Primeurs 2010 à Bordeaux : premières impressions du millésime

s’annonce sous les meilleurs auspices. Rive droite, rive gauche, récit d’une journée marathon.

Chaque année c’est la même histoire. On se lève en pleine nuit, on saute dans le train en espérant y reprendre le cours d’un sommeil brutalement interrompu, on se demande, l’estomac au bord des lèvres, comment on va survivre à un programme consistant à déguster, dès 10 heures du matin, une bonne soixantaine de crus, on jure que l’on ne nous y reprendra pas… Et, peu à peu, le train avance, le jour se lève, le paysage change, les vignes apparaissent, rang par rang, et la magie opère. A nous Bordeaux !

Cette année, nous commencerons par la rive droite. Cap sur Pomerol donc, sous un soleil éclatant. Le château La Pointe, fraîchement ravalé, accueille cette année la dégustation de l’Union des Grands Crus. Sacrée machine de guerre que cette Union, qui orchestre avec une minutie exceptionnelle et un professionnalisme irréprochable la grand messe des primeurs. L’UGC attend en effet cette semaine plus de 5000 dégustateurs !

.

pourraient se révéler de beaux rapports qualité-prix. Diable, que de réussites à Saint-Emilion cette année ! L’excitation est palpable dans la salle de dégustation. Et la tension monte encore d’un cran lorsque Michel Rolland y fait son entrée. On lui fait de la place, on lui sourit et, du côté des producteurs, on avoue être honoré de lui faire goûter les vins (dixit la jeune femme rougissante qui remplit son verre). Mais la suite du marathon nous attend. Nous quittons à regret la salle de dégustation.

, les asiatiques sont plus nombreux que dans le Libournais. Ils étaient attendus en masse cette année. Mais aujourd’hui, nous entendons surtout raisonner l’accent anglais, et aussi, beaucoup plus que l’année dernière, américain. Le déjeuner sera léger, léger. Ceux qui nous

ont précédés ont déjà « nettoyé » le buffet. Tant mieux dans un sens, nos papilles seront loin d’être saturées lorsqu’il s’agira de déguster Château Margaux.

, qui a fait lui aussi, et cette encore, l’objet d’une sélection sévère. Thibault Pontallier nous confirme d’ailleurs la mise sur le marché d’un troisième cru, dont le nom ne nous sera toutefois pas encore révélé**. Ce vin est destiné, comme le 2009, à être commercialisé à l’issue de la mise en bouteille. Le nez de Pavillon Rouge est discret, fin, divinement épicé. La trame est serrée, l’ensemble d’une belle longueur, avec une fraîcheur qui s’explique par la climatologie du millésime (de belles nuits fraîches). Superbe !

.

, gourmand et parfaitement équilibré.

On ne s’inquiète pas trop pour le destin des châteaux Clerc Milon et d’Armailhac, parfaitement réussis : l’Asie va s’en emparer. Même scenario pour Beychevelle, qui malgré la légère rugosité de tannins en fin de bouche devrait aussi déchaîner les passions. L’ambiance est à la fête, les producteurs souriants, Philippe Castéja (Président du Conseil des Grands Crus classés) d’humeur toujours aussi badine, l’œnologue Franck Dubourdieu tout à l’émotion du prochain mariage de sa fille. Patrick Maroteaux (Château Branaire Ducru) promet que ses vins ne partiront pas (tous) en Asie : ouf !

. Mais déjà, Julien Minguot (du négociant La Passion des Terroirs), qui nous accompagne tout au long de cette journée s’inquiète, le train ne nous attendra pas… Retour vers Bordeaux. Cet accès de gourmandise nous aura perdus : le train n’a effectivement pas attendu. Sans rancune. Nous nous laissons réchauffer aux derniers rayons du soleil aquitain et commençons à réunir les souvenirs, nombreux et riches de cette journée. Le millésime 2010 confirme, même à l’issue un premier survol, sa fabuleuse qualité.

* Paul Pontallier est depuis 1983 le Directeur du Château Margaux.

** A l’occasion des primeurs 2009, Château Margaux avait annoncé la création d’un troisième vin. A retrouver dans le compte rendu de notre dégustation des primeurs 2009.

Primeurs 2009 : une journée de dégustation à Bordeaux

Accédez au diaporama de la journée des primeurs à Bordeaux.

A lire également :

Château Margaux, jamais deux sans trois

2010 à Bordeaux : premiers échos de la vendange

En savoir plus sur les Primeurs

Consultez les ventes de vin en cours

Recherchez la cote d’un vin

 

Tags:

  • Voir les commentaires (3)

  • Claude C

    Serait-ce une préparation pour le marathon du Médoc?
    J’ai sans doute fait le même parcours (sans Margaux ) mais en quatre jours !!
    Très grands Sauternes. Rive Gauche, un grand – très grand millésime classique
    Rive droite, de grands vins pour les propriétés intelligentes, quelques très grands vins en Pomerol
    C’est concis et tout est dit (avec le sourire)

    • adl

      Merci Claude,
      Pas sûr que la constitution d’une équipe iDealwine pour le Marathon du Médoc soit l’idée du siècle.
      A moins que … de fidèles clients comme vous se joignent à nous ? 🙂

      • Véronique Raisin

        Je trouve que ce serait une chic idée.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Pourquoi parle-t-on de château à Bordeaux et de domaine en Bourgogne ?

On en dénombre  plus de 10 000 en Gironde… Et pourtant, le terme de château n’est imposé que très récemment, ...

La Chine passe au 1er rang des pays consommateurs de vin rouge au monde

La fin de l’année 2013 marque un tournant dans l’histoire vinicole de la Chine. Le pays devient le 1er consommateur de vin rouge au monde et dépasse la France, selon ...

Vive la rentrée

C’est la première soirée de la saison. Le coup d’envoi des affinités électives sur fond de verre (et de contacts). ...