Le millésime 2016 dans les vignobles français (partie 1)

Vin Millésime 2016Il est là ! Le fameux millésime 2016 que les amateurs attendaient, et que l’on commence à voir arriver sur le marché. Dans la continuité du superbe 2015, voici encore une très belle année pour la vigne, du moins quand elle n’a pas eu à subir les caprices de la nature. Région par région, faisons le point sur les caractéristiques du millésime.

En première partie de notre analyse, nous vous présentons les caractéristiques du millésime 2016 dans les vignoble du Nord de la France en Alsace, Jura et Savoie, En Bourgogne, dans le Beaujolais, en Champagne et enfin dans la vallée de la Loire.

ALSACE

BLANCS SECS : 16/20

BLANCS MOELLEUX : 14/20

ROUGES : 15/20

2016 en Alsace restera dans les mémoires comme une année atypique, particulièrement en ce qui concerne l’étalement des vendanges, une des plus longues campagnes du vignoble alsacien puisqu’elles ont débuté mi-septembre pour finir début novembre pour la plupart des domaines, mais certains producteurs, pour pouvoir proposer un peu de vendanges tardives sur un millésime peu favorable à ces dernières, ont attendu jusqu’en… janvier 2017.

Après un printemps très humide et un début d’été normalement chaud, la sécheresse du mois d’août a parfois posé des problèmes de stress hydrique qui ont bloqué les maturités, en particulier sur les rieslings.

Cependant, grâce à un bel “été indien” aux moments les plus importants des vendanges, l’état sanitaire global était bon.

Sur l’ensemble du vignoble alsacien, le cépage le mieux réussi est incontestablement le pinot gris qui a donné des vins riches avec de belles matières denses équilibrées par une jolie acidité mûre. Les autres pinots (noir ou blanc), un cran en-dessous du gris, se présentent néanmoins à un bon niveau, tout comme les vins issus du sylvaner.

Les cuvées de gewurtztraminer sont peut-être un peu plus banales et manquent souvent un peu d’acidité. Les muscats sont également à un assez bon niveau, avec un fruit croquant, mais manquent parfois de densité.

Une fois n’est pas coutume, c’est le riesling qui a le plus souffert de blocages de maturité. De nombreux vins manquent de matière et de densité. Les domaines en bio ou en biodynamie les plus réputés s’en sortent tout de même nettement mieux que les autres.

Deux petites informations complémentaires : les crémants, souvent produits cette année avec de jolis pinots blancs, seront d’un très bon niveau ; à l’inverse 2016 restera comme un millésime très peu favorable aux vendanges tardives. De nombreux domaines n’en proposeront pas ou très peu et ces cuvées ne seront pas caractérisées par une grosse intensité.

Voir les vins d’Alsace actuellement en vente sur iDealwine

JURA/SAVOIE

ROUGES : 16/20

BLANCS : 17/20

Si le gel a plutôt épargné le Jura en 2016, des pluies abondantes entre avril et juin ont quelque peu “plombé” ce millésime, en particulier en provoquant une attaque de mildiou qui restera dans la mémoire de nombreux vignerons et causera une perte d’environ 25 % de la récolte. Mais si l’on prend les choses du bon côté, ces pluies ont permis aux vignes de mieux résister à la sécheresse de l’été et la diminution des rendements (due au mildiou) a permis de récolter des raisins plus concentrés car les récoltes estimées avant le mildiou étaient très élevées… La belle fin d’été a permis de ramasser des raisins très sains et bien équilibrés. Les blancs de chardonnay comme de savagnin présenteront même un équilibre plus fin et moins puissant (et avec moins d’alcool) que les 2015. Les rouges peuvent être parfois plus tendres, mais très digestes.

La Savoie a également souffert d’une fin de printemps marqué par des pluies abondantes qui ont amené une forte pression du mildiou. Et comme dans le Jura, la sécheresse de l’été a permis de stopper la maladie avant qu’elle ne devienne trop grave et ne compromette la récolte. Globalement, les vins sont assez hétérogènes, les meilleurs terroirs s’en sortant nettement mieux comme toujours dans des conditions difficiles. Les mondeuses d’Arbin, et peut-être surtout de Saint-Jean-de-Laporte, atteignent un bel équilibre entre maturité et tension. La Roussette de Savoie (cépage altesse) est en général moins ample que d’habitude (comme les vins de Chignin-Bergeron) et les plus belles cuvées de jacquère peuvent être splendides dans un style à la fois frais et mûr, en particulier sur ses terroirs de prédilection (Chignin, Apremont et Abymes) mais aussi sur d’autres secteurs comme, encore une fois, Saint-Jean-de-Laporte.

Voir les vins du Jura et de Savoie actuellement en vente sur iDealwine

BOURGOGNE

ROUGES : 17/20

BLANCS : 15/20

Comme plusieurs autres régions françaises, la Bourgogne a connu une année climatique chaotique, et les vignerons ont dû rester zen face aux difficultés. Le plus grave a été bien entendu le gros gel de fin avril qui a ravagé une bonne partie du vignoble bourguignon, de Chablis jusqu’à la Côte de Beaune. Au total, c’est plus de 30 % de la récolte totale qui a disparu en une nuit… Le reste de l’année n’a pas été un long fleuve tranquille. Le printemps très humide a créé des conditions favorables pour des attaques violentes de mildiou et un été très sec a pu entraîner du stress hydrique dans plusieurs secteurs, difficulté qui a été heureusement compensée par quelques petites pluies en septembre. Par bonheur un beau temps généralisé s’est prolongé jusqu’aux vendanges, avec des journées ensoleillées et des nuits fraîches (ce qui favorise une maturité profonde des baies). Paradoxalement, ces difficultés ont entraîné les vignes à produire peu de raisins, certes, mais des raisins aux peaux épaisses et très sains. Au final, 2016, qui a donné des frissons à bien des vignerons, a accouché d’un beau millésime (surtout en rouge), mais les vins seront rares…

En rouge, la Côte de Nuits a produit une très belle année avec peut-être un niveau un peu supérieur dans les appellations les plus au sud comme Nuits-Saint-Georges et Vosne-Romanée. Sur la Côte de Beaune on trouve également de très jolis vins, plus délicats que les riches 2015, à ouvrir sans doute un peu avant ces derniers, mais avec un très joli fruit et une tension légèrement croquante. Les cortons seront sans doute d’une belle facture.

En blanc, à Chablis les vins seront rares (gelées), mais le bel été prolongé a permis de récolter des raisins d’une belle maturité. Les grands crus, moins touchés par le gel, sont d’un très bon niveau. Les blancs de la Côte de Beaune s’en sortent un peu moins bien, essentiellement parce que les vignes de ce secteur ont sans doute particulièrement souffert de la sécheresse. C’est sans doute un peu plus marqué à Meursault qu’à Puligny ou Chassagne. Bien entendu quelques producteurs de haut niveau ont réussi un beau millésime malgré les difficultés, mais il faudra être plus prudent chez les autres. Le Mâconnais est sans doute l’appellation “blanche” qui a produit les meilleurs vins dans ce millésime compliqué, en particulier sur Pouilly-Fuissé.

Voir les vins de Bourgogne actuellement en vente sur iDealwine

BEAUJOLAIS

ROUGES : 15/20

Difficile de porter un jugement global sur la qualité des vins du Beaujolais en 2016 tant l’année a été contrastée. Pour de nombreuses appellations, et non des moindres (Fleurie, Morgon et Chiroubles), ce millésime sera marqué par d’importants phénomènes de grêle le 27 mai et le 24 juin. Certains domaines (surtout à Fleurie) ont parfois été touchés entre 50 et 90 % ! À l’inverse, sur d’autres secteurs, de nombreux vignerons ont récolté une des vendanges les plus prolifiques de ces dernières années. Un mois d’août bien ensoleillé ainsi que les quinze premiers jours de septembre ont permis de vendanger dans de bonnes conditions sanitaires, mais ceux qui ont laissé trop de grappes sur leurs vignes n’ont pas pu atteindre une maturité satisfaisante de leurs raisins.

Sur les secteurs grêlés, le peu qui a pu être produit est plutôt de bon niveau, les raisins “survivants” étant concentrés, avec une belle maturité. Sur les zones de forts rendements, les vignerons un peu laxistes ont produit des vins un peu dilués et sans grand caractère.

Morgon, le cru sans doute le plus qualitatif aujourd’hui, à la fois par les qualités de ses terroirs et surtout par le nombre important de vignerons au sommet de leur art, a produit de très jolis 2016, plus délicats et plus “classiques” que les très riches 2015, et ils vieilliront certainement avec beaucoup de grâce.

Brouilly et surtout Côte de Brouilly sont également deux appellations qui se situent au sommet du Beaujolais en 2016, grâce en particulier à leur côté assez solaire qui a permis une belle maturité homogène, mais toujours dans un style plus élégant que 2015, et ces appellations proposent la plupart du temps des vins avec un fruité éclatant.

Dans les autres appellations il faudra sans doute être plus prudent et goûter avant d’acheter tant les vins sont hétérogènes et parfois, en plus, rares (Chiroubles, Reigné, Fleurie en particulier) tant la grêle a fait de dégâts sur ces appellations.

Voir les vins du Beaujolais actuellement en vente sur iDealwine

CHAMPAGNE

BLANCS DE NOIRS : 16/20

BLANCS DE BLANCS : 15/20

Commençons comme chaque année par rappeler que les qualités d’un millésime très récent sont plus difficiles à évaluer en Champagne qu’ailleurs puisque, par définition, les vins ne sont commercialisés que plusieurs années après la vendange. On doit donc, dans un premier temps, se contenter de donner quelques pistes provisoires d’évaluation du millésime essentiellement fondées à partir des conditions climatologiques de l’année, et par une dégustation des vins clairs, avant leur champagnisation.

Gel, grêle, pluie, maladies : la Champagne n’a pas été épargnée par les difficultés en 2016 ! Si le mois de septembre n’avait pas été aussi beau, on aurait pu frôler une petite catastrophe. Les premières dégustations semblent montrer que les pinots meuniers de la vallée de la Marne seront d’un très bon niveau en 2016, tout comme les pinots noirs de la Montagne de Reims. Les deux seront plus en délicatesse qu’en puissance, semble-t-il. Les chardonnays s’en sont moins bien sortis. Récoltés après les pinots noirs et meuniers (ce qui est exceptionnel) ils offrent pourtant assez souvent des niveaux de maturité un peu justes. Mais il faudra goûter tous ces vins une fois commercialisés avec leurs bulles. Un long élevage sur lattes peut en effet faire considérablement évoluer ces futurs champagnes.

Voir les champagnes actuellement en vente sur iDealwine

VALLÉE DE LA LOIRE

ROUGES : 16/20

BLANCS : 17/20

BLANCS MOELLEUX : 16/20

La vallée de la Loire a connu une année très difficile. Essentiellement à cause de deux grosses gelées fin avril qui ont détruit une bonne partie des futures récoltes, notamment à Montlouis, à Chinon, à Bourgueil, mais aussi dans les appellations voisines de Sancerre (mais pas spécialement à Sancerre). Certains vignobles ont été anéantis à 90 %. À côté de cela, les conditions similaires à de nombreux vignobles français, printemps frais et humide propice au mildiou, été un peu trop sec, font figure de point de détail… Et comme un peu partout, un joli mois de septembre bien ensoleillé avec des nuits fraîches favorisant la maturité des baies a fait mieux que sauver la récolte qu’avaient bien voulu laisser les aléas climatiques de l’année.

Les appellations qui sortent du lot sont chez les meilleurs vignerons, en rouge, Chinon avec des cuvées alliant fraîcheur et gourmandise, Bourgueil avec des vins fruités et croquants, Saumur-Champigny et Anjou avec des rouges très frais mais bien mûrs. En blanc, le Muscadet, une appellation en très forte progression depuis plusieurs années, propose peu de vins en quantité, mais à un très beau niveau qualitatif, et Sancerre, peu touché par le gel, qui a produit de très jolis vins, au fruité intense et frais et avec beaucoup de dynamisme. En moelleux, une toute petite production, mais quelques très belles réussites à Vouvray, Montlouis ayant été décimé par le gel.

Voir les vins de la vallée de la Loire actuellement en vente sur iDealwine

Voir tous les millésimes 2016 en vente

Voir les notes de tous les millésimes

Voir les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

Bordeaux primeurs 2016 (partie 1) : un millésime incroyable !

Bordeaux primeurs 2016 (partie 2) : nos coups de cœur dans le Médoc

Bordeaux primeurs 2016 (partie 3) : nos coups de cœur sur la rive droite

Bordeaux primeurs 2016 (partie 4) : nos coups de cœur dans les Graves et le Sauternais

Bordeaux : les primeurs, comment ça marche ?

Primeurs 2015, épisode 1 – Le millésime que Bordeaux espérait

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

International Wine and Spirits Fair : iDealwine sera à Hong-Kong du 3 au 5 Novembre 2011

L’Asie, et plus particulièrement la Chine, est la nouvelle place forte mondiale du vin. Une réalité que confirmera sans aucun doute début novembre le nouveau grand rendez-vous commercial du vin, ...

Dégustation de champagnes bicentenaires aux îles Aland, en mer baltique

Avant leur mise aux enchères, les champagnes retrouvés en mer baltique ont été dégustés par d’heureux experts. Compt-rendu de cette incroyable dégustation.

VinExpo 2010 à Hong Kong : c’est parti !

La soirée d’ouverture de l’édition 2010 de VinExpo était animée lundi soir par la Jurade de Saint-Emilion autour d’un grand dîner de gala réunissant plus de 500 convives au Hyatt ...