Combien coûte un hectare de vigne ?

lambrays

Alors que la vente du domaine Bonneau du Martray est actée pour un montant qui dépasserait les 100 millions d’euros, et que les rumeurs sur le rachat du Clos Rougeard vont bon train, quel est le prix d’un hectare de vigne selon les régions ? iDealwine fait le point. 

Plus de 100 millions d’euros, c’est le montant – minimum – évoqué dans la presse pour le domaine Bonneau du Martray  pour près de 11 hectares de vignes implantées sur le climat Charlemagne de la montagne de Corton. Alors, à 9 millions d’euros l’hectare, parle-t-on d’une bonne ou d’une mauvaise affaire ?  Dans ce cadre précis, la notoriété du nom de Bonneau du Martray travers le monde valorise nécessairement le domaine en plus du foncier. Le fait qu’il s’agisse d’un vignoble d’un seul tenant également. A titre de comparaison, en 2014, le domaine des Lambrays fut acheté pour 101 millions d’euros  pour 10,71 hectares de vignes dont 8,70 hectares du grand cru Clos des Lambrays en quasi-monopole.

Les données du ministère de l’agriculture publiées en juin 2016 sur les transactions de 2015 permettent   d’établir une fourchette de prix à l’hectare. La première indication est l’immense disparité qu’il peut exister au sein d’une région ou même d’une appellation. Sans surprise, ce sont des appellations bourguignonnes et bordelaises qui occupent les premières places du classement. Mais c’est ensuite en Champagne où le prix moyen de l’hectare de vigne est -de très loin- le plus élevé (plus d’un million d’euros l’hectare pour des vignes en appellation Champagne contre 15 000 € l’hectare pour une vigne en appellation Bordeaux rouge ou 35 000 pour Bourgogne rouge). Ces prix fonciers expliquent en notamment la hausse des prix constatés des bouteilles de certaines appellations.  Notamment en champagne, où les vignerons achètent une partie de leur récolte et où il est devenu quasi-impossible d’acheter de nouvelles parcelles.

Les prix par région :

Alsace :

120 000€ en moyenne mais une grande disparité (entre 40 000€ et 320 000€ dans le Haut-Rhin où se trouve la majorité des grands crus).

Bordeaux :

En appellation bordeaux blanc ou rouge s’échange contre  15000€ en moyenne

Sur la rive droite : Castillon et Côte de Francs (20 000€), Côte Bourg (22 000€), Fronsac (30 000€) demeurent accessibles. Les prix s’envolent pour Lalande de Pomerol (200 000€), Saint-Emilion (220 000€) et surtout Pomerol (1 100 000€). Les prix grimpent même respectivement à 2,3 millions et 4.5 millions pour les plus belles parcelles de Saint-Emilion et Pomerol…

Sauternes et Graves : quand l’hectare de vigne s’échange à 27 000€ dans les Graves, le prix grimpe à 450 000€ à Pessac-Léognan. L’hectare en Sauternais s’échange en moyenne à 35 000€ et jusque 200 000€ pour les parcelles des crus classés.

Rive gauche : L’hectare en appellation  Haut-Médoc s’échangeait à 80 000€. Sans surprise les prix pour les appellations communales se montrent bien élevés : 1.2 millions pour Saint-Julien et Margaux et plus de 2 millions à Pauillac (où très peu de parcelles sont à vendre).

Beaujolais

12 000€ l’hectare en appellation Beaujolais ou Beaujolais villages et 60 000€ pour les crus. Les prix montent respectivement à 80 000€ 100 000€ et 120 000€ pour les meilleures parcelles de Morgon, Fleurie et Moulin à Vent.

Bourgogne :

Là encore la disparité est grande.

Chablis : 158 000€ pour le village et 322 000€ pour les premiers crus

Appellation Bourgogne : 27 000€ dans le Mâconnais et 36 000€ en Côte d’Or

Appellation communale en Côte d’Or : 572 000€ pour les appellations villages rouges de Côte de Nuits et 671 000€ pour les villages blancs de Côte de Beaune

Grand Cru : 4,8 millions en moyenne mais jusque 11 millions pour les meilleures parcelles.  La transaction de Bonneau du Martray s’inscrirait dans cette fourchette haute, voire la dépasserait. On notera qu’une transaction récente portant sur quelques ouvrées de Musigny valorisait l’hectare à quelque… 60 millions d’euros, c’est dire si les moyennes sont peu significatives dans cette région qui concentre actuellement toutes les convoitises.

Champagne :

1 million l’hectare en moyenne et jusque 2 millions en côte des blancs. C’est le prix moyen le plus élevé à l’échelle d’une région. Cela s’expliquer par le système d’AOC spécifique à la Champagne, où il existe très peu d’appellation.

Cognac :

50 000€ l’hectare pour les vignes à eau de vie.

Corse :

De 14 000€ l’hectare en IGP à 55 000€ pour Patrimonio au nord de l’Ile. Les prix demeurent donc raisonnables pour des vins qui, insularité oblige, se vendent relativement chers.

Jura :

24 000€ en moyenne pour  l’appellation Côte du Jura. Le prix à l’hectare grimpe à 60 000€ pour Château Chalon. Mais ces montants peu élevé expliquent l’intérêt marqué d’investisseurs venus de Bourgogne où le foncier est devenu inabordable pour un vignoble où l’on retrouve notamment les cépages bourguignons.

Languedoc :

14 000€ l’hectare en moyenne et jusque 25 000€ en terrasses du Larzac et 45 000€ pour les plus belles parcelles de Pic-Saint-Loup. Le foncier demeure à un niveau très bas dans la région. Ces moyennes basses s’expliquent également par le fait que les appellations sont vastes et que certains vignerons n’estiment pas nécessaire de les revendiquer pour vendre leurs vins.

Provence

35 000€ l’hectare pour l’appellation Côte de Provence. Le prix monte à 100 et jusque 150 000€ pour Cassis et Bandol. La palme revient à Bellet sur les hauteurs de Nice ou la pression foncière est logiquement très forte, à 250 000€ l’hectare de vignes.

Roussillon :

9000€ pour les appellations côtes du Roussillon ou côtes du Roussillon villages. Les plus belles parcelles de Banyuls et Collioure se sont adjugées contre 32000€ l’hectare.

Sud Ouest :

16 000€ en moyenne pour les vignes de Madiran et de Pacherenc du Vic-Bilh
12 000€ seulement pour les vignes à Cahors

Vallée de la Loire :

Muscadet : à partir de 7000€ l’hectare ce qui en fait l’une des AOC les moins onéreuses de France.

Anjou : 18 000€ en appellation Saumur et jusque 65 000€ en appellation Saumur-Champigny. Si la vente du Clos Rougeard venait à se confirmer, ces chiffres pourraient évidemment s’envoler.

Touraine : 22 000€ l’hectare à Chinon contre 40 000 à 50 000€ à Saint-Nicolas de Bourgueil.
L’hectare de vigne à Vouvray était compris entre 19 000 et 35 000€ alors que ce prix ne dépassait pas les 13 000€ de l’autre côté du fleuve à Montlouis. Cette différence de foncier explique peut-être pourquoi cette dernière appellation a vu naitre les nouvelles icônes de la Loire.

Centre : Si seulement 8000€ étaient nécessaire pour acheter un hectare de vigne à Valençay, c’est bien ici que se trouvaient les parcelles les plus onéreuses de Loire. Entre 136 000€ et 150 000€ à Sancerre. Et entre 120 000 et 170 000€ à Pouilly Fumé.

Vallée du Rhône :

Septentrional : Il faut compter 130 000€ pour des vignes à Crozes-Hermitage,  110 000€ à Saint-Joseph, et 450 000€ pour Cornas. Le prix s’envole à plus d’1,1 million à Côte-Rôtie. Pas de prix disponible en revanche pour Condrieu ou d’Hermitage en raison de l’absence de transactions récente.

Méridional : on retrouve de même une hiérarchie entre les crus au sud de la vallée du Rhône.
17 000€ l’hectare pour les côtes du Rhône ou en Ventoux.
80 000€ pour les jeunes crus Rasteau ou Beaumes de Venise rouge (plus connu pour ses VDN).
Entre 70 000 et 120 000€ pour Vacqueyras
Entre 140 000 et 220 000€ pour Gigondas
370 000€ pour Châteauneuf-du-Pape

Voir tous les vins actuellement en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Pourquoi parle-t-on de château à Bordeaux et de domaine en Bourgogne ?
Vignes franches de pied : histoire et conséquences sur le goût du vin
Apprendre : comment déguster un vin ?
Languedoc : notre guide des vins
Conseils d’achat : quelle appellation choisir selon le style de vin que j’aime ?
Mieux comprendre les vins blancs allemands
Les grands crus classés de Bordeaux inaugurent leur bibliothèque

 

  • Voir les commentaires (1)

  • Thomas

    50 000€ à Cognac, c’est oublié que tous les crus ne sont pas logés à la même enseigne…les prix fluctuent entre 30 000€ et 70 000€.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Chocolate Cake

Recette de la semaine – Gâteau au chocolat

Le grand classique des anniversaires (les enfants l’adorent…) ou des repas en famille. Il faut utiliser un chocolat bien amer, fort en cacao, et l’accord sera magique avec un vieux ...

Accords mets et vins : quels vins (français !) emporter pour vos vacances au Magrheb ?

Quatrième et dernier chapitre de notre saga estivale sur les accords mets et vins : quels vins français emmener avec soi quand on se rend au Maghreb (Maroc, Algérie ou ...

Le Château Montrose accueillera la Fête de la Fleur 2015

Le célèbre Château de Saint-Estèphe, deuxième grand cru classé et propriété des frères Bouygues depuis 2006, accueillera la Fête de la Fleur. L’occasion de célébrer le 200ème anniversaire de de ...

Partage(s)