Château Beauséjour, cru classé B de St Emilion, repris par une des héritières

Chateau Beausejour vin iDealwine grand cu classe B Saint Emilion

Dix mois après l’annonce de sa mise en vente, le château Beauséjour héritiers Duffau-Lagarosse, 1er Grand Cru Classé B de Saint-Emilion, annonce enfin sa reprise par l’une de ses héritières, Joséphine Duffau-Lagarosse, appuyée par le groupe de cosmétique Clarins. Une reprise qui ne se sera pas faite sans difficulté. On fait le point.

Acheter du vin sur iDealwine

Mercredi 7 avril 2021, soit près de 10 mois après sa mise en vente, le château Beauséjour héritiers Duffau-Lagarosse, 1er Grand Cru Classé B de Saint-Emilion, annonçait la reprise de ses 6,24 hectares par Joséphine Duffau-Lagarosse, une des héritières. Appuyée par le groupe de cosmétique Clarins que la famille détient, celle-ci a fait une offre de quelques 75 millions d’euros qui permet à ce dernier de mettre un premier pied dans le vignoble.

Vous avez peut-être suivi cette affaire de près ou de loin et n’êtes pas sans savoir que cette transaction s’est ponctuée de quelques rebondissements. Appartenant à la famille Duffau-Lagarosse depuis 1847, cette prestigieuse exploitation a été mise en vente le 21 juin 2020. En novembre 2020, 90% des associés propriétaires, soit 32 héritiers, ont annoncé vouloir céder la propriété aux Cluvelier qui possède aussi le Clos Fourtet depuis une vingtaine d’années. Et ce, avant que le dossier ne soit confié à la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), une société à but non lucratif placée sous la tutelle de l’état et dont les missions sont considérées d’intérêt général.

La Safer imposant un nouvel appel d’offre, deux nouvelles figurent se sont positionnées : Stéphanie de Boüard-Rivoal, Présidente Directrice Générale du 1er Grand Cru Classé A Château Angélus, ainsi que Joséphine Duffau-Lagarosse, une des héritières de la propriété alors en vente, financée par les Courtin-Clarins. Si, mi-mars le comité technique de la Safer avait finalement donné son aval à Stéphanie de Boüard-Rioval, le conseil d’administration régional de la Safer a finalement souhaité « maintenir la propriété (…) dans son intégralité en ne divisant pas le parcellaire, afin de ne pas faire obstacle au maintien du classement » de Beauséjour et de « maintenir le lien historique entre cette exploitation et l’un des membres de la famille Duffau-Lagarrosse » ».

Voilà pourquoi, aujourd’hui, la société Beauséjour-Courtin a donc été élue, garantissant, à travers le visage de Joséphine Duffau-Lagarosse, le maintien de la famille à la tête de la propriété.

Un mot sur les vins du château Duffau-Lagarosse

Déployant de magnifiques arômes de fruits noirs et de truffes, les vins de Beauséjour (Classé B depuis 2012) représentent une des meilleurs productions de Saint-Emilion. Certains millésimes exceptionnels, comme le 1990, ont permis de produire des vins de légende rivalisant avec les plus grands crus au niveau mondial.

Château Beauséjour Héritiers Duffau-Lagarosse, ce qu’en disent les guides

La Revue du vin de France 2021 – 2* sur 3

Beauséjour (HDL pour les initiés) appartient à la même famille depuis 1847. Les propriétaires, Vincent Duffau-Lagarrosse et Christophe Redaud, ont confié depuis le millésime 2009 sa gestion à Nicolas Thienpont et Stéphane Derenoncourt. Il ressort de la nouvelle gestion de ce grand terroir de côte un vin au profil plus ample et généreux, mais toujours très lié à l’expression terrienne du lieu. Considéré (à tort ?) comme étant à la traîne des premiers crus classés de Saint-Émilion, malgré des réussites éclatantes (tel le désormais légendaire 1990), le cru se remet donc en selle et signe depuis 2009 des millésimes non seulement d’une probante régularité mais aussi d’une indéniable brillance.

Les vins : amplitude d’un fruit très mûr et finale qui s’allonge pour le 2015. Le millésime 2016 semblait à l’évidence destiné au cru. Doté des mensurations idéales, précis et concentré, profond et dense, valeureux dans son tanin saillant et possédant la savoureuse tension des argiles exposées au sud, il coche toute les cases. 2019 apparaît plus sage et sérieux, dans un registre classique.

Guide Bettane + Desseauve 2020 – 4* sur 5

Avec ses 6,5 hectares d’un seul tenant, idéalement situés sur le flanc ouest de la côte de Saint-Emilion, ce Beauséjour est le plus petit en superficie des premiers crus classés B de Saint-Emilion. Depuis 2009, il est suivi par le trio Thienpont-Derenoncourt-David Suire (consultants majeurs de la rive droite), le niveau de la viticulture y est désormais minutieux, l’excellence de la vinification hors de doute. On a abandonné pour le grand vin le cabernet-sauvignon, et le cabernet-franc a été replanté sur la dalle calcaire ; l’élevage s’opère dans les galeries souterraines crayeuses du château. […] La concentration est l’une des plus subtiles du secteur, et le grand style où s’affirme la truffe noire est l’un des plus délicats de la rive droite. Le 2014 coté autour de 80€ doit constituer l’une des priorités pour l’amateur. Les 2011 et 2013 sont parfaits pour la table, les 2015, 2016, 2018, exceptionnels doivent attendre dix ans en cave.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Aberic Bichot

Le domaine du Clos Frantin, une pépite de la maison Albert Bichot

Le domaine du Clos Frantin, à Nuits-Saint-Georges possède des vignes dans toutes les grandes appellations de la Côte de Nuits dont le célèbre Vosne-Romanée 1er cru Les Malconsorts. Un domaine ...

Louis-Benjamin Dagueneau sort de l’AOC Pouilly-Fumé

Louis-Benjamin Dagueneau, se retire de l’AOC et commercialise son millésime 2017 en « Vin de France ». Retour sur ce rebondissement révélé par La Revue du vin de France.

Vieux millésimes en Achat Direct | Antiques trésors de notre beau pays

Une sélection de vieux millésimes faite sur mesure à partir des trésors de notre beau pays : Bordeaux, Bourgogne, vallée du Rhône…