Pourquoi plante-t-on des rosiers devant les rangs de vignes ?

Rosiers en bout de rangees de vignes

Après vous avoir apporté quelques éléments de réponse à vos interrogations sur la présence d’herbe entre les rangs de vignes sur certaines parcelles, on continue sur notre lancée ! Cette fois-ci, nous nous penchons sur la présence relativement fréquente de rosiers plantés devant les rangées de vignes. Une pratique qui s’avère plus utile qu’esthétique pour les vignerons, et dont l’origine nous permet au passage de remonter le temps.

Planter des rosiers en tête de rangées de vignes n’est pas seulement un moyen pour les vignerons d’embellir le paysage – bien que cela fonctionne plutôt bien – mais cette pratique présente bel et bien une réelle utilité en viticulture.

Prévenir l’arrivée de certaines maladies de la vigne

Malgré leur apparence distincte, la vigne et le rosier partagent quelques points communs. Une découverte ancestrale qui a amené les viticulteurs à utiliser le rosier comme dépisteur de maladies de la vigne. En effet, le rosier et la vigne s’avèrent être sujets aux mêmes maladies, et en particulier à l’oïdium, un champignon bien connu des viticulteurs aux conséquences dramatiques pour la récolte.  Etant plus sensibles à cette maladie, les rosiers sont donc toujours attaqués en premier. Ainsi, en les plantant devant chaque rangée de vigne, les viticulteurs sont alertés de l’arrivée de la terrible maladie et peuvent ainsi sauver leur récolte en entamant des traitements de prévention.

Oidium sur baies vertesPour rappel, l’oïdium, au même titre que le mildiou, est l’une des maladies les plus dévastatrices de la vigne, et encore malheureusement bien présente dans l’ensemble du vignoble français. Favorisée par l’humidité, la propagation de ce champignon se traduit par l’apparition d’une fine pellicule de poudre blanche sur les feuilles et les baies de la vigne, qu’il dégrade ensuite progressivement.

 

 

 

Un repère pour les chevaux

Une autre explication plus romantique qui viendrait justifier l’origine ancestrale de cette pratique. La présence de rosiers en bordures de vignoble permettait autrefois aux chevaux chargés de labour de repérer la fin d’un rang. Attirés par la couleur intense des roses, ils pouvaient ainsi mieux anticiper leurs virages pour entamer le rang suivant sans arracher le dernier cep de vigne. Joli, non ?

_

Voir tous les vins bio et biodynamiques actuellement en vente sur iDealwine

Tous les vins actuellement en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

_

A lire également sur le blog d’iDealwine :

Comment choisir un vin quand on n’y connaît rien ?

Vins bio, en biodynamie, agriculture raisonnée, vin nature … Comment s’y retrouver ?

Les 10 expressions indispensables de la dégustation

10% du vignoble français conduit en bio

  • Voir les commentaires (2)

  • Braud

    En réalité, l’oïdium du rosier et celui de la vigne ne sont pas la même maladie, ils sont dus à des parasites n’appartenant pas à la même espèce (Pososphaera pannosa pour le rosier et Incinula necator pour la vigne) reste que les conditions favorables à l’un le sont aussi à l’autre. En revanche il est biologiquement impossible que l’oïdium du rosier infecte la vigne.

    • iDealwine

      Vous avez raison, merci pour votre remarque !
      Le rosier est simplement planté devant les rangées de vignes comme indicateur de conditions climatiques favorables à l’apparition de l’oïdium, qu’il soit propre aux rosiers ou à la vigne. Nous avons souhaité simplifier les choses dans un souci d’intelligibilité, étant donné que les deux maladies portent le même nom.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Achat, livraison : le plan canicule d’iDealwine

Même si les températures ne se montrent pas franchement « caniculaires », promis nous sommes en été. Or, l’été n’est pas la période la plus favorable au transport des vins… ...

pave VP Jura Savoie

Jura de Berthet-Bondet et Labet, Savoie de Gilles Berlioz : redécouvrez le bonheur à prix doux !

Les amateurs se plaignent des prix qu’atteignent parfois les vins de certaines régions. Nous les invitons à se tourner vers le Jura et la Savoie où nous leur proposons régulièrement ...

Bourgogne Chevalier Montrachet

Enchères : grands crus de Bourgogne à l’honneur

Bordeaux et Bourgogne se partagent une nouvelle fois la part du lion dans cette vente inédite. Aux côtés de flacons ...