François Chidaine : une ode à la gourmandise et à la délicatesse

FRANCOIS CHIDAINE

Avez-vous déjà goûté les vins de François Chidaine ? Comme nous, laissez-vous surprendre par leur pureté, leur délicatesse, leur caractère charnu et épicé. C’est beau. C’est tellement beau que nous avons tenu à vous faire (re)découvrir le travail de ce vigneron talentueux.

2- Vignes Francois Chidaine2018. En voilà une belle année pour François Chidaine avec qui nous avons eu la chance de nous entretenir peu de temps après les vendanges. Si ce millésime était très précoce à cause des changements climatiques, il a permis la production de raisins d’une grande pureté. Cela n’a pas été sans peine. Pour éviter qu’ils ne se gorgent de sucre et ne donnent des vins trop alcoolisés, il a fallu les vendanger rapidement. A la main, évidemment.

3- raisins Francois Chidaine

Des millésimes, François Chidaine en a vu passer. Issu d’une famille vigneronne native de Montlouis-sur-Loire, il débute en 1984 aux côtés de ses parents avant de prendre son envol cinq ans plus tard en créant son propre domaine, une mosaïque de vignes couvrant au total quatre hectares. « Mes parents m’ont transmis l’amour du travail dans la vigne et des valeurs de respect du végétal. Tous deux n’ont jamais été adeptes des phytosanitaires. En 1979, mon père labourait la terre. » Convaincu par ses proches ainsi que par Didier Dagueneau et Nady Foucault (Clos Rougeard), il se tourne vers le bio, puis la biodynamie. En 1999, ses parents mettent un terme à leur activité et lui transmettent leurs 13 hectares de vignes. Aujourd’hui, François Chidaine cultive 30 hectares de chenin blanc ainsi que sept hectares d’autres cépages régionaux comme le sauvignon, le pinot noir, le grolleau, le cabernet-franc, le côt et le pineau d’aunis. Une telle variété lui permet entre autres de proposer des vins gourmands et frais, à apprécier dès leur jeunesse pour en savourer le fruit.

Avec un peu de recul, François Chidaine admet qu’il a fait bien des progrès. « Le monde du vin a beaucoup changé, et notamment l’approche de la viticulture. Désormais, les gens prennent profondément conscience que le vin se fait dans la vigne avec la réalisation d’un bon raisin. Au fil du temps, j’ai adopté des méthodes de culture plus pointues, j’ai mieux soigné mes vignes par la taille et le travail du sol (labours et griffages). Je me suis aussi spécialisé dans la recherche de l’équilibre des végétaux en effectuant une rotation de culture, la spécificité du domaine. »4- vignes Francois Chidaine enherbee

Son secret dans la cuverie pour signer de si jolis vins ? « Ne rien faire. (rires) Plus sérieusement, j’accompagne la nature pendant mes vinifications parcellaires en adoptant des méthodes douces. Je surveille seulement et je joue avec les températures. La fermentation s’effectue spontanément avec les levures indigènes. Je n’influence pas le vin donc je ne le colle pas. » Mais François Chidaine ne se revendique pas « nature » pour autant. « Je veux seulement laisser les raisins et les terroirs s’exprimer avec finesse, élégance, maturité et justesse, délicatesse et équilibre. » C’est sensuel, c’est tentant, n’est-ce pas ?

Il n’y a pas de secret, pour cela il faut travailler… et s’inspirer ! Ce que fait François Chidaine, et forcément, auprès de domaines qui sont en quête de cette même pureté.5- Domaine François Chidaine

Aujourd’hui, c’est à son tour d’inspirer ses enfants et d’enrôler la casquette de « formateur ». Récemment arrivés en renfort, sa fille Alice (qui a déclaré rapidement sa vocation) et son fils Pierre doivent apprendre et comprendre les gestes de ce qui a été fait auparavant. Être vigneron et vinificateur est un métier qui demande du recul, de l’expérience, de la compréhension dans les vignes et dans la cave. « Ils prennent leurs marques, ils touchent à tout avec leur regard innocent. » Dans une entreprise familiale, le chamboulement est nécessaire avec l’arrivée de la nouvelle génération.

En attendant le moment de s’effacer tout à fait, François Chidaine ne perd pas un instant pour découvrir régulièrement de nouveaux vins, de nouveaux vignerons (jeunes comme anciens), de nouvelles régions. « Le vin est une source inépuisable de connaissances grâce aux différents millésimes et aux nombreux hommes qui le façonnent. Mais le facteur le plus intéressant- et le plus important à mes yeux- c’est le bonhomme. » Un conseil pour ceux qui souhaitent découvrir à leur tour ses vins ? « L’ouvrir avec des amis. Le vin c’est le partage. Et il faut le savourer avec des crustacés ou du poisson de rivière comme celui que fait ma femme, fine cuisinière. » Et pour ses vins plus tendres ? « Des accords sucrés-salés, voire épicés. »

Voilà chers amateurs passionnés, maintenant vous savez tout de cette figure du vignoble ligérien, de son travail, de sa succession assurée… et des accords mets-vins !

LES VINS DU DOMAINE FRANÇOIS CHIDAINE ACTUELLEMENT EN VENTE :

Montlouis Méthode Traditionnelle 2005

Cette cuvée est vinifiée en demi-muids avec les levures indigènes. Les bouteilles restent sur lattes au minimum 12 mois. Au nez, elle livre des arômes de fleurs blanches et d’agrumes, qui se retrouvent en bouche, accompagnés d’une belle minéralité, d’une matière ample et généreuse.

Vin de France Le Chenin d’Ailleurs 2016

Chenin d’Ailleurs est vinifié et élevé en demi-muids (élevage sur lies fines durant 11 mois). A la dégustation, c’est un vin sec et minéral, aux arômes d’agrumes et de fruits blancs. La bouche offre un bel équilibre, de la pureté, beaucoup d’élégance et une finale qui se distingue par sa fraîcheur.

Vin de France Baudoin 2017

Le Clos Baudoin est un très joli blanc sec, fin et complexe, qui s’avère parfait avec des poissons, des coquillages, des volailles ou encore du fromage de chèvre. Il exprime des notes fraîches d’agrumes, de fruits à noyaux et des notes de fleurs blanches. Le palais est équilibré, rond, avec une agréable minéralité et pourvu d’une belle longueur.

Vouvray Les Argiles 2017

Les Argiles est un vin issu du cépage chenin blanc. Le vignoble est labouré, et des plantes nématicides et mellifères sont semées dans les rangs. Les seules préparations utilisées viennent de matières animales, végétales et minérales. Le sol est constitué d’argiles et de craie blanche. Le vin est fermenté par levures indigènes exclusivement, dans des demi-muids (bois, 600 litres). Pas de fermentation malolactique. Le vin qui en est issu arbore une robe claire et lumineuse, avec des notes de citron et de fruits blancs en bouche et au nez. Bel équilibre, finale tendue et saline.

Montlouis Moelleux 2016

Le montlouis moelleux est vinifié en levures indigènes dans des demi-muids, les fermentations malo-lactiques ne sont pas systématiquement recherchées et l’élevage est réalisé sur lies fines, toujours en demi-muids et durant 11 mois. Pour cette cuvée, les raisins sont vendangés en surmaturité, plus ou moins passerillés ou atteints du botrytis cinerea. A la dégustation, cette cuvée offre des arômes d’agrumes et de fleurs blanches, des notes de miel, de coing, de fruits confits et exotiques. La bouche dévoile un bel équilibre entre la suavité (environ 40g/l de sucres résiduels) et la fraîcheur. Le vin se distingue par sa rondeur, son ampleur et une très bonne persistance.

Montlouis Clos Habert 2017

Cette cuvée est vinifiée en demi-muids avec les levures indigènes, puis elle est élevée sur lies fines toujours en demi-muids durant environ 11 mois. Elle livre de beaux arômes de fruits blancs, ainsi que des notes caillouteuses. En bouche, se découvre une grande complexité aromatique, un superbe équilibre et une très belle longueur, portée par de beaux amers.

Montlouis Les Tuffeaux 2017

La cuvée Les Tuffeaux est vinifiée en demi-muids, puis élevée sur lies fines, toujours en demi-muids. A la dégustation, le vin se révèle aromatique, aux flaveurs de fruits bien mûrs. La bouche apporte une délicate fraîcheur, du fruité, un bel équilibre, généreux, et une finale se terminant par une pointe d’acidité.

Montlouis Les Lys 2009

La cuvée « Les Lys » n’est produite que les meilleures années à partir de raisins sélectionnés dans plusieurs parcelles du domaine. Un rendement ridicule (de l’ordre de 2 hl/ha !) pour un vin qui masque toujours très bien son niveau de sucre (de l’ordre de 150 gr/l) par une très belle tension qui rend la matière aérienne. Au nez, il livre des arômes de fruits confits et des notes miellées. Sa persistance en bouche est très bonne. Un très grand liquoreux de Loire et de France.

Montlouis Les Choisilles 

« Les Choisilles » est la cuvée la plus représentative du domaine, celle qui est produite à partir d’une sélection des parcelles qui ne sont pas isolées dans une cuvée particulière. Après une vendange manuelle, la vinification (en levures indigènes comme tous les vins du domaine) est conduite dans des demis-muids de 600 litres. L’élevage se poursuit dans les mêmes contenants, sur lies fines pour « nourrir » le vin. A la dégustation, cette cuvée de chenin sec exhale un parfum de pêche blanche, d’agrumes ainsi que de délicates notes minérales. La bouche offre un bel équilibre entre matière, fraîcheur et vivacité, avec de l’ampleur et une superbe finale sur l’amertume.

Montlouis les Bournais 2017

« Les Bournais », la petite dernière des Chidaine, est issue d’une parcelle qui bénéficie d’une superbe exposition juste au-dessus de la Loire. Un terroir découvert par François Chidaine en 1989 au cours d’une promenade. Il a remplacé les arbres fruitiers par des vignes qui sont aujourd’hui âgées d’un peu plus de 10 ans. Une surface plantée dépassant à peine deux hectares sur des sols argilo-calcaires avec un sous-sol de tuffeau calcaire. Ce très grand terroir produit toujours des vins très denses, dotés d’une belle personnalité et d’une grande complexité aromatique qui les distingue en général assez nettement des autres cuvées de l’appellation. Sa longueur est impressionnante.

 

François Chidaine, ce qu’en pensent les guides

La RVF 3* sur 3

VINS DU DOMAINE

François Chidaine est issu d’une famille de vignerons originaire de l’appellation Montlouis-sur-Loire. Avant de fonder son domaine, il épaule ses parents dans le domaine familial dès 1984 et endosse immédiatement de grandes responsabilités. Il décide de prendre son indépendance en 1989 et créé le domaine François Chidaine en assemblant plusieurs parcelles éparses, 4 hectares au total. Les vignerons Didier Dagueneau et Nady Foucault le convainquent dès ses débuts de s’orienter vers une viticulture biologique. Les cinq premières années sont difficiles au domaine François Chidaine. Le vigneron s’adapte pourtant et amorce une conversion en biodynamie en 1989 sous les conseils de son consultant, François Bouchet. En 1999, ses parents cessent leur activité et lui cèdent l’intégralité de leur vignoble, François Chidaine est alors à la tête d’un domaine de 17 hectares. Il se fait épauler par sa femme Manuela qui ouvre un caveau de dégustation en l’an 2000. En 2002, le vigneron récupère les vignes du Clos Baudoin et franchit le cap des 27 hectares. La clientèle du domaine François Chidaine, au départ à 70% internationale (Europe du Nord, Amérique du Nord), se recentre sur la France suite à la conversion en biodynamie.

Guide Vert de La RVF

Depuis ses débuts en 1989, François Chidaine est devenu un acteur majeur des blancs de Loire, un styliste hors-pair désormais vénéré par de nombreux autres vignerons. Il fait partie de ceux qui ont révélé Montlouis, son fief d’origine, et au début des années 2000, il s’est agrandi à Vouvray, avec en particulier la reprise du clos Baudoin à la famille Poniatowski. Aidé par son épouse Manuéla, François n’a eu de cesse d’affiner les vinifications et les élevages, en menant un travail très exigeant dans les vignes, certifiées en biodynamie depuis 1999. Nous ne tarissons pas d’éloges sur le niveau atteint par les vins de ce vigneron d’exception. Depuis 2005, la compagnie Chidaine & Cie s’est lancée dans une activité de négoce de qualité (achats de raisin), en blancs et rouges de Touraine. À partir de 2014, à la suite d’une décision malveillante émanant du syndicat des vins de Vouvray, les cuvées Argiles, Baudoin et Bouchet sont commercialisées en Vin de France, ce dont les amateurs éclairés n’auront cure. Le domaine est aujourd’hui incontournable pour tout amoureux des grandes expressions ligériennes du chenin.

Les vins : le style mûr et délicat du domaine se manifeste dès la méthode traditionnelle 2015, dont la chair voluptueuse et pulpeuse est épurée par une finale incroyablement épicée. À cause du terrible gel de 2016 (le domaine avait perdu 90 % de la récolte) François Chidaine s’est approvisionné en chenin de Limoux pour faire une cuvée sympathique Chenin d’Ailleurs, de pleine gourmandise dans la jeunesse. Après des 2015 solaires et exotiques, les 2016 renouent avec un profil plus contenu que l’on recherche dans les grands blancs de Loire. La touche exotique des Bournais apparaît dans les arômes nuancés d’ananas et de mangue. La fraîcheur ligérienne prend le relais dans une bouche à la grande délicatesse de texture. Aussi bien à Montlouis qu’à Vouvray (Vin de France), les moelleux dégagent une pureté radieuse ; leur énergie lumineuse les fera vieillir dans un équilibre velouté et fuselé.

Encépagement et vignoble

Nombre de bouteilles par an : 180000
Surface plantée : 40.00 hectares (Blanc : 40.00)
Mode de vendange : Manuelle
Âge moyen des vignes : 50

Bettane + Desseauve 2019

4* sur 5

2016 a frappé Duremet François Chidaine et nous prions le ciel pour que 2017 apporte le meilleur du meilleur pour ce domaine exemplaire. Les millésimes 2014 et 2015 ont permis à François Chidaine de montrer ce qu’il sait faire, et ces grands millésimes le voient triomphant sur toutes ses cuvées issues de ses 37 hectares du vignoble ? Quand la nature ne joue pas l’adversité, ce sont les hommes qui s’en mêlent, avec le déclassement des vouvrays en vin de France pour d’obscures raisons administratives car ils sont vinifiés à Montlouis, à quelques centaines de mètres de l’appellation Vouvray… Cette dernière appellation aurait pourtant bien besoin de signatures comme François Chidaine ! Les vouvrays partagent le même brio que les montlouis. L’intégralité de la gamme est d’un haut niveau qualitatif et fait de cette adresse une valeur sûre parmi les producteurs de chenin en secs, demi-secs et effervescents.

 Voir les vins de François Chidaine ou tous les vins de la Loire actuellement en vente

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

 

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

domaine-alexandre-bain

Alexandre Bain, des pouilly-fumés natures, biodynamiques et authentiques

Connaissez-vous Alexandre Bain ? Son nom circule chez les amateurs de vins, même s’il demeure encore relativement peu connu du grand public. Il produit des vins authentiques et qui sortent ...

Patrick Bruel présidera la 149ème édition de la vente de vins des Hospices de Beaune

La fameuse vente des Hospices de Beaune sera présidée pour cette 149ème édition par Patrick Bruel et Andrea Casiraghi, le ...

champagnes

Comment choisir son champagne (1ère partie) ?

C'est parfois aux questions les plus simples qu'il est le plus difficile de répondre. Avec une AOC Champagne qui regroupe 33000 hectares de vignes, il est parfois difficile en tant ...