Bourgogne | 2017 ou 2018 ? Choisir des millésimes récents

La Bourgogne, c’est bien sûr ces millésimes anciens et de très bonne facture que vous pouvez acquérir aux enchères mais aussi en achat direct sur un site fantastique : iDealwine ! Mais nous ne pouvons que vous conseiller de vous pencher également sur les millésimes plus récents, notamment parce que vous le savez, les millésimes récents ont parfois été très minces en termes de volume en Bourgogne. Or : petite région viticole + rareté des appellations + volumes bas en raison des aléas climatiques + attrait de la part des amateurs = il ne vous restera plus grand-chose si vous ne vous réveillez pas avant les autres ! Penchez-vous donc avec intérêt sur ces deux millésimes, 2017 et 2018, dont les volumes ont été plus importants que le timide 2019. Profitez-en !

2017, le sourire des vignerons

Chez iDealwine, nous avons noté ce millésime 16/20 pour les rouges  et 17/20 pour les blancs (pour plus d’informations à ce sujet, lisez notre article « Notes Millésime 2017 : les régions viticoles du Sud de la France »).

En 2017, et après une succession de millésimes peu généreux en Bourgogne (le soleil en 2015 ou le gel en 2016), le sourire est revenu aux lèvres des vignerons bourguignons ! Et la première cause du sourire d’un vigneron, quelle que soit la région, c’est d’avoir obtenu dans ses vignes des rendements « corrects ». L’année s’est déroulée sans accrocs majeurs et avec une période de vendanges sans soucis particuliers, après un été bien ensoleillé, mais sans stress hydrique (comme en 2015). La récolte s’est révélée en outre très saine et avec presque toujours de belles maturités profondes. Il faudra néanmoins faire une distinction entre les chardonnays et les pinots.

L’année est clairement qualitative pour les vins blancs de Bourgogne, particulièrement aux extrêmes géographiques comme Chablis et le Mâconnais (où les vins sont sans doute supérieurs aux 2016 ou aux 2015), même si ces deux régions ont été perturbées en début de cycle par quelques gels pénalisants. A Chablis, pourquoi ne pas découvrir la gamme du domaine Gilbert Picq et Fils qui s’est forgé au fil du temps une solide réputation ? Leur chablis villages offre toutes les qualités que l’on peut attendre d’un bon vin de cette appellation : fraîcheur, fruité, minéralité. Plaisir immédiat garanti !  A Mâcon, comment passer à côté de ce mâcon villages du domaine de Valette qui démontre d’emblée le très haut niveau de cette exploitation : une pure gourmandise, avec une bonne maturité de fruits et un beau gras ? La Côte de Beaune a également produit de très beaux vins. Laissez-vous séduire par ce Pernand-Vergelesses 1er cru en Caradeux de Pavelot ou par ce Corton-Charlemagne de Ponsot. Il est également possible de tutoyer les sommets avec ce magnifique Chevalier-Montrachet de Jadot, doté d’une finesse et d’un équilibre exceptionnels. Petit PS : vous avez tellement aimé le millésime 2017 du domaine Goisot, que nous vous en avons retrouvé – saint-bris, côtes-d’auxerre… ! Ne le manquez pas !

En revanche, le pinot noir ne sera pas tout à fait au même niveau pour les rouges. Les rendements ont été très généreux et il semble que certains vins puissent être relativement dilués. Le phénomène semble plus marqué en Côte de Nuits. Pour les meilleurs, qui ne souffriront pas de dilution, les vins seront plus tendres que les 2016 et il faudra sans doute les boire avant cet autre millésime… Heureusement, et vous vous en doutez, chez iDealwine, nous avons l’habitude de vous proposer ce qu’il y a de meilleur, parmi notre réseau de domaines partenaires ! Alors, vous n’avez pas trop de souci à vous faire ! Craquez pas exemple pour les cuvées du domaine de la Pousse d’Or implanté à Volnay mais qui a décidément des pépites en Côtes de Nuits : chambolle-musigny 1er cru Les Charmes 2017, chambolle-musigny 1er cru Les Feusselottes 2017, Bonnes-Mares 2017… Fondrez-vous également pour le Gevrey-Chambertin 1er cru Capita de Trapet ? Un vin complexe, velouté, dense et puissant! Pour le coup, la Côte Chalonnaise a connu une belle réussite, autant en rouges qu’en blancs. A Montagny, vous ne vous tromperez pas à partir sur le Montagny 1er cru les Coères de Stéphane Aladame, un domaine en constante progression. Direction le château de Chamirey, à Mercurey, qui appartient à la famille Devillard, avec ce Mercurey Clos de la Maladière, au nez délicat. A Rully, une référence, le domaine Dureuil-Janthial qui présente une cuvée d’une précision remarquable, fruitée et dans un ensemble parfaitement maîtrisé. Décidément ce vignoble devient de plus en plus une priorité d’achat pour les amateurs avertis…

2018, un été chaud

Ce millésime a été noté par nos soins 16/20 pour les rouges et également 16/20 pour les blancs. (pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à lire notre article « Les notes du millésime 2018 : les régions viticoles du centre de la France »).

En Bourgogne, le millésime 2018 s’est globalement plutôt bien déroulé avec de bonnes pluies en hiver, un printemps sans excès et un été chaud, parfois même très chaud et assez sec. Le mildiou a été moins virulent ici qu’à Bordeaux ou dans le sud et les rendements ont été élevés, ce qui réjouit le vigneron après plusieurs années peu abondantes, mais malheureusement ces rendements ont parfois été un peu excessifs chez les vignerons les moins exigeants…

Du côté des rouges, comme dans toutes les années très chaudes, les vignobles les plus septentrionaux produisent de très jolies cuvées. Ce sera le cas cette année pour les rouges de l’Yonne, comme à Irancy… Et ici, nous vous confions bien sur aux bons soins de Stéphanie Colinot, qui comme son père avant elle, produit dans l’Yonne des vins rouges d’une intensité fruitée absolument remarquable. Vous avez d’ailleurs la chance d’accéder à son millésime 2018 sans encombre ! En Côte de Nuits, la richesse des vins en alcool et en tannins déroutera peut-être parfois les amateurs de pinots noirs en dentelle et peu colorés. Les vins vont un peu ressembler ici à ceux de 2015, voire de 2005, et il faudra être patient en les gardant longtemps en cave. Tablez sur des appellations qui ne sont pas spécialement sous le feu des projecteurs, sans pour autant manquer de complexité, nous avons un petit coup de cœur pour Marsannay par exemple, qui présente des vins d’une finesse à couper le souffle, tout en maintenant des prix tous doux. Vous pouvez allez voir le marsannay de Bruno Clair si vous souhaitez, un des indispensables de ce domaine ! En Côte de Beaune il fallait résister à la tentation de vendanger tôt pour conserver cette (mauvaise) acidité de la sous-maturité, quitte à avoir des vins plus chargés en alcool que d’habitude, même si cela va à l’encontre de la réputation d’appellations comme Volnay. Heureusement, la plupart de nos domaines partenaires ont justement résisté à l’envahisseur ! Et il y aura de belles affaires en Côte Chalonnaise où le niveau ne cesse de s’envoler pour vous mener très très haut, notamment à Givry. Partez par exemple pour un des meilleurs premiers crus de l’appellation signé par un vigneron discret mais talentueux… J’ai nommé le givry 1er cru Le Pied du Clou de François Lumpp.

Une année avec un été très chaud comme en 2018 n’est généralement pas la plus favorable aux blancs bourguignons. À Chablis, lorsque les rendements ont été maîtrisés, il y aura de très jolis vins, sans doute un peu moins tendus que la plupart des années, mais peut-être aussi un peu plus mûrs… Là, vous ne devez pas manquer le Chablis vieilles vignes de Gilbert Picq et fils, une pépite offrant une grande complexité et une très belle minéralité. Tablez également sur des premiers ou grands crus : le 1er cru Vosgros du même domaine est déjà un grand vin de garde, complexe, fruité, minéral et ciselé, avec une très jolie matière et une superbe longueur. Le 1er cru Mont de Milieu du domaine Garnier & Fils saura aussi vous impressionner par sa matière suave et mûre. C’est sans doute dans les blancs de la Côte d’Or que les excès solaires du millésime (et de certains rendements…) risquent le plus de se faire sentir avec des déficits d’acidité pouvant alourdir certaines cuvées. Et, une fois de plus, le choix de vendanger tôt n’apporte pas une solution satisfaisante, les vins manquant alors de chair et de densité. Paradoxalement, le Mâconnais, pourtant la plus sudiste des appellations bourguignonnes, propose des blancs mieux équilibrés qu’on aurait pu le craindre, en particulier dans les différentes appellations de Pouilly, mais aussi à Saint-Véran et à Viré-Clessé. A Pouilly, nous vous avons dégoté des pépites en 2018, juste pour vous ! Le pouilly-vinzelles les Quarts la Soufrandière est doté de jolis arômes d’agrumes, ainsi que d’une belle longueur en bouche. Un délice ! Quant au pouilly-fuissé les Birbettes, c’est un très grand vin que vous pourrez garder au minimum une dizaine d’années. A Saint-Véran, nous vous proposons l’école de Frantz Chagnoleau avec cette superbe cuvée

Beaux achats sur iDealwine !

Tous nos vins de Bourgogne

Tous nos vins de Bourgogne en 2017

Tous nos vins de Bourgogne en 2018

Consulter les notes des millésimes

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

iDealwine classement RVF vieux millesimes

iDealwine élu « Meilleur site de vente de vieux millésimes » par la RVF

Roulons des mécaniques. La RVF vient de dévoiler son palmarès des meilleurs sites internet de ventes de vieux millésimes… Nous classant au sommet !

Bordeaux : Château Latour désormais certifié bio

Petite révolution dans la sphère bordelaise ! Le premier des premiers Grands Crus Classés a annoncé sa conversion totale au bio.

Devenez gentleman vigneron avec Alain Passard

Le site wehaveadream.com propose aux internautes de devenir vigneron par procuration. Le principe n’est pas nouveau (cf. les projets Crushpad, ...