Primeurs 2019 | Comment se sont-ils organisés ?

Organisation-Primeurs-Bordeaux-2019L’année 2020 est exceptionnelle a bien des égards : la crise du covid et le confinement ont conduit à l’annulation de nombreux événements. Les dégustations primeurs de Bordeaux n’y ont pas échappé, mais elles ont tout de même pu avoir lieu, de manière différente et en plus petit comité, à l’issue du confinement (fin mai-début juin). On vous explique cette organisation un peu particulière.

Alors que les primeurs se tiennent habituellement la première semaine d’avril à Bordeaux, cette année, la crise du Covid-19 s’en est mêlée et cette grande manifestation regroupant les professionnels du vin du monde entier – environ 6 000 professionnels qui viennent goûter le dernier millésime, lors d’une sorte de « fashion week » du vin comme la surnomme Angélique de Lencquesaing – a malheureusement été annulée, quelques semaines avant la date prévue. Pour autant, la tradition ne s’est pas totalement perdue et des dégustations se sont tout de même tenues et vont continuer de s’organiser dans les jours qui viennent.

Cette semaine du 1er juin, des dégustations groupées (en petits groupes de 5 à 8 personnes) seront également organisées jeudi et vendredi à Bordeaux. Ces dégustations s’adressent uniquement aux professionnels, qui se seront enregistrés préalablement (courtiers et négociants de la place de Bordeaux). Environ 500 personnes sont ainsi attendues et cette opération devrait aussi se dérouler dans d’autres villes européennes, asiatiques et européennes par la suite.

Une fois le confinement terminé, les propriétés n’ont pas tardé à proposer des rendez-vous privés aux négociants avec lesquels elles travaillent, pour leur présenter et faire goûter le millésime 2019 et ainsi pouvoir discuter des commandes. Le groupe iDealwine, qui dispose de sa propre maison de négoce bordelaise, LMGV Bordeaux (filiale d’iDealwine), n’a évidemment pas laissé passer cet événement et s’est prêté au jeu avec enthousiasme. Nous ne manquerons d’ailleurs pas de vous proposer le compte-rendu de nos dégustations dans les prochains jours.

Une campagne primeurs « à l’aveugle », ou presque

L’une des conséquences de cette organisation en petit comité est que cette campagne primeurs sera menée quasiment sans – ou avec très peu de – notes, une situation assez inédite. En effet, peu de journalistes professionnels ont pu venir goûter le millésime, à part quelques dégustateurs français et certains journalistes européens qui auront pu venir goûter sur place. Certains se sont fait envoyer des échantillons, mais de quelques propriétés seulement, d’autres ont refusé de faire voyager leurs échantillons, jugeant le risque trop grand qu’ils transitent dans de mauvaises conditions et/ou que l’échantillon soit défectueux, sans possibilité de le confirmer et le remplacer. Ainsi, les grands dégustateurs internationaux n’auront pu goûter autant de vins qu’ils le font d’habitude. Pour autant, vous pourrez tout de même trouver les notes de dégustateurs comme Jean-Marc Quarin et certains vins seront également notés par les dégustateurs tels que James Suckling, ou encore Lisa Perrotti-Brown (Wine Advocate). Quoi qu’il en soit, ces circonstances particulières font que cette année, les notes des dégustateurs devraient avoir moins d’importance que ces dernières années, puisque les notes des dégustateurs qui comptent le plus à échelle internationale ne seront que très peu présentes.

Quid des prix ?

On le sait, les prix des grands crus de Bordeaux ont considérablement augmenté ces dernières années et pour ce millésime 2019, les attentes d’une baisse notable des prix s’exprimaient fortement. Les premières tendances semblent y répondre, puisque certains châteaux emblématiques comme Pontet-Canet ont annoncé des tarifs en nette baisse : 68€ pour ce dernier, par exemple (-31% par rapport au millésime précédant). De même, le château Latour (qui ne vend plus en primeurs et commercialise ses millésimes en décalé) a annoncé récemment un prix en nette baisse (-20% par rapport au dernier millésime commercialisé) pour le dernier millésime qu’il commercialise (2012), une nouvelle qui vient elle aussi de tomber, envoyant également un signal positif sur la déflation des prix des vins de Bordeaux. Cette baisse des prix est plutôt positive, puisque la commercialisation des vins de Bordeaux est déjà amputée par un contexte international inquiétant (Covid-19, crise économique, taxes américaines à l’ipmortation…). Sachant que le millésime est superbe et que les quantités sont généreuses, tous les voyants semblent au vert pour cette nouvelle campagne primeurs, qui pourrait se révéler une très bonne affaire pour les amateurs.

Comme chaque année, iDealwine achètera ces vins en primeurs et vous les proposera à la vente une fois qu’ils seront embouteillés. En attendant, vous pouvez jeter un œil à nos allocations du millésime 2017, bien disponibles et livrables dès maintenant, elles. 😊

Voir les vins du Médoc en vente

Voir les vins des Pessac-Léognan et des Graves

Voir les vins de Sauternes et Barsac

Voir les vins de la rive droite

Voir tous les vins de Bordeaux en vente sur iDealwine

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Œnotourisme : plus de 10 millions de visiteurs en France en 2016

Les chiffres de l'œnotourisme français en 2016 sont sortis, et ils sont très bons. Un véritable plébiscite pour la filière grâce à une progression de 33% depuis 2009 et une ...

grandes heures de cluny

Œnotourisme et musique en Bourgogne : les Grandes Heures de Cluny

Le festival musical “Les Grandes Heures de Cluny” propose une série de concerts de musique classique dans le cadre de l’abbaye de Cluny ou de bâtiments historiques de la petite ...

vin poli

Pourquoi un vin bien élevé est un vin poli ?

Le vin qui vient d’être vinifié n’est pas le vrai vin. Tel un nouveau-né, il possède en lui des possibilités que révélera progressivement la phase de son élevage en cuve ...

Partage(s)