Nos 5 conseils pour « investir » dans le vin

Investissement vin
Angélique de Lencquesaing

Angélique de Lencquesaing, qui fait partie du trio des fondateurs d’iDealwine, scrute depuis plus de 15 ans les ventes aux enchères de vin pour en analyser les résultats et dégager les principales tendances qui dessinent sur le marché. Elle répond aujourd’hui aux cinq des questions que nous nous posons tous à propos de l’investissement dans le vin en 2017.

Plutôt amatrice que spéculatrice, Angélique n’aime pas trop les termes d’investissement ou de placement pour parler du vin. Pour autant, chez iDealwine nous avons tous en tête l’idée que bien acheter, c’est se réserver la possibilité de revendre une partie de sa cave en cas de besoin. Ou pour d’autres raisons d’ailleurs : nos goûts évoluent, l’envie de découvrir d’autres domaines ou régions peuvent inciter à faire de la place dans sa cave. Et puis, emporté(e) par la passion, on achète parfois un peu trop… c’est alors par souci de bonne gestion que l’on a intérêt à revendre les vins parvenus à leur apogée, que l’on ne boira pas. Bon, là, on évoque déjà la revente de vos vins, parlons achat, maintenant et suivons les recommandations d’Angélique.

  1. Faut-il investir dans le millésime 2015 ?

« Certains vins sont d’ores et déjà disponibles en 2015, dans la plupart des régions, hors Bordeaux. C’est effectivement une superbe année, au bon potentiel de garde car les vins se montrent équilibrés, avec une superbe maturité et de la fraîcheur. Ce millésime était très attendu, après une série de récoltes plus maussades (2011, 2012, 2013) et il se montre à la hauteur des espérances.  Le seul bémol, pour certains vins, réside dans les caractéristiques liées à la sur-maturité des raisins ou l’excès d’opulence que l’on repère parfois, notamment des blancs.

Et puis évidemment se pose la question des prix. Il est intéressant de se positionner à l’achat sur des vins jeunes, pour se réserver la possibilité de bénéficier à plein de sa valorisation au fil du temps, lorsque le vin arrive à son apogée. Bien acheter, c’est aussi surveiller l’évolution des cours, suivre l’état de la demande au travers de la cote iDealwine, via notre appli ou le site. Un très bon outil 🙂 . J’ajouter que le 2016, dans la continuité du 2015, s’annonce comme un très grand millésime avec des vins… à peu près parfaits dans nombre de régions, il va falloir casser sa tirelire ! »

Pour plus de détails sur le potentiel du millésime 2015, reportez-vous à nos analyses publiées dans les articles suivants :

  1. Les vins bio, biodynamiques, natures sont-ils la nouvelle tendance ?

 » Oui, ces vins émergent nettement dans les enchères et les demandes des clients. Chez iDealwine, nous avons approfondi ces sujets grâce à notre ancien acheteur, Philippe Barret, qui en est un fervent amateur et un ambassadeur passionné. Nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir ces vins, mais leur succès réside aussi dans le fait qu’ils apportent une réponse à une demande qui ne cesse de croître. Celle-ci s’inscrit dans une tendance de fond, consistant à privilégier les aliments (et les boissons) plus sains et respectueux de l’environnement. Cette tendance ne cesse de s’amplifier.  On observe que l’engouement pour les vins bio, biodynamiques et nature se généralise, il ne se cantonne pas à une région : c’est au contraire un phénomène transversal, que nous observons avec l’envolée des cours sur les vins du Clos Rougeard, puis ceux du Jura, et maintenant on constate que les vins « nature » produits dans le Beaujolais ont le vent en poupe. Aucune région n’est à l’écart de cet engouement : même en Corse, les vignerons nature font un malheur ! Ces choix sont portés avant tout par la clientèle française, américaine et japonaise. Aux Etats-Unis notamment, les vins jaunes nature sont aujourd’hui vraiment tendance, on les trouve sur les tables des restaurants les plus en vogue de New-York. Au Japon, ceux du Jura sont désormais présents chez tout caviste qui se respecte. Pour plus de détails sur la place des vins bio, biodynamiques et nature, reportez-vous à l’article suivant :

  1. Faut-il encore acheter les vins de Bordeaux ?

 » Attention, c’est dangereux de poser cette question à une grande amoureuse des vins de Bordeaux (entre autres) ;-). Mais il est légitime de se poser la question, car si les grands crus bordelais représentent encore la majeure part des vins vendus sur notre plateforme, leur poids dans les ventes aux enchères est à la baisse, en volume comme en valeur. Au début d’iDealwine – la préhistoire – en 2000, Bordeaux, la Bourgogne et la vallée du Rhône représentaient 99% des volumes échangés. On assiste depuis quelques années à une diversification croissante et continue des horizons d’achat des amateurs. Et c’est plutôt une bonne chose, les ventes n’ont jamais été aussi passionnantes 🙂 . Pour autant, il faut garder à l’esprit qu’aujourd’hui encore, les bordeaux demeurent incontournables, notamment lorsque l’on se situe dans une optique de placement. Le Bordelais reste l’une des régions les plus « liquides », la cote des vins est bien établie et la demande mondiale. Les grands crus classés sont des marques à la renommée mondiale, elles représentent dans une cave une valeur sûre, de « père de famille ». Certes, pour ces vins, le phénomène de rareté – un des piliers de la valorisation aux enchères -, est plus long à construire, puisque les volumes produits sont généralement importants. Il faut donc bien choisir ses bordeaux, et les laisser vieillir plus longtemps en cave avant de pouvoir espérer en tirer une forte plus-valu. Mais une fois à maturité, pour autant qu’ils aient été acquis dans de beaux millésimes de garde, ces vins se revendent bien. Ajoutons qu’après au moins dix ans, un grand bordeaux reste exceptionnel, ce serait tellement dommage de passer à côté… »

  1. Le prix des bourgognes va-t-il continuer de monter ?

 » Nous n’avons pas de boule de cristal chez iDealwine, mais un bureau à Hong Kong qui nous fournit de bonnes indications sur l’état de la demande en Asie. Et rien ne nous permet d’anticiper une baisse à court terme, ou tout du moins une stabilisation des cours des grands crus de Bourgogne. Une tendance due principalement à l’extrême rareté des vins. En Bourgogne, elle débute dès la sortie du domaine du fait des faibles quantités produites et du système d’allocations. La croissance des prix des grands bourgognes concerne encore plus les rouges que les blancs, et surtout les vieux et les grands millésimes. J’ajoute que les transactions récentes – ou en cours – sur les grands domaines de Bourgogne ne font qu’amplifier le phénomène. La cession du domaine Bonneau du Martray au début de l’année 2017 à un acquéreur américain a été réalisée à un prix de transaction qui n’a pas été publié, mais qui permet d’imaginer que les cours des vins à la sortie du domaine ont toutes les chances d’exploser. Dans ces conditions, un corton 2010 du domaine, qui se vend actuellement autour de 100€ sur la plateforme d’iDealwine, risque de subir une forte inflation. Parallèlement les amateurs vont se mettre en quête des vins produits avant le changement de propriétaire, qui vont progressivement revêtir le statut de collector. La rareté, toujours… »

  1. Quelles sont les régions à suivre pour les enchères de vins ?

« Aucune région n’est à l’abri de la curiosité des amateurs ! Les français qui achetaient traditionnellement des bordeaux et des bourgognes élargissent peu à peu le spectre de leurs recherche – poussés en cela par l’inflation des prix – et se tournent vers la Loire, le Languedoc, le Jura, le Beaujolais, le Sud-Ouest (Cahors, Madiran). Les plus pointus d’entre eux jouent en quelque sorte un rôle d’éclaireurs qui nous ouvrent la voie vers de nouveaux domaines, encore méconnus. Car il existe, au sein de chaque région, un ou deux producteurs phare. Par leur talent ils font bouger les lignes, suscitent de nouvelles vocations et contribuent à rehausser la qualité des vins produits dans leur appellation. Ce faisant, ils contribuent à braquer les projecteurs sur les vins de leur région, et cette notoriété bénéficie ensuite à toutes les signatures intéressantes. Les amateurs les plus pointus ont vite fait de les repérer, notamment quand leurs vins sont présents aux enchères. Pour bien se tenir au courant de ces domaines montants, on ne recommandera jamais assez de lire les guides des professionnels (RVF, bettane+desseauve), c’est incontournable, ils ont cette capacité à identifier les progressions et les pépites que recèle chaque vignoble. Par ailleurs, nous suivons attentivement les évolutions du marché des enchères, et je vous recommande nos analyses sur ce sujet (rapports d’enchères, palmarès…). Les palmarès réalisés région par région ont permis de faire émerger les  choix des amateurs éclairés dans leurs achats. Vous verrez, aucune région n’est à négliger, qu’il s’agisse de la vallée de la Loire ou du Jura bien sûr, mais aussi du Beaujolais, du Sud-Ouest ou des grands vins du Sud… Un vrai guide d’achat :). Mais attention, notre credo chez iDealwine, même si l’on se situe du point de vue du placement est que le vin doit demeurer un investissement plaisir, il faut acheter des vins qui nous plaisent, que l’on aura plaisir à goûter…Si la valorisation n’est pas au rendez-vous, il restera toujours l’option de les déguster. Et cela, aucun autre investissement ne pourra vous réserver ce plaisir…»

Voir tous les vins actuellement en vente

Consultez les derniers rapports d’enchère

Comment revendre sa cave via iDealwine

Demandez une estimation de votre cave en vue de revendre vos vins

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Belles enchères : impériales d’Yquem, grands bordeaux 1982, La Tâche et le Clos Rougeard au top !

PALMARES : le TOP 20 des vins de Bourgogne dans les ventes aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des vins de Bordeaux dans les ventes aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des vins étrangers dans les ventes aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des champagnes dans les ventes aux enchères

PALMARES des vins du Jura-Savoie et d’Alsace : à l’Est, du nouveau

Palmarès : le TOP des vins du Sud-Ouest aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des vins du Languedoc et du Roussillon aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des vins de Provence et de Corse aux enchères

PALMARES : le TOP 20 des vins du Beaujolais

PALMARES Loire : le TOP 20 des vins les plus chers

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Vente aux enchères on-line : une sélection inouïe et de très nombreux lots sans prix de réserve !

Il est bien difficile de faire ressortir des lots de cette vente tant la sélection est complète et impressionnante… Petrus et Haut-Brion en quantité, Lafite, Mouton, Latour, Cheval Blanc, que ...

Bientôt la fin des bouteilles bouchonnées ?

La recherche s’accélère pour tenter de mettre un terme au problème des bouteilles bouchonnées, un gaspillage représentant des millions d’hectolitres chaque année, dont les vignerons – et les amateurs - ...

VPF-20140318

Derniers jours de notre vente à prix fixe spéciale vins à maturité : de 1930 à 2003 un choix incomparable !

Vous aimez les vins à maturité aux tannins patinés par une longue garde ? Vous avez l’anniversaire d’un proche à ...