La Bégude | Le réveil d’une « belle endormie » à Bandol

1-Domaine de la Bégude iDealwine Vins de Provence

Pour des amateurs comme nous, le domaine de La Bégude est un paradis de 500 hectares, dont près de 30 sont consacrés à la viticulture. Difficile d’imaginer un meilleur terroir que celui sur lequel le vignoble évolue. Protégés par la Sainte Baume, haut-lieu de la chrétienté (ndlr : Sainte Marie-Madeleine y aurait fini ses jours) du souffle du Mistral et bénéficiant de l’influence maritime, mourvèdre, cinsault, grenache, clairette, rolle et autres cépages autochtones dominent la région grâce à leur culture en altitude. Devant un tel spectacle, Guillaume Tari, également propriétaire des vignes de Château Giscours, succombe en 1996. Récit d’un entretien avec celui qui préside aux destinées d’un domaine dont le nom signifie littéralement « lieu où l’on boit ». Un paradis, on vous dit.

Comme souvent, le vin coule dans les veines de certains vignerons. Issu d’une famille propriétaire du prestigieux vignoble de Château Giscours, Guillaume Tari a acquis avec son épouse le domaine de La Bégude à la fin des années 1990. Il s’est attelé depuis « à réveiller une belle endormie de plus de 7 hectares » qu’il soigne selon des principes biologiques (certification perçue en 2003). En effet, Guillaume Tari s’estime chanceux d’être vigneron et héritier d’un tel patrimoine. Il lui semble donc logique de vivre en harmonie avec la nature afin de réaliser « un bon fruit et un bon vin » et de privilégier un développement durable qui se traduit entre autres par des greffes sur pied, avec ses propres greffons.

3-Domaine de la Bégude iDealwine Vins de Provence

Les ambitions de Guillaume Tari se résument noblement à révéler un terroir et s’adapter à chaque millésime afin de laisser le vin exprimer le caractère qui lui sied. Son terroir, parlons-en. Bandol est une appellation qui bénéficie des entrée marines et est protégée de l’influence continentale grâce à la Sainte-Baume. Le domaine dispose de près de 70 parcelles aux sols argilo-calcaires qu’il travaille séparément et assemble éventuellement par la suite. « Si l’on sait être modeste, et si l’on travaille avec précision, on peut sortir de ce terroir excessif, des vins aux capacités surprenantes et empreints d’une grande fraîcheur. » Pour cela, Guillaume Tari vendange manuellement (comme le cahier des charges de Bandol le réclame), érafle, trie sévèrement ses baies (dans la parcelle et au chai) avant la vinification lente. Rosés comme blancs sont élevés sur lies et subissent quelques batonnages légers afin de gagner en texture et en saveurs. Quant aux rouges, ils font l’objet d’un pigeage manuel et d’un élevage de 18 mois en contenants divers et variés comme la barrique, le demi-muids et le foudre de bois.

3-Domaine de la Bégude iDealwine Vins de Provence

Bandol étant à ses yeux la quintessence des plus belles appellations de France (elle est l’une des premières à avoir été classée dans les années 1940), Guillaume Tari avait très vite compris qu’il possédait un joyau duquel il voulait révéler tout le caractère. Et ce, en produisant un grand vin. Un vin unique. Un projet majestueux qui réclame patience et humilité, car c’est alors que l’homme constate combien il est peu de chose face à Dame Nature. Il travaille donc beaucoup dans les vignes et vinifie lui-même les vins. Une règle d’or l’anime : « ne jamais chercher ce que le vins ne veut pas offrir ». Guillaume Tari cherche seulement à faire de son mieux à partir de ce que la nature a la générosité de lui donner et transforme volontiers les excès de son terroir en générosité et en rondeur.

2-Domaine de la Bégude iDealwine Vins de Provence

Vient alors enfin le temps de la dégustation du vin. Privilège ultime pour l’artiste qui l’a façonné. Comme avec des enfants, Guillaume Tari aime découvrir ses vins à tous âges, les voir vivre et évoluer. Selon lui, « pour comprendre les vins, il faut les connaître jeunes afin d’en saisir la fin. » A vous, lecteurs amateurs, il propose de jouer sur la température de service de ses rosés. L’idéal, selon lui, est de les déguster, comme les grands blancs, entre 12 et 14°C. Leur équilibre s’assimilant à celui des rouges leur permet d’être apprécié chambré, avec du fromage ou un dessert.

5-Domaine de la Bégude iDealwine Vins de Provence

Ne perdez pas un instant et retrouvez vite les vins du domaine de la Bégude en vente sur iDealwine !
Bandol 2017 du domaine de La Bégude (rosé)

Le rosé du Domaine de la Bégude est un assemblage de mourvèdre et de grenache cultivés selon des principes biologiques sur des sols argilo-calcaires. Le vin a été élaboré en cuve inox et élevé 2 mois sur lies fines. A la dégustation, sa jolie robe corail annonce un bouquet aromatique séduisant composé de touches d’agrumes et de fleurs. Frais, bien équilibré et persistant, il fera des merveilles à table accompagné d’une cuisine méditerranéenne.

Bandol 2015 du domaine de La Bégude (rouge)

Dominé par le mourvèdre et complété de grenache, ce bandol rouge certifié bio a été réalisé par des macérations longues rythmés de pigeages manuels réguliers. L’élevage dure 18 mois en demi-muids de chêne et en foudre. Il conjugue à merveille élégance et caractère et fait des merveilles avec une viande rouge grillée ou un canard aux olives.

Bandol La Brûlade 2015 du domaine de La Bégude

Cuvée parcellaire, La Brûlade domine le domaine et bénéficie d’un fort ensoleillement, du Mistral et de températures adoucies par la brise maritime et la fraîcheur nocturne. Mourvèdre et grenache sont cultivés de façon biologique sur des sols argilo-calcaires. Leurs rendements sont extrêmement limités à 25 hl/ha. Après des vendanges manuelles, un double tri, un éraflage total, un pressurage avec macération pelliculaire, des pigeages réguliers, une fermentation alcoolique et une malolactique complète sous bois, le vin est élevé 18 mois en demi-muids de chêne français. Cuvée très confidentielle, elle possède un bon potentiel de garde et accompagne des viandes en sauce ou des gigots d’agneau après avoir été carafé.

Domaine de la Bégude, ce qu’en pensent les guides
La Revue du vin de France, 2* sur 3

Le domaine de la Bégude est bâti sur les presque 500 hectares d’un ancien village mérovingien. Les premières traces de viticulture remontent au Xème siècle, le vignoble était alors sous la tutelle des moines de l’abbaye Sainte-Victoire, à Marseille. Le village devient une propriété privée au XVIIIème siècle, il est baptisé domaine Conil, « lapin » en vieux français. La viticulture connaît un véritable essor au XXème siècle, lorsque la famille Racine est à la tête du domaine. En 1996, deux membres de la famille Tari (propriétaire de château Giscours, à Margaux) acquièrent le domaine et ses 7,5 hectares de vigne.

Guide Vert

Voilà 20 ans que les Bordelais Guillaume et Soledad Tari sont à la tête de cette propriété de 500 ha, au milieu de laquelle se nichent 20 ha de vignes cultivés en bio. L’une des principales caractéristiques de ce domaine viticole réside dans sa situation en altitude. À 410 m, La Bégude bénéficie d’un climat très différent de celui proche du littoral. Avec des amplitudes de température importantes entre le jour et la nuit, et un secteur venteux, les raisins de mourvèdre mûrissent doucement mais sûrement. Et le grenache prend sur ce terroir de « caillasses » une dimension que l’on trouve rarement à Bandol. Avec des arômes puissants de fruits noirs, d’olive noire, les rouges (50 % du volume) offrent toujours un esprit chaleureux, en limite supérieure de maturité ! Un style qui évolue vers un esprit plus autochtone. Le rosé est toujours remarquable par sa singulière vinosité. Avec des plantations supplémentaires en 2015, principalement de clairette, 5 ha de vignes seront dédiés au blanc.

Les vins : les rosés hauts en couleurs 2017 sont des références vivifiantes de l’appellation. À ce stade, le rouge 2016 assume son élevage sous bois mais la douceur d’extraction et ses tanins musclés et sveltes en font un très bon vin de garde. En 2015, les vins se renferment sur des tanins solides tout en exprimant de fines notes réglissées dans une matière civilisée par un élevage minutieux. On sent le relief sanguin des sols argilo-calcaires et un éclat floral en finale. Ils traverseront le temps.

Bettane + Desseauve 2019, 4* sur 5

La Bégude (« lieu où l’on boit ») est une propriété de 500 hectares, dont 22 de vignes. Situées sur le point le pus haut de l’appellation, à 400 mètres d’altitude, les vins préservent une fraîcheur intense. Le terroir est composé de sols marneux et argileux, sur socle calcaire. Acheté en 1996 par Guillaume Tari, lui et son épouse gèrent ce lieu chargé d’histoire avec cœur et esprit, préservant le plus possible la nature tout en produisant des vins à la hauteur de leur philosophie, selon laquelle « la qualité est une somme de détails dont chacun réclame rigueur ». Le mourvèdre a le don non seulement d’exprimer le caractère de son terroir, mais aussi celui de son vinificateur. Les vins montrent un trait clairement bordelais, sophistiqué et bien élevé, sans pour autant trahir ce terroir splendide et sauvage, perché sur la Grande Bleue.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

grands crus romanée conti guigal jaboulet chapoutier

Enchères du 27 janvier : 2500 lots dont une verticale de Dom Pérignon

iDealwine est encore une fois parti écumer les belles caves de France et de Navarre pour vous dénicher des bouteilles de rêve, de celles qui vont vous faire vibrer en ...

Champagne Pol Roger

Pol Roger, l’excellence des champagnes de garde, depuis 1849

D'une régularité exemplaire, les champagnes Pol Roger se distinguent par leur vinosité, leur profondeur et leur rondeur, ils sont souvent longuement vieillis dans les caves de la maison et peuvent ...

Vins de Loire : rachat surprise du domaine Pithon-Paillé

L’emblématique vigneron du domaine Pithon-Paillé, Jo Pithon, a officiellement annoncé mercredi dernier la vente de son domaine d’Anjou.