Château Belle-Vue : un très grand cru bourgeois !

11_srcset-large

Avec ses vignes cultivées avec un soin maniaque, ses vinifications au cordeau et son élevage luxueux, Château Belle-Vue joue clairement un cran au-dessus de son classement de cru bourgeois du Haut-Médoc.

Bordeaux ne se limite pas à quelques grands crus mondialement célèbres et hors de prix. C’est même avant tout une région qui propose un nombre incroyable de très bons vins à des tarifs bien souvent inférieurs, par exemple, à la plupart des bourgognes village. Parmi eux, Château Belle-Vue, un Haut-Médoc qui joue dans la cour des grands.

Depuis qu’il a été racheté par la famille Mulliez en 2004, Château Belle-Vue est sur la voie de l’excellence par un travail sans concession pour améliorer la qualité de la production du domaine. Un vin devenu au fil des ans la référence absolue de tous les amateurs avertis et exigeants qui savent bien que cette bouteille offre les qualités d’un cru classé pour un prix plus que raisonnable.

Un très bel ensemble de près de 12 ha de vignes de plus de 30 ans de moyenne (certaines ont été plantées en 1907 !) cultivé avec un soin extrême (travail des sols et enherbement, ébourgeonnage, suivi des maturités par dégustation des baies).

L’encépagement original est constitué de cabernet-sauvignon (53%), merlot (27%) et petit verdot (20%), ce dernier cépage au caractère tardif s’exprimant particulièrement bien dans le sud du Médoc.

Fruit des efforts poursuivis de la vigne au chai, le vin associe élégance et puissance tout en offrant une large et complexe palette aromatique. Il peut se boire jeune tout en offrant une possibilité de garde d’une bonne dizaine d’années. Alliant finesse et puissance, le Château Belle-Vue est souvent qualifié de vin « hédoniste » par les amateurs.

Ce qu’en disent les guides

Guide RVF des meilleurs vins de France 2015 1*/3

Le château Belle-Vue – en deux mots, contrairement à son homologue de Saint-Émilion – jouxte les parcelles de Cantemerle, le terroir alternant argiles et graves, avec un encépagement fortement marqué par le petit verdot. Vinifiés et élevés avec talent par Vincent Bache-Gabrielsen, les derniers millésimes confirment la pleine forme de ce cru bourgeois, longtemps considéré comme une valeur montante et désormais à l’égal de crus classés.

Les vins : fin et issu d’une extraction modérée, le 2013 est un vin de plaisir et de fruit. Le 2012 est réussi, profond et raffiné, avec une jolie trame tannique. Le 2011 demeure, lui aussi, fortement recommandable, révélant une proportion importante de petit verdot dans l’assemblage, qui confère au vin beaucoup de droiture. Le 2010 commence à se révéler, avec un charme irrésistible et une texture fondue.

Haut-Médoc 2011 : 16/20

 

Guide Bettane & Desseauve des vins de France 2015 2*/5

Cette belle chartreuse de Macau, mitoyenne du terroir margalais, a la particularité de cultiver le petit verdot plus qu’ailleurs (environ 20%). Dirigée par Isabelle Mulliez, dont la famille possède également les châteaux de Gironville et Bolaire, tous deux situés sur ces terroirs de fines graves.

Les vins : Toutes les attentions sont apportées pour que les vins, toujours denses, conservent finesse et suavité.

Haut-Médoc 2011 : 15,5/20

 

Jean-Marc Quarin, Guide Quarin des vins de Bordeaux

Le Château Belle-Vue est le cru qui a le plus progressé dans le Haut-Médoc ces dernières années. Ordinaire avant 2002, il a atteint en 2010 son plus haut niveau. Entre temps il a gagné de la précision dans le fruit, dans la texture et dans la densité. En changeant de tonnelier en 2007, les vinificateurs ont amélioré le grain de son tannin parfois durci par un boisé trop rude dans les millésimes précédents. Depuis 2008, la part de cabernet-sauvignon progresse dans ce vin. Château Belle-Vue est un outsider, un vin qui offre un goût supérieur à ce que son étiquette laisse paraître. Très recommandé.

Accédez aux vins du Château Belle-Vue actuellement en vente.

 Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

OIV-Bilan-economique-2017

Bilan économique de l’OIV sur l’année 2017

Le 24 avril dernier, l’OIV a publié un communiqué de presse relatant de l’état du marché mondial du vin. Quelques chiffres à retenir.

Adieu l’Ami Thierry, propriétaire de l’Ami Louis

Le monde du vin et de la gastronomie perd un ami. Thierry de La Brosse, propriétaire du restaurant L’Ami Louis, homme aux mille vies et aux « mille meilleurs amis ...

BRÈVES DE COMPTOIR avec Charles-Antoine Genuyt

La valeur n'attendant pas le nombre des années, Charles-Antoine Genuyt figure parmi les membres les plus jeunes du Club iDéal.