roseraie dans sa recherche de fonds pour se développer. L’occasion de découvrir à la fois une superbe production et une start-up innovante.

Le domaine de la Roseraie est la création de Julien Petitjean, un historien originaire de Bourgogne, tombé amoureux du vin et de la viticulture lors de recherches universitaires qui le menèrent à la rencontre de vignerons passionnés et passionnants de la Côte de Nuits.

Sa sensibilité d’historien l’orienta vers les techniques traditionnelles, apprises auprès de vignerons engagés dans cette voie-là et pétris de « bon sens terrien ». Il a gravi petit à petit les échelons jusqu’à devenir régisseur d’un très beau domaine bourguignon.

En 2012, après 10 années d’expérience dans la viticulture, il saisit l’opportunité d’acquérir une parcelle de vigne pour son compte, 1,20 ha en appellation Beaune Villages : le domaine de la Roseraie est né. Un vignoble travaillé dès le départ selon les principes de la biodynamie et vinifié de manière très peu interventionniste. Cette volonté de produire des vins épurés et élégants a donné son nom au domaine. Le vigneron a rapidement agrandi son vignoble via des parcelles en location. Fort de 3,5 ha de vignes, le domaine produit environ 10 000 bouteilles, distribuées en France, en Angleterre, en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis. Sa production a convaincu de nombreux professionnels, qu’il s’agisse de cavistes ou de restaurateurs, y compris étoilés.

Si l’histoire est belle, elle n’en est pas pour autant paisible . Pour s’en sortir financièrement, Julien Petitjean doit jongler entre son jeune domaine et son travail en tant que salarié chez un autre producteur réputé de la Côte Chalonnaise. Pour pouvoir vivre de son exploitation, le vigneron a besoin de s’agrandir et c’est la raison pour laquelle il a lancé une campagne de crowdfunding sur Fundovino. Via ce premier projet, il cherche à collecter au moins 15 000€ pour financer ses plants de vigne, produit par l’un des meilleurs pépiniériste, Lilian Bérillon (dont nous vous parlions dans cet article :  » Le jour où il n’y aura plus de vin – L. Gasparotto et L. Bérillon« ). Ces pieds seront plantés sur une parcelle d’1,5 hectares rétrocédée par la SAFER au domaine de la Roseraie, sur la commune d’Echevronne au Nord de Beaune. Un tiers de cette nouvelle parcelle a déjà été planté, et la collecte sert à financer le 2e tiers, prévu pour le printemps 2019.

Nous avons pu déguster le Beaune vieilles vignes 2015, le Maranges 2014, le Hautes-Côtes de Beaune 2014 et le beaune blanc 2015. Des vins extrêmement fins, épurés, proches du fruit tout en étant structurés et offrant une belle fraîcheur. Prometteurs et de très belle facture.

En savoir plus sur le projet de crowdfunding du domaine de la Roseraie

Fundovino, la start-up de crowdfunding du vin

Cette soirée nous a également donné l’occasion d’en savoir plus sur la société Fundovino, une plateforme en ligne de financement participatif (crowdfunding) dédiée à l’univers du vin.

Quelques questions à Jean-Christophe Guérard, CEO de Fundovino et Valerie Chevalier, responsable marketing et communication de Fundovino

Pouvez-vous nous parler un peu la création de Fundovino ?

« Le site a été mis en ligne en août 2014 et a déjà financé plus d’une vingtaine de beaux projets. Nous sommes une dizaine d’associés à collaborer sur ce projet, issus d’univers variés : des professionnels et passionnés du vin, comme le négociant bourguignon Anima Vinum, un restaurateur, un hôtelier, un sommelier mais aussi des associés issus du monde du marketing ou de la banque. C’est grâce aux professionnels que nous pouvons sélectionner de beaux projets, ce sont eux qui repèrent les vignerons. D’emblée, nous avons pu déceler une très forte demande de la part des viticulteurs en matière de crowdfunding pour des investissements matériels, de taille moyenne, mais également pour l’acquisition de parcelles. Notre objectif est de monter en taille de projets pour financer des Investissements Participatifs de 300.000 à 1.000.000€ et nous y travaillons d’arrache-pieds ! »

Comment sélectionnez-vous les projets ?

« La qualité des vins que nous mettons en avant est le premier critère de choix .Nous sélectionnons des vins et des domaines qui ont déjà acquis une certaine reconnaissance auprès des professionnels du secteur. On privilégie toujours la qualité des dossiers plutôt que la quantité ! Les projets concernent essentiellement des domaines, comme par exemple les champagnes Francis Boulard (achat de foudre), le Domaine Henri Milan en Provence ou le Clos de l’Ours à Cotignac (plantation en sélection massale), mais parfois aussi d’autres types de projet, comme la publication du Dictionnaire des cépages de Pierre Gallet.  »

Comment fonctionne le système de dons et contre-dons ?

« Il y a d’un côté le porteur de projet qui cherche à faire financer une partie de son projet et de l’autre, des donateurs, qui participent au projet via un don. En retour, ils reçoivent une contrepartie, souvent sous forme de bouteilles, ou parfois d’événements, de dégustations… Mais comme nous le disions précédemment, dans un avenir relativement proche, il sera également possible d’investir dans des domaines. Les donateurs sont essentiellement des passionnés de vin, des proches du porteur de projet ou simplement des personnes désireuses d’aider un beau projet viticole. »

Quel est l’avantage d’une telle solution ?

« Le financement participatif est un métier récent, en évolution constante , qui va offrir de belles opportunités, notamment dans le domaine de la viticulture ou plus largement de l’agriculture. Il va permettre d’accompagner une génération d’entrepreneurs viticoles aimant sortir des sentiers battus et tester de nouvelles façons de faire. C’est un mode de financement alternatif ou complémentaire au système bancaire classique . Il existe nombreux viticulteurs talentueux dans toutes les régions viticoles. Enfin le Crowdfunding n’est pas seulement un mode de financement, c’ est  également une campagne de communication auprès des consommateurs via les réseaux sociaux, la presse, les blogs, mais également … des moments conviviaux autour d’un bon verre comme le Jeudi 29 mars à la Brasserie Baroche pour la dégustation Julien Petitjean . »

En savoir plus sur Fundovino

Voir tous les vins en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

PARUTION : le Baromètre iDealwine 2018 – Analyse du marché des enchères de vin

Le vin à l’heure du crowdfunding

Calendrier lunaire… Comment marchent les rythmes cosmiques en biodynamie ?

Jean-Michel Comme (Pontet-Canet) : « la vigne est ma seule passion sur terre »

Les vins bio, un marché en plein boom

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Orages sur le vignoble de Bordeaux, désespoir

Les Landes mais aussi la Gironde ont été frappées par de violents orages de grêle dans la nuit de mardi ...

Vente vins aux enchères grands crus

Enchères : 3 500 lots et plus d’un siècle de millésimes

Et voici les premières enchères de l’année ! De quoi attaquer 2016 avec des lots exceptionnels, des vins prestigieux et surtout plein de bonnes affaires, en provenance de toutes les ...

clos fourtet

Le propriétaire de Clos Fourtet acquiert trois grands crus classés de Saint-Emilion

C’est officiel, Matthieu Cuvelier a confirmé avoir acquis trois nouveaux châteaux à Saint-Emilion : le Clos Saint-Martin, le château Côte de Baleau et le château Les Grandes Murailles.

Partage(s)