Dégustation : les terroirs de Crozes-Hermitage

et cinq ans en blanc seront donc comblés. D’autant que sur la cinquantaine de producteurs, nombreux sont les domaines qui sortent du lot ; vous trouverez plus bas une sélection après des dégustations sur place début juillet.

Crozes-Hermitage compte près de 1500 hectares : c’est la plus vaste appellation des côtes du Rhône septentrionales, sachant qu’un millier d’hectares pourrait encore être planté sur de très bons terroirs. Le vignoble s’étend sur onze communes, sur la rive gauche du Rhône. Au nord de Tain l’Hermitage (Erôme, Serves, Gervans, Crozes et Larnage), le climat est un peu plus frais et humide, en raison de l’altitude d’une part, des sols granitiques qui conservent mieux l’humidité d’autre part. A l’est et au sud (Mercurol, Chanos-Curson, Beaumont-Monteux, Pont de l’Isère et La Roche de Glun), le relief est moindre, le mistral plus influent. Le sud du territoire représente les trois-quarts de l’AOC. Les sols sont extrêmement variés, comme partout il n’existe pas de terroir homogène. On trouve du granit, des cailloutis roulés, des argiles rouges, de gros galets charriés par le fleuve, du mica noir et blanc, du kaolin (une décomposition de granit), des sables blancs…

La nouvelle carte des terroirs de l’appellation permet de mieux comprendre ces spécificités. Ensuite, les nuances entre chaque vin tiennent autant des sols et sous-sols qu’à la patte du vigneron : élevage en fûts ou pas, concentration plus ou moins poussée des matières, pour les vins blancs variation de la marsanne, parfois vinifiée pure.

Petite sélection de quelques cuvées et domaines que j’ai particulièrement appréciés.

Côté grandes maisons, citons Delas (Le Clos 2009, un rouge sur la violette, assez exubérant au nez, complet et vineux en bouche, pas encore disponible à la vente mais on goûtera avec plaisir, en attendant, leur 2007) et Chapoutier (Les Meysonniers rouge 2009 notamment, bien équilibré et élégant).

Sur les terroirs de kaolin, la cuvée Roche Pierre 2007 rouge du Domaine Belle est une bonne illustration de ce terroir granitique. Fraîcheur, précision et droiture sont au rendez-vous.
Les Bêtises d’Héloïse et Léa 2010, un blanc en biodynamie du Domaine Les Bruyères (David Reynaud) est à la fois gourmand, avec des notes de miel et d’abricot, et très élancé.
Le rouge Nouvelère 2007 de Philippe et Vincent Jaboulet offre au nez des notes fumées et épicées, avec un léger accent réglisse ; la bouche est fine, un peu séchante sur la finale mais un coup de carafe devrait blaire tout cela.
Coup de coeur aussi pour le Domaine Michelas Saint Jemms : le rouge 2009 Chasselière est très coulant, avec un beau jus de fruits rouges, une trame fine, très effilée, et de bonne persistance. Riche, savoureux, à boire sur une grillade. Le blanc est et plaisant, à boire à l’apéritif ou un poisson grillé.
Bien sûr les vins de Yann Chave, précis, de grande définition, avec des arômes purs, une matière charnue et veloutée en rouge (Le Rouvre 2009, sur le sud de l’appellation sur le terroir des Châssis), une chair tendre et enrobée pour le blanc du terroir de Mercurol, à dominante de marsanne.
Domaine Aleofane. Natacha Chave est la « soeur de » (Yann). Son rouge 2009 est de belle finesse, friand et aimable. Avec une selle d’agneau rôti ou une volaille truffée en saison, la tendreté de la chair devrait y trouver son compte.
Domaine du Colombier, cuvée Gaby rouge 2009 : un vin robuste, sur les fruits noirs, viril mais sans sécheresse. Idéal sur une viande rouge marinée, voire épicée, un magret ou une poêlée de cerises burlats.

Découvrez l’Offre iDéale en cours sur les vins de vallée du Rhône nord.
Recherchez un accord mets et vins
Consultez la liste des vins de la vallée du Rhône en vente sur iDealwine

Tags:

  • Voir les commentaires (4)

  • Legrand

    Personnellement, je suis surpris que les noms des 2 références de l’appelation (Graillot et Combier) n’apparaissent pas dans l’article. Par ailleurs, selon moi, Dard&Ribo et Gilles Robin méritent toute l’attention des amateurs.

  • Markus

    D’autant que vous nous avez récemment proposé ces mêmes Combier et Graillot en offre spéciale ? ;o)

  • Véronique Raisin

    Bonjour et merci de votre lecture attentive. Graillot et Combier sont en effet, comme vous le soulignez, d’excellents domaines. En ce qui me concerne, je ne les ai pas regoûtés à cette occasion car mon déplacement n’avait pas pour but la dégustation exhaustive de tous les producteurs, comme je peux le faire pour différents reportages, mais une lecture axée sur les terroirs, avec la carte de l’appellation. Nous avons donc dégusté une sélection resserrée de Crozes, avec des « petits » et de plus « gros », puis avons rejoint le vignoble pour des explications in-situ ! L’exercice fut probant, et j’ai sélectionné aussi d’autres domaines, peut-être moins connus, pour justement les mettre en lumière. Je vous invite à les goûter si vous ne les connaissez pas encore, et surtout à vous rendre dans cette sympathique appellation, si ce n’est déjà fait ! Véronique Raisin.

  • Marie Gaudel

    Le décret d’appellation autorise également 15% max de cepages blancs (marsanne et ou roussane) dans les vins rouge de l’appellation Crozes Hermitage…même si cette pratique n’est pas très répendue

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

La recette de la semaine : Moelleux au chocolat

Accordons-nous un petit plaisir sucré pour cette semaine. Un grand classique de la gourmandise qui fait plaisir aux petits comme aux grands Avec, pour ces derniers, un avantage : ils ...

Recette de la semaine : roulés à l’avocat, au concombre et au crabe

Une jolie recette d'entrée fraîche et savoureuse, parfaite en été, accompagnée de vins blancs secs, avec une belle minéralité, comme les muscadets et chablis.

Un verre de Château Rayas 1978 avec Thierry Desseauve

L'amour du vin a ses raisons que la raison ne connait pas toujours, Dieu merci. Comment détourner de ses obligations, le temps d’un instant, un homme que l’on sait sur-occupé, ...