Revue d’enchères de février : icônes bourguignonnes, provençales et italiennes

Vins-Domaine-Auvenay

Les enchères du mois de février ont vu de nombreux vins iconiques poursuivre leur envolée des prix, en Bourgogne, mais pas seulement. Les vins provençaux de garde affichent eux aussi un beau dynamisme, tout en conservant des prix plus raisonnables que dans d’autres régions. Enfin et cela est récurent ces derniers temps dans les enchères, les vins étrangers, notamment italiens, se positionnent très bien.

Leroy et les autres icônes bourguignonnes toujours plus plébiscitées

En Bourgogne, les vins de Lalou Bize-Leroy ont indéniablement le vent en poupe – son musigny 2001 était d’ailleurs le vin le plus cher de 2020, à 17 499€ -, qu’il s’agisse du domaine éponyme ou de son vignoble en Côte de Beaune, le domaine d’Auvenay. Ainsi, une bouteille de romanée-saint-vivant 2009 de Leroy s’est par exemple adjugée pour 5 403€ (+70%), une bouteille de latricières-chambertin 2005 pour 4 421€ (+69%) et même le simple bourgogne 2004 se vend désormais à 2 149€ (+81%). Du côté du domaine d’Auvenay, le meursault Les Narvaux 2004 s’est quant à lui vendu 2 210€ (+16%) et le bourgogne aligoté Sous Chatelet 2015 1 289€ (+42%). D’autres vins bourguignons iconiques enflamment les enchères, tels le chambolle-musigny 1er cru Les Amoureuses 1991 de Georges Roumier, adjugé 4 175€ (+186%) ou le gevrey-chambertin 1er cru Clos Saint-Jacques 1985 d’Armand Rousseau, à 2 468€ (+46%).

Les grands vins de Provence matures particulièrement dynamiques

En Provence, les grands rouges de garde comme ceux des domaines Tempier et Trévallon montrent un beau dynamisme. Un trévallon 1988 s’est ainsi adjugé 221€ (+28%) et un 1985 258€ (+97%). Du côté du domaine Tempier, la grande cuvée du domaine, Cabassaou, s’est vendue 209€ dans le millésime 1992. Les blancs du domaine de Trévallon, produits en quantités confidentielles, se valorisent bien également, comme le 2006 à 140€ (+41%).

Voir l’analyse sur le sujet d’Angélique de Lencquesaing dans BFM Business

Les grands vins italiens au sommet

De beaux vins italiens ont été adjugés dans ces enchères, notamment dans des millésimes matures. C’est par exemple le cas du barolo DOCG Falletto – Bruno Giacosa Riserva 1996, vendu 1 105€ (+11%) et des cuvées d’Angelo Gaja, qui se stabilisent à un haut niveau de prix – un double-magnum de Barbaresco DOCG 1997 a par exemple été adjugé 817€ ou 526€ pour un magnum du millésime 2005. Autre grande figure italienne – cette fois-ci dans la région des Abruzzes – c’est un véritable succès pour les vins biodynamiques et nature d’Emidio Pepe. Son Trebbiano d’Abruzzo 1979 s’est vendu 454€ (+3%) et son montepulciano d’abruzzo DOC 1980 338€ (+8%). Enfin, les vins de Giuseppe Rinaldi affichent tous un fort dynamisme et des variations de cote généralement à deux chiffres, comme c’est le cas pour son barolo Brunate 2016, adjugé 369€ la bouteille (+31%) ou son barolo DOCG Tre Tine 2016, adjugé 295€ (+23%). C’est également le cas pour les vins de Giovanni Battista Burlotto, en barolo, dont certains millésimes récents atteignent même des variations de cote à trois chiffres comme le barolo DOCG Monvigliero 2016, adjugé 338€ (+105%).

Les très vieux madères atteignent toujours de jolis prix. Une bouteille de madère Malvoisie Solera 1900 Henriquès & Henriquès s’est ainsi vendue 737€ (+216%) ; cette même cuvée s’est également vendue 614€ dans un millésime pourtant encore plus ancien, 1898 (+155%) et une autre cuvée du domaine, Boal Solera Mi Doux 1907 s’est adjugée (+173%).

Les vins de Bordeaux et du Rhône n’ont pas dit leur dernier mot

Certes, l’on voit chaque mois de très belles variations de cote en Bourgogne, mais Bordeaux n’est pas en reste. En février, soulignons les belles performances du château-mouton-rothschild 2000 – millésime mythique de la propriété – adjugé 3 807€ le magnum (+23%), de petrus 2015 à 4 052€ (+27%) ou 1990 à 3 316€ (+15%). Notons également la très belle performance d’un vieux flacon d’un château-la-mission-haut-brion 1947 adjugé 2 333€ (+59%), une rareté. Dans le Rhône, les grands millésimes du château Rayas montent toujours plus haut : une bouteille de 1990 s’est adjugée 1965€ (+30%)… à quand le cap des 2 000€ ?!

Demandez une estimation de vos vins

En savoir plus sur la revente de cave via iDealwine

Découvrir les derniers rapports de ventes aux enchères de vin

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

pessac

Les châteaux de Pessac-Léognan ouvrent leurs portes les 7 et 8 décembre

Avis aux amateurs de la région bordelaise : si vous ne pouvez pas vous rendre au Grand Tasting à Paris les 6 et 7 décembre, pas de panique, Pessac-Léognan vous ...

Nouveautés vieux millésimes | Trésors des siècles

Haut-brion 2009, clos-des-lambrays 2005… Plongez dans le temps et explorez les grandes décennies du vin à travers cette vente exceptionnelle…

Héritiers Mouton Rothschild : pas de changement de cap à l’horizon !

Les héritiers de Philippine de Rothschild, disparue en août 2014, affirment que le fameux cru de Pauillac va poursuivre la ligne autrefois incarnée par la baronne et qui a notamment ...