Le Clos de la Roilette | le Marquis et ses fleuries gourmands

Promenons-nous dans le Beaujolais, pendant que le Marquis y est, pour y découvrir ses fleuries racés dont vous ne pourrez plus vous passer. Alain Coudert (alias le Marquis) produit depuis plus de 30 ans des fleuries reconnus pour leur qualité et leur finesse.

Le Clos de la Roilette est un de ces domaines avec une histoire bien particulière qui débute au début du 20ème siècle avec un certain Mr. Crozet, propriétaire du domaine à l’époque. Lors de la délimitation de l’appellation moulin-à-vent, le domaine perdit son appellation, son propriétaire, furieux, décida de déposer sa propre marque, et c’est ainsi que naquit le Clos de la Roilette et créant sa propre parcelle.  La tête de cheval si reconnaissable sur l’étiquette de ses bouteilles n’est autre que celle d’une des juments de Mr. Crozet, prénommée Roilette qui inspira donc le nom du domaine. Malheureusement, à la suite de la mort du propriétaire, ses héritiers laissèrent une partie des terres à l’abandon. Ce n’est qu’en 1967 que Fernand Coudert racheta le clos et ses vignes qui n’avaient d’ailleurs pas été taillées depuis deux ans.

Avec une main de fer, Fernand repris le domaine, le remit au gout du jour et redora son image. A partir du début des années 1980, le fils de Fernand, Alain, reprit petit à petit le domaine et signa sa première vendange en 1982 et ses premières vinifications à partir de 1987. Aujourd’hui, le Clos de la Roilette s’étend sur 13 hectares principalement en fleurie mais avec quelques parcelles de brouilly, où le Marquis (surnom d’Alain Coudert) y produit un vin « simple et décontracté » sous le nom de « domaine Coudert ». A partir des vignes de fleurie, le clos produit trois cuvées : le Clos de la Roilette, la cuvée tardive et « La Griffe du Marquis ». La majorité des vins sont exportés (65%) principalement aux Etats-Unis et en Angleterre mais aussi dans le reste de l’Europe. L’exportation de la majorité des bouteilles est aussi historique dans le domaine. En effet, Mr Crozet, ne supportant pas le changement de l’appellation, refusa de vendre ses vins en France et préféra les exporter en Suisse, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Dans sa vigne, Alain Coudert travaille en agriculture raisonnée en respectant la taille historique de la région : la taille gobelet. Les vignes peuvent aller de 40 ans de moyenne d’âge jusqu’à 70 ou 80 ans pour la cuvée tardive. Au chai, la vinification est classique et les vins sont élevés en foudre de chêne usagé. Il existe une exception pour la cuvée Les Griffes du Marquis où l’élevage se fait dans des barriques pendant 12 mois. Les vins du domaine sont d’une grande qualité, charnus et pleins de finesse, longs à s’ouvrir mais avec un beau potentiel de garde.

 

Ce qu’en disent les guides :

Bettane+Desseauve 3* sur 5

Domaine bien situé, avec notamment sept hectares sur le fameux secteur de la Roilette, là où Fleurie regarde le moulin-à-vent, Alain Coudert n’a pas été épargné par les grêles, comme malheureusement la plupart des vignerons de l’appellation. Les vins qui y sont produits ont toujours beaucoup de finesse et de velouté. Longs à s’ouvrir, souvent austères, ils donnent le ton en bouche avec beaucoup d’élégance. Les 2016 confirment leur style plus léger mais très élégant. Avis aux amateurs de vins fins, tout est en bouche et dans le toucher. La patience sera récompensée, car la délicatesse de ces vins cache merveilleusement leur grand potentiel de garde. Les rares mais délicieux 2017 confirme la tendance.

Les vins du Clos de la Roilette sur iDealwine :

Fleurie Clos de la Roilette 2018

Vinifié à partir des vignes les plus jeunes du domaine (40 ans en moyenne), ce vin est ensuite élevé dans des foudres de chêne. En ressort un fleurie, à la robe rubis et au nez joliment aromatique, rappelant la violette, ou encore les fruits rouges avec des notes légèrement plus épicées. La bouche et gourmande et ses tanins y sont soyeux.

Fleurie Cuvée Tardive Clos de la Roilette 2018

Ce gamay a été cultivé sur des sols d’arène granitique. La vinification s’est faite en grappes entières venant de vignes ayant entre 70 et 80 ans, la cuvaison a duré entre 2 et 3 semaines en cuve ciment et, l’élevage, 6 mois en foudre de chêne. La robe rubis dévoile des notes fruitées, épicées et empyreumatiques. La bouche est particulièrement racée et soyeuse. Ainsi, ce vin, permet des accords parfaits avec une viande. Prenez garde à bien l’aérer en amont.

Fleurie Griffe du Marquis Clos de la Roilette 2017

La vinification de cette cuvée, réalisée à partir de la même base que la cuvée tardive, est faite en grappes entières venant de vignes ayant entre 70 et 80 ans. La cuvaison a duré entre 2 et 3 semaines en cuve ciment. La grande différence est que l’élevage se fait dans des futs en chêne pendant un an. Ce fleurie est concentré et équilibré doté d’un bouquet riche de petits fruits noirs et ses tanins sont fondants. Ouvrez cette cuvée plusieurs heures avant de la déguster afin que le vin s’ouvre complètement. Il possède aussi un bon potentiel de garde.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Domaines de La Butte et de La Taille aux Loups : la Loire en rouge et blanc

Perfectionniste du vin et vigneron emblématique de la Loire, Jacky Blot produit sur les trois appellations où il est présent (domaine de La Butte à Bourgueil et domaine de La ...

Henri Bonneau, une légende à Châteauneuf du Pape

Les vins d’Henri Bonneau sont uniques en leur genre. Le domaine minuscule (à peine 6 hectares), est planté à plus ...

Charisme, énergie et passion communicative : un portrait de Jacky Blot

Jacky Blot est aujourd’hui une figure reconnue dans la région de la Loire, et même au-delà : la preuve, son travail a été récompensé d’un coup de cœur des lecteurs ...