Bûche de Noël : quels accords mets et vins ?

Accords mets vins bûche NoëlLe vin du dessert est probablement le plus difficile à choisir. Et pour Noël, comme chacun sait il vaut mieux éviter les impairs ! Heureusement, iDealwine veille ! Voici un petit topo sur les accords mets et vins que nous vous recommandons pour les différents types de bûche de Noël. Quelques grands classiques bien confortables, mais aussi des pistes plus disruptives : à vos risques et périls…

Avouons-le : c’est un plaisir que de choisir amoureusement, un à un, les vins qui accompagneront chaque étape du grand repas de Noël. Une sorte de quête du Graal… Dans ce cas, pas question d’oublier le vin pour accompagner le dessert, même si l’exercice est complexe… En ce qui concerne la bûche, plusieurs possibilités s’offrent à vous selon la composition de la pâtisserie. Nous avons décidé de bouder expressément les bûches « à l’ancienne » et la lourdeur de leurs génoise et crème au beurre, pour nous concentrer sur les créations plus modernes et raffinées, qu’il est au passage plus aisé d’accorder avec des vins (sucrés).

  • Les accords mets et vins avec une bûche au chocolat noir

L’accord avec le chocolat noir demeure complexe tant cet ingrédient s’avère puissant en goût et intense. Son amertume, souvent élevée et son onctuosité rajoutent encore de la difficulté. Notre recommandation première est d’oublier le champagne, accord parfois proposé par erreur en fin de repas. L’acidité du champagneproduit en bouche un contraste désagréable avec la texture crémeuse du chocolat, à éviter généralement.

En revanche, et nous ne le répèterons jamais assez chez iDealwine : le grand classique des accords avec le chocolat noir reste bien sûr celui des vins doux naturels (rivesaltes, banuyls, maury, porto…) : vins oxydatifs et liquoreux. L’accord est particulièrement magique avec le chocolat, surtout lorsqu’il est peu sucré, fort en cacao (à partir de 80%) et légèrement amer et tannique. En effet, le chocolat est un mets d’une grande intensité aromatique, ce qui correspond également aux VDN et qui permet ainsi d’éviter que l’un ne domine l’autre. Les saveurs de cacao, de café et de torréfaction, présentes à la fois dans le chocolat et le rivesaltes en font un accord harmonieux. Enfin, l’amertume du chocolat équilibre et atténue la sucrosité du vin (et inversement).

Il est parfois conseillé de tenter l’accord vin rouge – chocolat, notamment lorsque ce dernier est riche en cacao. On préfère dans ce cas un vin assez tannique, notamment du Rhône (Châteauneuf-du-Pape par exemple), de Madiran ou de Bandol, dont les tanins répondront à ceux du cacao et qui peuvent eux même, comporter des arômes de cacao, notamment lorsqu’ils sont à maturité. Cet accord original – et en fait assez pratique si le vin en question accompagnait déjà votre plat principal-, peut cependant en rebuter certains. Pensez à prévoir un plan B si vous n’êtes pas sûrs de vous.

Une autre possibilité, pour ceux qui ont le goût du risque, peut-être de tester avec un vin jaune du Jura, dont la puissance aromatique et les saveurs de noix pourraient très bien s’accorder avec celles du chocolat. N’ayant nous-mêmes jamais testé cet accord, nous vous conseillons tout de même de faire un essai avant de le servir à Noël.

  • Les accords mets et vins avec les bûches aux fruits

Pour une bûche aux agrumes, les possibilités sont nombreuses, notamment en ce qui concerne les vins liquoreux. En effet, la forte sucrosité des vins liquoreux nécessite absolument un élément aussi puissant pour équilibrer l’accord, qu’il s’agisse d’acidité ou bien d’épices, il faut que les saveurs soient marquées et tranchantes. De plus, l’acidité des agrumes devraient également mettre en valeur la fraîcheur du vin, présente dans la plupart des grands vins liquoreux. On peut donc conseiller des vins de Sauternes, Vouvray, Jurançon ou encore les vendanges tardives et sélections de grains nobles alsaciens, ou encore des tokays (Hongrie).

Pour une bûche aux fruits rouges, dessert généralement bien acidulé, moins acide et plus sucré que les agrumes, nécessitent des vins d’une belle fraîcheur. Les champagnes rosés sont une bonne option, surtout lorsqu’il s’agit de champagne de belle acidité et pas trop vineux (plutôt des rosés d’assemblage que des rosés de saignée donc). Les autres bulles rosées comme les crémants d’Alsace rosé sont également les bienvenus.

Pour une bûche aux fruits blancs (pommes, poires), aux saveurs plus douces et moins marquantes que les deux précédentes, un vin moelleux relativement frais ferait un bon accord, tout comme un champagne assez dosé. On pense ici à des vins de sucrosité intermédiaire, comme les vouvrays ou les vins alsaciens (gewurztraminer, riesling et pinot gris en vendanges tardives ou sélection de grains nobles), des rieslings allemands légèrement suaves, ou encore les champagnes demi-secs (ou autres effervescents comme le moscato d’Asti). En effet, les fruits blancs n’étant pas porteur d’une grande acidité, il faut choisir des vins sucrés puisqu’il s’agit d’un dessert, mais plutôt moelleux que liquoreux ; les bulles sont un plus pour donner un peu de relier à cet accord.

Pour une bûche aux fruits exotiques, là encore le rapport sucrosité-acidité est primordial : s’il s’agit de fruits très acides comme le fruit de la passion, on peut se permettre de choisir des vins très riches comme les sauternes et les jurançons, en revanche, s’il s’agit de fruits plus doux tels que les litchis, la mangue, ou l’ananas, il faudra opter pour des vins plus équilibré grâce à une belle fraîcheur, comme les vouvrays ou les vins alsaciens.

  • Les bûches de Noël aux marrons, praliné ou à la vanille

Pour une bûche aux marrons, l’accord est assez difficile. Les vins doux naturels sont de nouveau un bon choix pour ce fruit d’automne, dont on peut retrouver des arômes dans les VDN. Il s’agit d’un accord harmonieux et doux. Une autre option peut être de tenter l’accord avec un macvin du Jura ou un vin de paille, dont les arômes pourraient bien s’accorder avec les marrons.

Pour une bûche au praliné, il faut trouver un vin apportant à la fois de la douceur et une intensité de saveurs. On peut par exemple opter pour un vieux madère, qui devrait apporter des saveurs de noisettes proches de celles du pralin ; ou encore, un marsala.

Pour une bûche à la vanille, vous pouvez choisir un vin moelleux frais et léger, à la matière aérienne, comme des rieslings moelleux d’Alsace ou d’Allemagne, ou encore un tokaji aszù 3 ou 4 puttonyos.

A noter : vous savez combien nous apprécions, chez iDealwine, les délicieux cidres et poirés d’Eric Bordelet. Nous ne saurions trop vous les recommander en accompagnement de vos desserts aux fruits, mais aussi aux marrons, praliné ou vanille. Voilà une délicieuse – et très légère – façon de clore vos agapes. Votre famille devrait vous remercier ;).

Voir tous les vins actuellement en vente

Consultez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le Blog iDealwine :

Les accords mets et vins avec un sauternes

Quels accords sur deux plats de Noël : volaille farcie et gibier?

Quels accords mets et vins avec un vin doux naturel ?

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Vins de victoire, vins de défaite : lequel choisirez-vous ?

Pour célébrer la victoire ou se remettre d'une défaite, rien de tel qu'un bon verre de vin. Une façon aussi de se réconcilier avec l'adversité, voire avec l'adversaire.

Chateau Reynon

Château Reynon : le jardin secret de la famille Dubourdieu

Aujourd’hui, laissez-nous vous guider au cœur du château Reynon, le « jardin viticole » secret des Dubourdieu.

NOUVEAU : repérez en un clic les vins bio sur iDealwine

Il y a encore du nouveau sur le site iDealwine - on ne le dira jamais assez, mais ce n’est pas pour rien que l’on a reçu le prix de ...