Drosophile Suzukii : un nouveau fléau pour les viticulteurs

source wikipédia

Ce n’est pas le dernier modèle à deux roues d’un célèbre constructeur japonais. La drosophile Suzukii est une petite mouche venue du pays des samouraïs, apparue il y a quelques années maintenant dans différents pays dont la France et qui menace de façon non négligeable certaines régions du  vignoble français.

Son nom ne vous dit peut être rien mais cette cousine de la drosophile (qui  s’attaque aux fruits déjà abîmés) possède une particularité : elle s’attaque également aux fruits sains ! En effet la version asiatique de la drosophile possède un dard dont elle se sert pour percer la peau des raisins afin de pondre. Lors de la ponte, la drosophile Suzukii va inoculer des bactéries qui vont entraîner un pourrissement du fruit, le transformant en vinaigre. Seuls les raisins rouges sont concernés par ce problème car la mouche ne s’intéresse qu’aux raisins de couleur foncée, les cépages blancs, chardonnays sauvignon, riesling, etc. sont à ce jour épargnés.

Une zone de diffusion étendue, comment la combattre ?

Arrivée il y a quelques années d’abord en Espagne et en Italie, la drosophile Suzukii a connu un développement rapide (1400 kilomètres par année) et la liste des pays dans lesquels on la retrouve s’allonge d’année en année. L’hexagone est véritablement touché depuis 2011, la température idéale pour la reproduction de cette espèces ce situant entre 20 et 25 degrés.

Face à ce nouveau prédateur pour leurs vignes, les viticulteurs, avec l’aide des chercheurs, se mobilisent pour trouver les solutions les plus adaptées.  La lutte par la voie biologique semble celle privilégiée pour venir à bout du problème. En effet l’animal a les mêmes prédateurs que sa cousine européenne (araignées, guêpes, petits insectivores) mais est moins sensible aux parasites locaux c’est pourquoi les chercheurs commencent à s’intéresser aux parasites de l’espèce dans son pays d’origine.

Panique excessive ou réel problème pour l’avenir ? Pour l’instant il est difficile d’estimer la menace réelle que représente cette espèce dont on se serait néanmoins bien passée. L’hiver dernier, particulièrement doux, a peut-être favorisé son développement et la situation ne sera pas forcément la même dans les années à venir. Mais cette année le problème a concerné de nombreux vignobles en Bourgogne et dans le Bordelais, notamment. Certaines parcelles ont été très touchées alors que des rangs voisins étaient intacts. Un problème qui nécessitait une attention aigue car quelques baies atteintes peuvent contaminer toute une pressée… Un nouveau fléau qui s’ajoute à une série d’années climatiquement compliquées.

Consultez le prix d’un vin

Pour en savoir plus sur la vinification, les vendanges, cap sur la rubrique A la découverte du vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Vendanges 2014 : un mois de septembre déterminant !

Les vendanges, mode d’emploi

Les mots du vin : le phylloxéra et les maux de la vigne

Les mots du vin : les maux de la vigne, mildiou, oïdium et compagnie

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

La dégustation est-elle sensible au temps qu’il fait ?

Pourquoi certains vins se dégustent-ils plus ou moins bien selon les jours et la météo ? Quelques pistes d’explications.

Premier mois de confinement : bilan, température du marché | Interview de Lionel Cuenca, directeur général délégué d’iDealwine

Dynamisme des acheteurs, situation actuelle d’iDealwine, perspectives pour la reprise… nous faisons le point.

Yquem, DRC, Clos Rougeard ou Whisky japonais, les belles enchères de la vente on-line du 9 juillet

La vente on-line qui s’est déroulée sur iDealwine jusqu’au 9 juillet 2014 a réuni plus de 400 acheteurs qui enchérissaient du monde entier (25 pays différents répertoriés). Découvrez-en les principaux ...

Partage(s)