Primeurs 2015, les coups de cœur d’iDealwine dans le Médoc (Episode 3)

Primeurs-Bordeaux-2016-MedocSuite de notre petite revue des primeurs bordelais : nous poursuivons notre traversée du Médoc à la découverte des crus classés et des crus bourgeois produits en 2015.

Les dégustations se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Il est hautement improbable  de rencontrer un millésime parfaitement homogène d’un bout à l’autre du vignoble bordelais. En 2015, l’impact du facteur climatologique s’est bien évidemment révélé déterminant sur la qualité des vins produits. Les choix de vinification et le talent des hommes qui oeuvrent dans les chais ont fait le reste. En parcourant le Médoc, nous avons goûté des vins délicieux et séduisants, mais nous avons également relevé – notamment au nord de l’appellation – que certains pouvaient être marqués par des tannins austères, des notes de verdeur, ou, pour d’autres, encombrés de notes boisées un peu trop marquées. Au sein d’une même appellation comme Pauillac par exemple, les écarts sont manifestes. Nous avons également goûté un certain nombre de crus bourgeois (ou assimilés). Petit inventaire de nos coups de cœur.

De belles réussites à Saint-Julien

Primeurs-Bordeaux-2016-Médoc2.pngLes crus de Saint-Julien étaient dégustés au Château Gruaud Larose. Cette propriété magnifique est désormais flanquée d’un drôle d’observatoire construit au-dessus de la salle de dégustation. L’édifice offre, il faut le reconnaître, une vue splendide sur les environs. Les vins de cette appellation se présentent généralement favorablement en primeur, offrant des tannins relativement discret et une matière déjà souple. 2015 n’a pas fait exception à la règle. Parmi les nos coups de cœur, nous avons relevé :

Château Beychevelle 2015
42% CS – 47%M – 7% CF – 4% PV

Le 2015 offre un nez très friand, et gourmand, quoique encore discret. La bouche, également très fruitée, se caractérise par un boisé discrètement présent en milieu-fin de bouche. Légère amertume, mais belle maturité de tannins.

A noter : en cours de finition, un chai entièrement transparent orne désormais l’entrée du domaine.

Château Branaire Ducru 2015
65% CS – 26%M – 4% CF

Nez gourmand caractérisé par un beau fruit. Si une légère amertume se manifeste en bouche, la texture se caractérise par beaucoup de finesse et d’élégance, la fin de bouche est admirablement fraîche. Belle longueur.

Château Gloria 2015
60% CS – 27% M – 6% CF – 7% PV

Nez exubérant, très séduisant. En bouche, masse tannique importante, ensemble puissant, finale légèrement boisée.

L’observatoire du Château Gruaud Larose
L’observatoire du Château Gruaud Larose

Château Gruaud Larose 2015

Au nez comme en bouche, de beaux arômes de fruits rouges (cerise, baies)

En bouche la texture est très souple, fondante, belle finesse de tannins, avec une finale gourmande sur un fruit bien mûr. Belle longueur.

Château Lagrange 2015
75% CS – 17% M – 8% PV

Joli nez, très friand, sur un fruit élégant. En bouche l’expression est précise, la trame fine, la fin de bouche sans aucune trace de verdeur. Très réussi.

Château Langoa Barton 2015
54% CS – 38% M – 8% CF

Nez de fruits rouges bien mûrs (notes de cerise). Attaque souple, texture veloutée dévoilant un fruit agréable et gourmand. Bel équilibre. Long en bouche avec une finale gourmande.

Château Léoville Barton 2015
86% CS – 14% M

Fruit superbe, le vin déploie au nez un bouquet complexe dominé par les fruits noirs (cassis). Très charmeur en bouche, la puissance est associée à une belle rondeur, les tannins sont bien fondus, la maturité du fruit est superbe.

Château Léoville Poyferré 2015
65% CS – 26% M – 3% CF – 6% PV

Au nez, très beau bouquet associant fruits rouges et noirs et épices dans un bouquet complexe. Les tannins sont puissant, la matière follement élégante. La finale sur un fruit parfaitement mûr ne porte aucune trace de l’élevage pourtant réalisé à 85% en barriques neuves.

Château Saint-Pierre 2015
75% CS – 19% M – 6% CF

De la gourmandise à tous les niveaux : au nez, avec beaucoup d’élégance, en bouche, avec un fruit bien mûr. Belle maturité des tannins.

A noter : le domaine pratique désormais la prise de photo aérienne pour déterminer le moment le plus propice à la vendange.

Château Talbot 2015
66% CS – 31% M – 3% PV

L’élégance est la caractéristique principale de ce vin en 2015. Le nez présente un bouquet très fin d’arômes mêlant fruits et épices, en bouche la trame serrée et la texture fine dévoilent des flaveurs de fruits noirs et des notes délicatement grillées. L’ensemble livre de beaux tannins, et une longueur irréprochable.

Pauillac, un millésime technique

Les vins de Pauillac étaient dégustés cette année avec leurs voisins de Saint-Estèphe, au Château Lafon Rochet qui, tout juste sorti des plâtres des travaux, inaugurait de superbes installations. 2015, dans cette partie du vignoble bordelais, est sans aucun doute une année qui a mis à l’épreuve les nerfs des responsables techniques des domaines. Après un début d’été très chaud, suivi d’un mois d’août plus frais, voire pluvieux, le vignoble a été frappé fin septembre d’épisodes de pluies inopportuns, certains cépages n’étant pas encore parfaitement mûrs. Certaines propriétés ont fait le choix de rentrer tout de même la vendange. Les choix techniques effectués dans les chais (tri, assemblage) se révèlent plus que jamais déterminants pour la qualité des vins. Parmi nos coups de cœur, nous avons relevé :

Primeurs-Bordeaux-2016-Médoc4.pngChâteau d’Armailhac 2015

Joli nez de fruits (groseille) caractérisé par une belle fraîcheur. En bouche, classique, un peu austère. Une finale élégante sur des notes de moka.

Château Grand Puy Ducasse 2015
60% CS – 40% M

Nez classique, typique de Pauillac (arômes de cassis, d’épices douces). En bouche on retrouve les mêmes fruits rouges et noirs, belle maturité, boisé assez présent mais structure tannique bien équilibrée. La matière est puissante mais reste élégante jusqu’en finale. Bonne longueur

Château Grand Puy Lacoste 2015
74% CS – 23% M – 3% CF

A noter : la présence de cabernet franc dans l’assemblage est rare, la dernière fois qu’on l’y avait trouvé, c’était en 2009. Attaque vive, la trame est puissante, élégante, avec une belle acidité. Beaucoup de tension jusqu’en finale, tannins bien équilibrés, boisé fondu.

Château Haut Bages Libéral 2015
65% CS – 35% M

Joli nez assez charmeur, fruit bien mûr. Les notes boisées sont présentes en bouche, mais bien intégrées, elles apportent de jolies touches grillées en finale. Légère amertume en fin de bouche.

Château Lynch Bages 2015
70% CS – 24% M – 4% CF – 2% PV

Elevé à 75% en fûts de bois neuf. Joli nez relevé de notes poivrées et de graphite, matière suave, belle densité.

A noter : dommage que l’accueil « austère » n’ait quelque peu nuancé la belle perception initiale du vin à la dégustation.

Château Pibran 2015
50% CS – 50% M

Un peu réservé, joli nez classique, tannins élégants, jolie fraîcheur en fin de bouche en dépit d’un boisé encore assez présent.

A noter : un vin produit sur 17 hectares dont 7 en bio.

Château Pichon Lalande 2015
68% CS – 29% M – 2% CF – 1% PV

Le merlot fait son retour dans l’assemblage après avoir été éclipsé ces dernières années. Nez très fin de petits fruits rouges bien mûrs et noirs, agrémentés d’arômes d’épices et de graphite. Beaucoup de finesse en bouche également, sur des notes florales, avec un boisé assez présent, qui devrait se fondre harmonieusement. Un profil très concentré avec une belle tension et des tannins puissants mais soyeux.

Château Pichon Longueville Baron 2015
77% CS – 23% M

Nez de fruits noirs à parfaite maturité, relevé de notes poivrées. Masse tannique importante, belle énergie mais la puissance est maîtrisée, aucune lourdeur. Les tannins bien mûrs assurent une belle structure et la bouche se déploie très gourmande, jusqu’en finale, tout en fraîcheur, avec une belle longueur. Le boisé n’est pas omni-présent, bien que le vin soit élevé à 80% en barriques neuves. Beaucoup d’élégance et d’équilibre dans le vin.

A noter : les Griffons de Pichon Baron (60% CS – 40%M), l’un des deux seconds vins du domaine (avec Les Tourelles de Longueville) nous ont séduits avec leur nez classique, au profil parfaitement typé Pauillac (cassis, fruits noirs, graphite). Belle trame élégante, qui s’achève sur des notes gourmande de moka.

Et tiens, pendant que nous y étions, nous avons goûté les vins du groupe Axa Millésimes produits à Sauternes.

S de Suduiraut 2015
57% sauvignon, 43% sémillon

Un vin « expérimental », selon les mots de Christian Seely. Ce blanc, pourtant sec, offre un nez exubérant et exotique de fruits blancs et d’ananas, en bouche la texture fine et de belle acidité reste fruitée et gourmande jusqu’en finale. Beaucoup de finesse pour ce vin élevé à 25% en barriques neuves durant 9 mois.

Château Suduiraut 2015
94% sémillon, 6% sauvignon

Issu de rendements minuscules (4 hl/ha !), le Suduiraut 2015 est un sauternes au profil aérien. Le nez d’ananas rôti relevé de notes mentholées qui apportent une belle fraîcheur précède, en bouche, une texture veloutée, sans aucune lourdeur. Beaucoup de finesse et une belle acidité, avec des arômes d’agrumes et de pâte de fruits exotiques, sans excès de sucre. Superbe.

Le vin que nous n’avons pas (encore) goûté cette année, à grand regret  : Château Pontet-Canet, dont la pureté et l’élégance en font, de l’avis même de Jean-Michel Comme, « le meilleur vin » qu’il ait jamais produit au domaine… Prometteur, non ?

Saint-Estèphe, des vins élégants

Au Château Lafon Rochet on aime les couleurs, et avant tout le jaune
Au Château Lafon Rochet on aime les couleurs, et avant tout le jaune

Primeurs-Bordeaux-2016-Médoc6.pngChâteau Lafon Rochet
54% CS – 35% M – 6% CF – 5% PV

Nez assez réservé, élégant, bien mûr en bouche avec une jolie texture. Beaucoup de gourmandise en fin de bouche, relevée par d’agréables notes toastées. Belle acidité, puissance bien maîtrisée. Bien équilibré.

Château Meyney

Nez classique de fruits rouges et noirs relevés d’arômes délicatement poivrés. En bouche la trame est élégante, encore assez serrée, avec une belle énergie. Longueur moyenne, jolie finale souple.

Château Les Ormes de Pez
49% M – 44% CS –6% CF – 1% PV

Nez gourmand de fruits rouges agrémentés de notes grillées, toastées. Texture souple beaucoup de charme, légère notes d’élevage, belle longueur.

Château Phélan Ségur
53% CS – 47% M

Produits avec des rendements légèrement inférieurs à ceux qu’enregistre habituellement la propriété, le 2015 se montre agréable en bouche avec une belle acidité, des tannins bien présents mais sans excès. Belle longueur et finale équilibrée.

Château Serilhan

Nez expressif et puissant, relevé de belles notes épicées. Bouche aromatique, quelques notes boisées, des tannins élégants et bien fondus.

Primeurs-Bordeaux-2016-Médoc7.pngCrus du Haut-Médoc de Moulis

Nous n’avons pu venir à bout des 280 domaines présentés dans le cadre de la dégustation des Crus Bourgeois, lors de la semaine des primeurs. En revanche, nous avons croisé de jolis vins en diffférents poins de dégustation, et notamment chez les consultants Stéphane Derenoncourt et chez Hubert de Boüard. Même si le niveau des vins s’est révélé plus hétérogène dans cette catégorie, notamment en raison des aléas climatiques de septembre-octobre 2015, voici une sélection de ceux que nous avons aimés :

Château Belle-Vue 2015 – Haut Médoc

Nez de fruits rouges (cassis) relevé d’une pointe de graphite, densité de texture, joli toucher de bouche, des tannins pas encore fondus, présents mais assez ronds. Une très belle finale. Ce vin que nous suivons depuis son rachat par Vincent Mulliez en 2004, désormais géré par sa famille, ne nous déçoit jamais !

Château de Gironville 2015  – Haut Médoc

Dans la lignée de son « grand frère » le Château Belle-Vue, Gironville présente un profil très charmeur, gourmand, une belle matière, et de jolis tannins ronds.

Château Paloumey 2015  – Haut Médoc

Un vin plein de charme et de gourmandise, dans un registre élégant. Un vin aérien sans lourdeur, belle fraicheur.

Château Malescasse 2015  – Haut Médoc

Belle concentration, la trame est dense, des tannins déjà bien fondus, une bouche ronde et ample.
Un joli vin qui s’achève sur une finale élégante, en fraîcheur, avec une légère amertume. Belle longueur en bouche

Château Larose Trintaudon 2015 – Haut Médoc

Très belle rondeur pour un vin étonnamment prêt à boire, le boisé  est bien fondu.

Et aussi :

Primeurs-Bordeaux-2016-Médoc8.pngChâteau de Malleret 2015 – Haut Médoc

Un domaine (conseillé par S. Derenoncourt) situé aux portes de Bordeaux, sur des sols sablo-argileux. Il arbore un nez classique de fruits rouges épicés, encore relativement discret. En bouche il déploie un fruit gourmand, l’attaque est vive, la texture souple, le vin se montre déjà sous un jour très abordable, presque prêt à boire. Agréable.

Château Poujeaux 2015  – Moulis

Nez légèrement réduit qui laisse la place, en bouche à un joli fruit. Agréable fraîcheur mentholée en fin de bouche. Une texture encore légèrement marquée par les tannins mais soutenue par une belle acidité.

Château Bernadotte 2015  – Haut Médoc
52% M – 47% CS – 1% PV

Joli fruit en bouche, bien mûr. Trame fine, tannins serrés, élégants.
Pas très long mais belle finale sur le fruit, élégante.

Château Cambon La Pelouse 2015 – Haut Médoc
50% CS – 46% M – 4% PV

Un nez gourmand, très appétissant, le fruit est à parfaite maturité, sans excès.
En bouche la texture est encore serrée, tendue, mais équilibrée. La masse tannique est bien présente, notamment en fin de bouche, mais les tannins sont élégants ; belle acidité et longueur appréciable. Une réussite.

 

Consultez les ventes de vins de Bordeaux

En savoir plus sur les Primeurs

Recherchez le prix d’un vin

A lire également dans le Blog iDealwine :

Primeurs 2015, épisode 1 – Le millésime que Bordeaux espérait

Primeurs 2015, les coups de cœur d’iDealwine à Margaux et Pessac-Léognan (Episode 2)

Primeurs 2015 à Bordeaux : Saint-Emilion, Pomerol et appellations satellites, nos coups de cœur (Episode 4)

Dégustation : le millésime 2013 des grands crus de Bordeaux

 

Voir l’interview BFM d’Angélique de Lencquesaing « Primeurs à Bordeaux : faut-il investir dans le millésime 2015 ? » :

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Château Labégorce Zédé n’est plus… Vive le Château Labergorce à Margaux !

C’est décidé : à compter du millésime 2009 le Château Labégorce Zédé n’existera plus. L’industriel Hubert Perrodo, aujourd’hui décédé, avait acquis le château Labegorce en 1989, puis le Château de ...

Le « Jugement de Paris » : le jour où les vins californiens firent de l’ombre aux grands crus français

Le 24 mai 1976 avait lieu une dégustation à l’aveugle qui, bien que peu relayée à l’époque, contribua à changer la donne sur le marché mondial du vin. Retour sur ...

Collection particulière : les allocations des plus grands domaines français

Laissez-nous vous présenter une collection particulière encore plus exceptionnelle que d'accoutumée par la qualité des vins, du sourcing et des conditions de conservations.