La semaine cantonaise : n’oublions pas le bœuf

accords-cantonnais-_boeufDernier jour de notre périple chinois, partons sur un filet de bœuf à la cantonaise pour boucler en beauté notre chapître sur les accords mets et vins.

Plongeons au coeur des alliances baroques avec ce filet de boeuf et sa sauce aux huîtres. Légèrement sucré, mariné avec des oignons, du vinaigre de xeres, de la sauce soja et la sauce aux huîtres, le boeuf est ensuite sauté au wok avec l’oignon. Ce plat s’accordera bien avec un rouge cette fois-ci. Ne visez pas trop la puissance, il y a de l’acidité et de l’iode dans le plat à contrecarrer avec un jeune souple et malléable… Un tendre ligérien (saumur-chamigny, anjou), un sancerre épanoui, aux tanins bien arrondis, ou un Beaune pourquoi pas. Dans le Bordelais préférez des vins de la rive droite, au merlot majoritaire.

=> Dans tous les cas faites-nous part de vos remarques, de vos expériences et idées !

* Explication : c’est à Suzhou que l’on trouve les plus belles femmes, à Hangzhou la meilleure soie et à Liuzhou le meilleur bois pour fabriquer son cercueil.

A lire également :

Quels accords mets et vins avec la cuisine chinoise ?

Retrouvez tous nos conseils d’accord mets et vins

Recherchez un accord mets et vins

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Quels accords mets et vins avec un bandol rouge ou rosé ?

Les vins rouges et rosés de Bandol se caractérisent par le mourvèdre, un cépage assez répandu dans les vignobles sudistes, mais qui est ici très dominant, voire parfois exclusif. A ...

Un plat, une histoire, un vin (5) : le couscous et le côtes-du-rhône Château de Fonsalette 2004

Contrairement à une idée répandue, le couscous, aujourd’hui un des plats préférés des Français, n’est pas arrivé chez nous dans les valises des rapatriés d’Algérie au début des années soixante. ...

Recette de la semaine : Crêpes Suzette

Un must de notre patrimoine gastronomique français ! Nous devons cette recette au célèbre Auguste Escoffier, qui, selon la légende, l’aurait créée à la suite d’un incident de service.