Petit verdot, roi du château Belle-Vue

11_srcset-large

Avec ses vignes cultivées avec un soin maniaque, ses vinifications au cordeau et son élevage minutieux, Château Belle-Vue est une petite propriété familiale qui, loin de la course aux rendements, joue clairement un cran au-dessus de son classement de Cru Bourgeois Exceptionnel du Haut-Médoc. La clé d’un tel succès ? Le soin accordé au petit verdot octogénaire issu de sélection massale.

Bordeaux ne se limite pas à quelques grands crus mondialement célèbres. Bordeaux est avant tout une région qui propose un nombre incroyable de très bons vins accessibles. Parmi eux, Château Belle-Vue, un haut-médoc qui joue dans la cour des grands. Depuis qu’il a été racheté par la famille Mulliez en 2004, Château Belle-Vue est sur la voie de l’excellence grâce à son travail sans concession pour améliorer la qualité de la production du domaine. En témoigne d’ailleurs son classement de Cru Bourgeois Exceptionnel en 2020.

Qu’on se le dise, Château Belle-Vue est un très bel ensemble d’une quinzaine d’hectares de vignes de plus de 30 ans de moyenne, voire pour certaines plantées en 1907, cultivées avec un soin extrême qui se caractérise par un travail des sols et un enherbement, un ébourgeonnage ainsi qu’un suivi des maturités par dégustation des baies. Un travail mené par une équipe permanente de six salariés secondés d’une dizaine de saisonniers effectuant les travaux en vert et d’une trentaine de vendangeurs.

Le petit verdot, la signature de Château Belle-Vue

L’encépagement original est constitué de cabernet-sauvignon, de merlot et de petit verdot (30%). Ce dernier cépage au caractère tardif s’exprimant particulièrement bien dans le sud du Médoc puise ici ses lettres de noblesse. Jugé contraignant à cultiver, de nombreuses propriétés régionales l’ont éradiqué de leur exploitation. Ses rameaux et sa surface foliaire importants réclament en effet des opérations en vert tout au long de l’année ainsi qu’un palissage élevé. Parallèlement à cela, ses rendements abondants ne favorisent pas toujours la qualité. Pourtant, une fois dompté, le petit verdot offre une complexité unique qui se traduit par un aspect épicé, un fruit frais et très pur. La famille Mulliez qui en a hérité a donc pris le temps de le comprendre, de l’apprivoiser et de le soigner selon les contraintes que les ceps octogénaires méritent. Aujourd’hui, l’exploitation a fait de cette variété, issue d’une sélection massale, sa signature.

Comprendre, apprivoiser et soigner ses vignes grâce à une culture raisonnée certifiée HVE 3

Amadouer ses vignes et les bichonner, c’est aussi travailler selon des principes raisonnés au Château Belle-Vue. Des principes certifiés HVE 3 (niveau le plus élevé de la certification Haute Valeur Environnementale) qui réclament des choix réfléchis intégrant à la fois la météo et l’environnement. Concrètement, la biodiversité locale est notamment encouragée grâce à des couverts végétaux adaptés en fonction des parcelles et des cépages.

Quand la dégustation guide le travail en cave

Le travail en cave suit la même minutie que celui effectué dans les vignes. Après une récolte mécanique des jeunes vignes et manuelle des vieilles vignes et du petit verdot, les baies sont sévèrement triées sur table. La vinification se fait en cuve inox thermorégulée et la macération préfermentaire, à basse température (entre 4 et 6 degrés) pendant une bonne semaine, assure une extraction aromatique. S’ensuit la fermentation alcoolique enclenchée par les levures indigènes. Bien sûr, la sensibilité de l’homme entre en jeux à cette étape car, si besoin, des levures exogènes sont ajoutées. Après une autre extraction de 10 à 12 jours, les opérations qui suivent sont affinées en fonction de la dégustation qui tend à signer un vin subtil et équilibré, « facile à boire », plaisant dès aujourd’hui et sans dureté. Une macération post-fermentaire qui extrait du gras et laisse les tanins s’enrober. Après un écoulage qui sépare le liquide du solide, le vin effectue une fermentation malolactique en cuve inox et est mis en barrique de chêne français de 225 litres (20% de bois neuf) pour l’élevage. Ces contenants sont choisis pour leur chauffe moyenne, non pourvoyeurs d’arômes empyreumatiques. L’élevage de 12 à 14 mois est savamment contrôlé et le vin est remis en cuve où il est collé au blanc d’œuf afin de le peaufiner et de retirer toutes ses impuretés.

Fruit de ces efforts poursuivis de la vigne au chai, le vin associe élégance et puissance tout en offrant une large et complexe palette aromatique. Il peut se boire jeune tout en offrant une possibilité de garde d’une dizaine d’années. Entre trois en cinq ans, il dévoile des arômes frais et des tanins suaves. Alliant finesse et puissance, le Château Belle-Vue est souvent qualifié de vin « hédoniste » par les amateurs.

Les vins de Château Belle-Vue en vente sur iDealwine

Les 15 hectares du domaine s’étendent sur un remarquable terroir qui, situé entre l’estuaire de la Gironde et l’Océan Atlantique, bénéficie d’un micro-climat agissant comme un régulateur de températures. Quant à l’encépagement, pour le moins original, outre le cabernet-sauvignon et le merlot, il compte 30% de petit verdot, une proportion particulièrement importante pour ce cépage souvent minoritaire, mais qui confère au vin une élégante acidité. Sans oublier une touche de carménère, un antique cépage bordelais qui enrichit subtilement la palette aromatique d’un doux arôme épicé. Cultivés selon des principes raisonnés certifié Haute Valeur Environnementale niveau 3, les raisins sont vinifiés avec soin et la dégustation permet de juger et d’adapter chacune de ses étapes. Le vin est enfin élevé entre 12 et 14 mois en barriques de chêne français de 225 litre dont la chauffe moyenne permet d’éviter des notes trop toastées. C’est aujourd’hui l’un des meilleurs rapports prix/ plaisir du Médoc. Les amateurs l’apprécieront volontiers dans sa prime jeunesse, entre trois et cinq ans. Il dévoile alors des notes subtiles de fruits frais et une belle suavité. Passés les 10 ans d’âge, sa structure pourrait malheureusement s’affaisser quelque peu et ses arômes s’atténuer. Nous vous recommandons de le savourer avec des mets savoureux comme un filet de bœuf truffé ou un canard à l’orange.

Château Belle-Vue, ce qu’en disent les guides

La Revue du vin de France – 1* sur 3

Depuis quelques années, ce petit cru du sud du Médoc s’impose comme une valeur sûre. Les vins sont ici d’une régularité sans faille depuis déjà quelques millésimes. Particularité, l’encépagement est fortement marqué par le petit verdot, cépage qui donne d’ailleurs naissance à une cuvée originale. D’un rapport qualité-prix très intéressant, les vins produits ici ont toute leur place dans la cave des amateurs.

Les vins : nous avons un petit faible pour la cuvée de petit verdot, issue d’une vigne de 1936. Le vin est d’une admirable gourmandise, marqué par une finale saline. 2017 croque sous la dent, tandis que 2018 ajoute du volume et du charnu. Le haut-médoc 2018 jouit d’une très belle harmonie, avec du gras, du volume, mais aussi beaucoup de définition et de saveurs en finale.

Guide Bettane + Desseauve 2020 – 2* sur 5

Cette belle chartreuse de Macau, ancienne propriété du maire de Bordeaux au XIXè siècle, est mitoyenne du terroir margalais et offre la particularité de cultiver le petit verdot plus qu’ailleurs (environ 20%). Elle est dirigée par Isabelle Mulliez, dont la famille possède également les châteaux de Gironville et Bolaire, tous deux situés sur ces terroirs de fines graves. Toutes les attentions sont apportées pour que les vins, très aromatiques et toujours denses, conservent finesse et suavité. La gamme est réellement harmonieuse et il faut souligner sa régularité de millésime en millésime.

Jean-Marc Quarin, Guide Quarin des vins de Bordeaux

Le Château Belle-Vue est le cru qui a le plus progressé dans le Haut-Médoc ces dernières années. Ordinaire avant 2002, il a atteint en 2010 son plus haut niveau. Entre temps il a gagné de la précision dans le fruit, dans la texture et dans la densité. En changeant de tonnelier en 2007, les vinificateurs ont amélioré le grain de son tannin parfois durci par un boisé trop rude dans les millésimes précédents. Depuis 2008, la part de cabernet-sauvignon progresse dans ce vin. Château Belle-Vue est un outsider, un vin qui offre un goût supérieur à ce que son étiquette laisse paraître. Très recommandé.

Accédez aux vins du Château Belle-Vue actuellement en vente.

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

idealwine couronne club

Astuce iDealwine | Devenez le roi des enchères

Depuis quelques mois, de petites couronnes fleurissent sur le site à côté de vos pseudos d’enchérisseur. Découvrez comment en arborer une, vous aussi ;).

mâcon saint-véran pouilly-fuissé

Le domaine Frantz Chagnoleau : deux amoureux du Mâconnais

Frantz Chagnoleau et sa compagne Caroline Gon incarnent ce qui nous aimons dans le Mâconnais : des jeunes vignerons charmants, pour des vins au rapport qualité/prix imbattable.

Faiveley - Dupont Tisserandot 2

Les domaines Faiveley et Dupont-Tisserandot se rapprochent

C’est un investissement qui fait la une en Bourgogne. Le domaine Faiveley gagne 20 hectares en côte de Nuits en s’associant à un autre nom reconnu, le domaine Dupont-Tisserandot, après ...