Domaine Zind-Humbrecht, l’Alsace haute-couture

Domaine-Zind-Humbrecht

Vignerons de père en fils depuis 1620, la famille Humbrecht propose aujourd’hui des vins figurant parmi les plus intéressants d’Alsace. De grands vins de terroir, biodynamiques, qui se révèlent exceptionnels après une bonne garde. Redécouvrez cette signature incontournable à travers une interview du maître des lieux, Olivier Humbrecht. Également en fin d’article, la liste des vins en vente sur votre site favori.

Si la famille Humbrecht travaille la vigne depuis des siècles, le domaine Zind-Humbrecht en tant que tel fut créé en 1959 par la fusion des exploitations des familles Humbrecht, viticulteurs à Gueberschwihr et Zind, viticulteurs à Wintzenheim, à l’occasion du mariage de Léonard Humbrecht avec Geneviève Zind. Olivier et Margaret Humbrecht ont succédé à Léonard et Geneviève Humbrecht et codirigent le domaine depuis le début des années 2000 (ils y travaillaient déjà, depuis 1989). Notons au passage qu’Olivier Humbrecht fût le premier français Master of Wine… on lui tire notre chapeau !

Partant d’une superficie de moins de cinq hectares au début des années 1960, le domaine Zind-Humbrecht en compte quarante depuis le milieu des années 1990, comprenant quelques très belles parcelles situées sur des grands crus. Depuis 1992, les caves et bâtiments d’exploitation du domaine sont situés Route de Colmar à Turckheim, au cœur du vignoble du Herrenweg. La densité de plantation est assez élevée, comprise entre 6 000 et 10 000 pieds/ha. Plus les sols sont pauvres et plus ils augmentent la densité.

Dans les vignes, le domaine ne lésine pas sur la main d’œuvre nécessaire à la bonne tenue du vignoble : une personne gère en effet environ deux hectares (ce qui fait 22 salariés) et est secondée par des saisonniers. Il faut dire que le domaine est en biodynamie (certification bio en 1998 puis en biodynamie depuis 2002). « Nous pratiquons une biodynamie de précision, c’est-à-dire que nous ne sommes pas non-interventionnistes comme nous pouvons l’être en cave. Au contraire, nous suivons la vigne de très près. », explique Olivier Humbrecht. Les sols sont travaillés de différentes manières selon les besoins et les possibilités : le treuil est utilisé sur environ cinq hectares, pour les coteaux les plus raides ; le cheval pour une douzaine d’hectares (Hengst et Brand) ; le reste est travaillé à l’aide d’un petit tracteur léger. Il faut dire que le domaine dispose d’une grande diversité de terroirs qui rend nécessaire une grande adaptation. La vigne n’est presque plus jamais rognée (sauf lors des années très pluvieuses, pour les vins de cépage) mais enroulée. Dans l’ensemble, le travail est classique et minutieux, les rangs sont enherbés. A côté des produits naturels, le cuivre et le soufre sont utilisés avec des doses très raisonnables. « Nous avons la chance, en Alsace, de bénéficier d’un climat sec en période de mildiou, ce qui nous permet de recourir à de faibles doses de cuivre et de soufre. Nous stimulons la résistance aux maladies à l’aide de préparations, de plantes, de tisanes, d’huiles essentielles et de décoctions. La lutte contre le mildiou passe aussi par la fertilité de la vigne qui est limitée. » complète-t-il.

Domaine-Zind-Humbrecht-Vignes

Au chai, le travail est relativement simple et peu interventionniste. Les vinifications se font en vendanges entières (depuis 1986) et le passage aux différentes étapes se fait par gravité. Le pressurage est très long et lent, tandis que le débourbage est court. Aucune opération de pigeage ou de remontage n’est effectuée et aucun intrant n’est utilisé durant les vinifications, mis à part un peu de soufre (un peu sur les vendanges, un peu en fin de fermentation et, si nécessaire, à la mise). Le moût est ensuite transféré dans les foudres et les vins fermentent très lentement ; l’élevage se fait sur lies. Les vins sont mis en bouteille 18 mois après les vendanges et après une légère filtration.

Domaine-Zind-Humbrecht-Cave

La nécessaire adaptation au dérèglement climatique

« Notre gros défi aujourd’hui est de s’adapter au climat qui change en permanence, à la fois sur l’année et sur le long terme. Avec les vendanges qui se font plus précocement, il faut arriver à ce que la vigne soit plus efficace pour atteindre tout de même la bonne maturité physiologique, en un temps moindre. La production de sucre est liée à la chaleur, la lumière et l’eau. Cette sucrosité n’est pas difficile à obtenir, en revanche le manque de maturité physiologique, lui, est à craindre du fait d’un laps de temps trop court entre la floraison et la récolte, entrainant un manque d’arômes et des tanins verts… La biodynamie justement aide à raccourcir certains passages physiologiques importants comme la véraison par exemple, ce qui permet de gagner du temps pour atteindre une maturité optimale des raisins. Il faut par exemple utiliser les produits de traitement les moins stressants possible ainsi que des produits de contact qui ne pénètrent pas la plante, pour ne pas la perturber. Si les tisanes permettent de renforcer la plante, elles aident également à mûrir les tanins et l’acidité. Autre exemple, la taille en vert exerce beaucoup de stress sur les plantes car cela la maintient dans un mode de croissance. Pour stimuler la floraison de la plante, nous utilisons aussi des plantes elles-mêmes réputées pour leur floraison, en espérant que ces dernières transmettent un message à la vigne. « . Olivier Humbrecht ajoute qu’en Alsace, le décalage est compris entre 18 jours et un mois et que les extrêmes climatiques notamment concernant la pluviométrie, s’accélèrent, avec par exemple des sécheresses qui peuvent durer plusieurs mois d’affilés. « Le côté continental du climat alsacien est en train de se renforcer. Colmar est aujourd’hui la ville la plus sèche de France« , conclue-t-il.

En décembre 2020, notre équipe iDealwine avait organisé une e-masterclass avec Olivier Humbrecht, retrouvez donc nos échanges passionnants au sein de cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=f7RANAPZ8uw&t=172s

Le domaine Zind-Humbrecht, ce qu’en disent les guides

La Revue du vin de France (***)

Infatigable ambassadeur de ses vins et de la région, Olivier Humbrecht, premier Français titulaire du Master of Wine, a compris depuis longtemps l’importance du travail à la vigne. Il a converti le domaine à la biodynamie en 1999, et il est par ailleurs président du label Biodyvin. Ce type de culture lui a permis de s’affranchir du botrytis et de réduire les degrés d’alcool. Les vins sont de style sec, et les grands foudres les patinent à plusieurs mètres sous terre. Comme tous les grands vins d’Alsace, ils prennent leur dimension après quelques années ou décennies de garde. Le Clos Windsbuhl est un incontournable et le Rangen de Thann s’impose avec le temps.

Les vins : la gamme présentée est exceptionnelle, à commencer par les rieslings. Salin et pur, le Clos Haüserer est tout en vitalité. Ferme, lancinant et subtil, le Clos Windsbuhl est magistral, tout comme le Brand, encore austère mais serein, qui creuse un sillon minéral pour juguler par de nobles amers sa puissance solaire. Nouveauté cette année, le Sommerberg, ample et mûr, dont la finale se mâche et offre l’éclat du granite. Les gewurztraminers du Hengst et du Clos Windsbuhl s’affranchissent avec brio du profil variétal en de somptueuses expressions. Enfin, le terroir volcanique du Rangen marque les trois vins de sa vigoureuse empreinte, livrant une puissance tellurique dans le riesling, une énergie fougueuse dans le gewurztraminer et culmine dans le pinot gris : l’intensité de saveurs, la précision et l’étoffe vertigineusement profonde de ce vin salin et lumineux rallieront tous les suffrages.

Bettane+desseauve (*****)

Ce domaine incarne depuis plusieurs décennies une idée de l’absolu en matière de grand vin de terroir. Léonard Humbrecht avait eu l’esprit visionnaire en acquérant des parcelles superbement situées, sur le Rangen, le clos Windsbuhl, le clos Jesbal, le Brand ou le Hengst, son fils Olivier en magnifie l’expression du sous-sol avec une intensité et une puissance incroyable. Le style du domaine a connu une inflexion avec le passage à la biodynamie, à la fin des années 1990, les vins étant aujourd’hui plus tendu et plus droits encore que par le passé, même s’ils ont conservé leur richesse et leur densité. Des entrées de gamme jusqu’aux cuvées de herrenweg, les vins s’expriment assez rapidement. En revanche, dès que l’on pénètre dans le cercle des grands terroirs, une garde en bouteille s’impose généralement, le temps que les vins expriment au mieux leur équilibre haut entre minéralité et concentration.

Les vins du domaine Zind-Humbrecht actuellement en vente

Riesling Roche Calcaire

Riesling Roche Granitique

Pinot Gris Roche Calcaire

Riesling Roche roulée

Pinot Gris Clos Jebsal

Gewurztraminer Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain

Pinot Gris Clos Jebsal Vendanges Tardives

Pinot Gris Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint-Urbain

Gewurztraminer Clos Windsbuhl

Pinot Gris Clos Windsbuhl

Pinot Gris Rotenberg

Riesling Clos Hauserer

Riesling Grand Cru Rangen de Thann – Clos Saint Urbain

Riesling Clos Windsbuhl

Riesling Grand Cru Brand

Voir tous les vins du domaine Zind-Humbrecht

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Œnotourisme : la Winery d’Arsac va changer de main

La Winery, le centre touristique fondé par Philippe Raoux, le propriétaire du Château d’Arsac, va être prochainement vendu à La Passion des Terroirs, une entreprise de négoce possédée par la ...

Recette de la semaine – Irish stew

Le week-end pascal est tout proche et qui dit Pâques en cuisine dit agneau. Notre agneau nous sommes allés le chercher cette année en Irlande avec cette recette d’Irish stew ...

clos vougeot

Vers une pénurie des vins de Bourgogne?

Qu’on se le dise : le vin de Bourgogne est un produit rare! S’il fait beaucoup parler de lui, il ne représente pourtant qu’une infime production. Or, les vins de ...