vin-rare-2005 bordeaux

Les résultats des dernières enchères on-line ont consacré la réussite des grands crus bordelais de 2005 (et pas seulement). Dans le même temps la Bourgogne était le théâtre de belles batailles d’enchères sur les millésimes matures des grands domaines de la Côte de Nuits. Revue de détail.

Les amateurs asiatiques ont été particulièrement actifs lors de cette vente, jetant leur dévolu sur les lots de Lafite, Margaux (et son second vin Pavillon Rouge), Haut Brion, et, sur la rive droite, Petrus, Cheval Blanc et Angélus. Pour autant, les prix sont demeurés pour l’essentiel stables, les millésimes les plus anciens affichant une légère hausse (+6% pour Petrus 1983 à 1200€, +8% pour Lafite 1985 à 428€), de même qu’Angélus, en progression de 9% dans le millésime 2005 (424€).

On notera également les bonnes performances de La Mission Haut Brion (266€ pour le 1998, +11%) et, sur la rive droite, du château Gazin 2005 : une caisse de 12 bouteilles a été adjugée 1104€ (soit 92€ la bouteille), un résultat en hausse de 21% sur la cote iDealwine.

En Bourgogne, les acheteurs européens et asiatiques se sont disputé les millésimes matures des vins du domaine Roumier, faisant repartir les prix à la hausse. Le Chambolle-Musigny 1er Cru Les Amoureuses 1988 s’établit à 1140€, soit une envolée de 82% ! Un bonnes-mares 1999 est adjugé au même prix, soit une surcote de 33%. Le 2009 stagne, quant à lui, à 780€. Signe que les vieux millésimes sont plébiscités, les vins du domaine Clair-Daü rencontrent un vif succès. Un chambertin 1959 s’envole à 1200€ tandis qu’un chambertin Clos de Bèze 1976 atteint 450€. Au domaine de la Romanée Conti le millésime 1984 suscite aussi de belles bagarres d’enchères, et un flacon de romanée-conti de ce millésime est remporté par un amateur de Hong Kong à 7080€.

Dans la vallée du Rhône, si les côte-rôtie du domaine Guigal font actuellement du sur-place en termes de prix, on note la bonne tenue des vins des domaines Jamet et Chave. Dans la plupart des millésimes Château Rayas s’inscrit en hausse, de même que, à Condrieu, la cuvée Terrasses de l’Empire 2009 (65€).

En Alsace, un vin exceptionnel se distingue : le riesling clos Sainte Hune 1983, une rareté adjugée 408€ (+38%). De belles enchères aussi sont à noter pour les rieslings et pinots gris Rangen de Thann du domaine Zind-Humbrecht.

En Champagne, les flacons de Dom Pérignon étaient présents en nombre dans cette vente, et ils ont enregistré de beaux résultats : 390€ pour le 1982 (+66%), 348€ pour le 1973 (+45%), ou encore 270€ pour le 1988 (+31%). La maison Taittinger est également plébiscitée, la cuvée Collection Vasarely 1978 partant pour 264€ (+41%).

Dans la Loire, si le Clos Rougeard continue à occuper le devant de la scène avec de belles enchères, notamment pour son saumur-champigny Les Poyeux 1999 (300€), quelques noms se détachent, ceux des domaines Delesveaux (Coteaux du Layon), des Baumard (Savennières) et du Collier (Saumur).

Parmi les vins étrangers la présence – rare – de la fameuse cuvée Screaming Eagle (Napa Valley) n’est pas passée inaperçue : une bouteille issue du millésime 2009 a atteint 1758€. Notons également, au chapitre des grandes raretés, ce flacon de Whisky Karuizawa 1981 venu de l’île de Honshu-Nagano  (Sherry – Single Cask n° 152) vendu 3468€ à un amateur belge.

Vendre son vin avec iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pour gérer votre cave, démarrez son estimation. Cette fonction nécessite de devenir membre du site (gratuit)

A lire également dans le Blog iDealwine :

Enchères du 9 décembre : une bouteille de Romanée-Conti 2005 adjugée 11 880€

Laisser un commentaire