Les notes du millésime 2018 : les régions viticoles du sud-ouest de la France

Millesime-2018-Bordeaux-SudOuest-Roussillon

Voici le troisième volet de nos notes et analyse du millésime 2018 en France, avec cette fois-ci, les vins du sud-ouest du pays : Bordeaux, le Sud-Ouest et le Roussillon.

Nous vous avons déjà livré nos analyses pour les régions du nord-est ainsi que celles du centre, voici maintenant celles du sud-ouest.

Le millésime 2018 dans le Sud-Ouest

Rouges : 17/20
Blancs : 17/20
Blancs moelleux : 17/20

Le plus hétérogène des vignobles français, avec de nombreuses appellations qui, le plus souvent, reposent sur un ou deux cépages qui leur sont spécifiques, a sans doute produit le millésime 2018 le plus… homogène en qualité avec une réussite presque générale pour tous les types de vins. Une réussite due aux maturités généralement tardives dans cette région, à une période où il a fait très beau, mais avec des nuits fraîches, ce qui a permis d’atteindre des maturités accomplies et très équilibrées. Toutes les appellations bénéficient de cette qualité avec de très belles cuvées notamment à Madiran, Fronton, Cahors en rouge, Gaillac, Jurançon et Pacherenc du Vic-Bilh en blancs secs et Jurançon encore en moelleux.

Voir les vins du Sud-Ouest en vente

Le millésime 2018 dans le Roussillon

Rouges : 16/20
Blancs : 15/20

Paradoxalement, le Roussillon, un peu comme le Languedoc, a produit des vins moins solaires que les millésimes précédents, essentiellement parce que la région a bénéficié de pluies plus abondantes que d’habitude, celles-ci ayant entraîné une forte pression du mildiou. Il semble que face aux complications de 2018, certains vignerons, par peur de perdre encore plus de récolte aient vendangé un peu trop tôt. En conséquence, on va trouver un certain nombre de cuvées un peu “faiblardes”, manquant de chair et de profondeur, tant en rouge qu’en blanc, même si, globalement, les premiers s’en sortent mieux que les seconds. Dans des années un peu hétérogènes comme celle-ci, il faut privilégier les domaines les plus réputés depuis longtemps et goûter si possible avant tout achat ou faire confiance à certains terroirs régulièrement qualitatifs comme Collioure, Calce ou Tautavel.

Voir les vins du Roussillon en vente

Le millésime 2018 dans le Bordelais

Rouge Rive gauche : 17/20
Rouges Rive droite : 16/20
Blans secs :16/20
Blancs liquoreux : 16/20

Pour résumer en quelques mots ce millésime, il a été avant tout caractérisé par une très longue période pluvieuse, de presque six mois (fin de l’hiver, tout le printemps et le début de l ‘été). Ce phénomène a eu quelques avantages, en particulier pour la reconstitution des nappes phréatiques, ce qui a permis à la vigne de pouvoir mieux gérer la sécheresse et la chaleur de l’été, mais il a eu un gros inconvénient, car cette humidité permanente a grandement favorisé les maladies et en particulier le mildiou qui a parfois causé d’importants dégâts dans quelques domaines (Pontet-Canet en est malheureusement un exemple frappant puisque ce château a perdu environ la moitié de sa récolte).

Mais après cet épisode de mildiou, la climatologie a été extrêmement favorable avec de la chaleur, parfois caniculaire, mais avec des nuits relativement fraîches et les raisins ont donc bénéficié de très bonnes conditions jusqu’aux vendanges (à part quelques grêles violentes, mais très localisées) pour atteindre une belle maturité. Des maturités élevées mais également des degrés d’alcool qui inquiètent parfois les domaines car des bordeaux à 14°, voire un peu plus, peuvent-ils garder leur côté digeste qui a longtemps fait leur réputation ?

Les blancs secs ont parfois des notes de fruits exotiques, comme souvent avec les sauvignons atteignant une belle maturité. Des vins un peu plus puissants que d’habitude et qui seront sans doute de belle garde pour les mieux nés car ils ont conservé une belle acidité malgré leur maturité poussée.

Il n’y aura pas une grande différence de niveau entre les rouges de la rive gauche et ceux de la rive droite. La très belle maturité des cabernets-sauvignons, un peu comme en 2016, donnera peut-être un léger supplément de caractère et “d’âme” aux grands crus du Médoc.

Rive gauche, Margaux semble très légèrement dominer les autres appellations avec des vins un peu moins marqués par la puissance du millésime. Les appellations du nord Médoc (Saint-Estèphe, Pauillac) ont peut-être moins bien “encaissé” la chaleur parfois excessive de l’été et souffert parfois d’un stress hydrique qui a pu durcir les tannins quand le vinificateur n’a pas su bien s’adapter aux conditions du millésime.

Rive droite les vins offriront également un profil tannique et puissant, des vins sans doute plus difficiles que ces derniers temps à apprécier jeunes, mais qui seront certainement dignes d’une longue garde, car la matière est là. En affinant un peu cette première approche, on pourra noter que les vins avec une proportion importante (ou dominante) de cabernet franc seront probablement les plus agréables et équilibrés de ce millésime puissant.

Quant aux liquoreux, les rendements ont été particulièrement faibles, mais les vins semblent d’un bon niveau, marqués à la fois par le passerillage (au début de la récolte) et un botrytis tardif (en fin de vendange).

Voir les vins de Bordeaux en vente 

Lire aussi

Les notes du millésime 2018 : les régions viticoles du nord-est de la France

Les notes du millésime 2018 : les régions viticoles du centre de la France

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Domaine Valentin Zusslin : un nouveau grand d’Alsace !

C’est le domaine qui monte en Alsace ! Depuis quelques années, les amateurs de vins d’Alsace savent qu’on trouve ici ce qui se fait de mieux avec les grands cépages ...

côte de nuits bourgogne grands crus vente aux enchères

Domaine René Bouvier : dynamisme et bio à Gevrey-Chambertin

Bernard Bouvier fait partie de ces vignerons qui donnent une belle image de la Bourgogne, et évoluent depuis plusieurs années vers toujours plus de finesse. Ses grands rouges de la ...

Primeurs 2010 à Bordeaux : premières impressions du millésime

9 heures 19, gare Saint-Jean. Temps de rêve sur Bordeaux : la dégustation des primeurs 2010 s’annonce sous les meilleurs auspices. Rive droite, rive gauche, récit d’une journée marathon.