Clos du Moulin aux Moines : monopoles en Bourgogne

Le Clos du Moulin aux Moines, est l’un de ces domaines magiques en Bourgogne, ceinturé de vignes et plein d’Histoire. Repris en 2008, ce domaine ne cesse de gagner en précision millésime après millésime. Sa particularité : trois monopoles répartis en AOC Bourgogne, Auxey-Duresses et Pommard. Partez à la découverte de cette propriété fraîchement chinée par iDealwine.

Situé au sud-ouest de Beaune, à Auxey-Duresses, le clos du moulin aux moines fut fondé en 962 par des moines de la puissante abbaye de Cluny. Dépendance de l’abbaye, elle partage initialement son activité entre moulin à grains et pressoir à raisins. Durant des siècles, le domaine est la propriété successive des familles locales. Au fil du temps, le lieu a perdu de son pouvoir, et est tombé en désuétude jusqu’à la reprise du domaine en 2008. A l’époque, le domaine s’étend sur huit hectares (contre 15,5 aujourd’hui). Willy Roulendes rejoint l’exploitation après avoir fait ses classes au domaine De Montille. Il repart de zéro (aucun stock, ni matériels restants du domaine précédent). Seul quelques cuves bétons ont subsisté. Il peut ainsi apporter sa patte dès le début. Willy entame la conversion en agriculture biologique avec un premier millésime certifié en 2011. 10 ans après, le millésime 2021 est certifié en biodynamie.

Trois monopoles : Clos du Moulin aux Moines, Clos de la Perrière et Clos Orgelot

Parcelle historique, Le Clos du Moulin aux Moines qui a donné son nom au domaine, est un monopole de trois hectares planté en chardonnay et pinot noir. Dans un écrin de verdure, ce clos, protégé d’un mur de pierres, est longé par le ruisseau des Cloux en contrebas (qui alimentait le moulin autrefois). Cœur battant du domaine, le lieu est un refuge de biodiversité – « on s’y sent bien » nous dit Willy Roulendes. « Il y a assez d’espace pour planter un arbre, avoir des rangs enherbés … ». Le sol y est labouré au cheval. Aucun intrant chimique n’est utilisé afin de favoriser l’activité microbiologique. Ici le terroir est composé d’argile rouge et de calcaire. Les vignes de pinot ont été plantées en 1952 et 1954, tandis que les chardonnays datent de 2003. La parcelle, en coteau, est exposée nord/nord-est et culmine entre 250 et 298 mètres d’altitude. Les rendements sont maitrisés à hauteur de 25 à 30 hectolitres par hectare.

Au sud de Puligny-Montrachet, dans la commune de Corpeau, le Clos de la Perrière est le second monopole du domaine. Situé au cœur du village, il est ceinturé par un mur de vieilles pierres. Son microclimat lui permet des maturités précoces. Les sols sont sablo-limoneux-calcaires et la parcelle est orientée sud. Trois cépages y sont plantés : l’aligoté, le chardonnay et le pinot noir. Le bourgogne blanc est issu de vignes plantées en 1972 et 1979.

Enfin, le domaine est propriétaire d’un troisième monopole, cette fois ci en premier cru à Pommard, fief des grands pinots noirs de la Côte de Beaune. Situé au sud de Beaune, le Clos Orgelot s’étend sur 1,08 hectare. Il tire son nom d’un ancien propriétaire de cette parcelle. On y trouve une belle diversité de sols d’argiles rouges et d’argiles calcaires. Un tiers de la parcelle fût planté entre 1917 et 1920. De beaux pieds centenaires côtoient ainsi les deux autres tiers de la parcelle, plantés en 1990.

Le reste des cuvées sont réparties sur les communes de Monthelie, Pernand-Vergelesses et Saint-Romain.

Des vinifications peu interventionnistes

Au domaine, pas moins de huit personnes travaillent au quotidien. Ici, en cave, l’idée est « d’arriver sans intervenir et sans artifices, à travailler plus précisément » comme le dit Willy. « On laisse faire, on intervient seulement si besoin ». Les vinifications sont parcellaires, pour arriver à retranscrire le plus précisément le terroir et le millésime. L’utilisation de fût de chêne de plusieurs vins vient compléter cette volonté de ne pas « marquer » le vin. Le travail est sans intrant, avec des fermentations alcooliques déclenchées par les levures indigènes.

Pour les rouges, on compte une certaine proportion de vendange entière, en fonction des cuvées et des millésimes. Les blancs sont fermentés en cuves bois et il n’y a pas de bâtonnage, ni soutirage. Enfin, le vin n’est ni collé ni filtré. Globalement, les doses de soufre sont limitées, afin de « protéger le vin, sans trop l’inhiber ». L’élevage en fût de chêne dure minimum 10 mois et peut aller jusqu’à 16 mois environ, selon les cuvées et les millésimes. Les vins sont d’ailleurs stockés dans des caves datant du XIème et XVème siècle, témoignant de la présence des moines.

Les vins du Clos du Moulin aux Moines

Le pinot noir, cépage fin et délicat appelle des plats en équilibre. Parmi les nombreux accords mets et vins possibles, en voici quelques-uns qui pourraient vous inspirer : un canard avec réduction de jus de morille et le pommard premier cru Clos Orgelot, le saint-romain blanc avec un turbot et sa sauce au beurre blanc, ou bien le bourgogne blanc Clos de la Perrière avec un brillat-savarin.

Bourgogne, Aux Seurrets 2020 (rouge) : Un délicieux bourgogne, issu d’une petite parcelle – Aux Serrets – située au bas du village de Pommard.

Bourgogne, Clos de la Perrière 2020 (blanc) : Cette petite parcelle ceinte d’un mur de pierre offre une cuvée ample et généreuse, au nez de fleurs blanches, de pêche et d’amande fraîche.

Monthélie, Sous le Cellier 2018 (blanc) : Un monthélie blanc, issu d’une petite parcelle de 0.69 hectare, fermenté et élevé en fût de chêne de 350 litres.

Saint-Romain 2018 (blanc) : Une cuvée fraîche, où l’on retrouve la minéralité propre aux vins de Saint-Romain.

Pommard 2018 (rouge) : Un délicieux pommard village, reflet de son terroir argilo-calcaire, élevé 15 mois en fûts de plusieurs vins. 

Pommard, premier cru monopole Clos Orgelot 2017 (rouge) : Monopole du Clos du Moulin aux Moines, ce pommard premier cru est issu d’un terroir argileux, composé de fragments rocheux.

Auxey-Duresses, vieilles vignes monopole Clos du Moulin aux Moines 2018 (rouge) : Cet auxey-duresses Clos du Moulin aux Moines est le monopole emblématique du domaine, lui ayant même donné son nom.

Auxey-Duresses, monopole Clos du Moulin aux Moines 2018, 2020 (blanc) : Cet auxey-duresses Clos du Moulin aux Moines est le monopole emblématique du domaine, décliné ici en chardonnay.

Voir les vins du domaine

Tous les vins de Bourgogne en vente

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

champagne

Champagne : volumes de vente en baisse en 2013

Pour la deuxième année consécutive, le volume de ventes de champagne devrait diminuer en 2013. Après un recul de 4.4% l’an dernier, les ventes devraient baisser d’environ 3% cette année, ...

Lafite Rothschild made in China

Les domaines Barons de Rothschild (DBR), propriétaires – entre autres – du Château Lafite à Pauillac, s’implantent en Chine, dans ...

Robert Parker : dix ans après, ses prédictions pour 2015 avaient-elles du nez ?

En 2005, le célèbre critique américain s’était laissé aller à quelques « pronostics » sur ce que serait le monde du vin en 2015, avait-il vu juste ?