Acquis par une Chinoise, le Château Listran doit changer de nom à cause de … la Chine !

listranParadoxe ou clin d’œil : Château Listran, un château bordelais appartenant depuis l’an dernier à une Chinoise doit changer de nom car il est victime d’un dépôt de marque antérieur… en Chine !

A l’heure où la saga chinoise se poursuit dans le vignoble bordelais, certaines propriétés – passées sous pavillon chinois –  ne sont donc pas épargnées par le « trademark squatting ». Ce phénomène qui sévit en Chine fait référence à une utilisation abusive d’un nom, rendue possible par une loi complexe en vigueur régissant les dépôts des marques. En effet, la loi protège et donne raison au premier déposant d’une marque sans savoir s’il en est le légitime propriétaire. Ainsi, la marque « Listran » existait déjà en Chine. Il était alors interdit au « vrai détenteur » du château français d’y commercialiser ou vouloir y déposer ce nom à son tour.

C’est donc le cas ici. Le Château Listran n’a pas obtenu gain de cause face à son adversaire et a été contraint de changer de nom. Pour se protéger et combattre cet abus, la propriétaire a décidé de reprendre l’ancien nom du domaine, le château l’Estran.

La propriété a été acquise l’année dernière par une chinoise, Madame Cheng, dirigeante d’un groupe immobilier. Le domaine s’étend sur 28 hectares à Jau Dignac et Loirac au nord du Médoc et le château est classé cru bourgeois depuis 1988. Le millésime 2010 sera donc le premier à être commercialisé sous le nom château l’Estran.

Le retour à l’ancien patronyme permet ainsi de se débarrasser de toute confusion avec le Château Listran « chinois » même si le nom demeure proche. Ceci sert d’ailleurs la nouvelle stratégie employée par le domaine visant à vendre plus cher le vin du Château L’Estran en Chine.

Le fait qu’une chinoise soit victime d‘une pratique chinoise abusive prouve bien qu’il est très difficile de prévenir et de se protéger contre cette pratique. Les châteaux français et surtout bordelais incarnent la cible parfaite grâce à leur prestige et à la manne qu’ils représentent sur le marché chinois.

Avis aux producteurs français souhaitant commercialiser leurs vins en  Chine : afin d’éviter de pâtir de ce phénomène, les producteurs doivent prendre le soin d’enregistrer leur nom en Chine le plus tôt possible (ainsi que dans sa traduction en mandarin) afin d’être totalement protégés. Aujourd’hui, seul le Château Ausone a réussi à convaincre le chinese trademark office de l’utilisation abusive de son nom. Si le château a gagné son procès, c’est grâce à la reconnaissance mondiale de son nom, que le déposant chinois ne pouvait ignorer, forcé d’avouer et révélant au grand jour sa mauvaise foi.

Consultez les ventes de vin sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Consultez la cote d’un vin

Programmez une alerte sur vos vins préférés

Demandez une estimation en vue de vendre vos vins

A lire également dans le Blog iDealwine :

Lafite contre Lafite, la guerre des noms dans le sud-ouest

Château Ausone gagne un procès en Chine pour protéger son nom

Et si la Chine boycottait les vins européens ?

L’investissement chinois reste minime dans le Bordelais

Un palmarès des 100 vins les plus recherchés aux enchères sur iDealwine

Le Château Bellefont-Belcier vendu à un Chinois : une première pour un grand cru classé de Saint-Emilion

 

Tags:

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

VPF-20140116-soldes

SOLDES iDealwine : pas de pénurie pour les vins de Bourgogne !

Le monde entier s’en désole : les récoltes 2012 et 2013 ont été si faibles en Bourgogne que les vins de cette région vont se faire rares sur le marché. ...

4ème édition du CAV’IT : l’EM Lyon rattrape Oxford

Pour la 4ème édition du concours de dégustation inter-école CAV'IT, organisé par AgroParisTech, c'est l'EM Lyon qui a de nouveau remporté la première place.

L’investissement chinois reste minime dans le Bordelais

Il y a parfois de vraies nuances entre l’impression laissée par le bruit médiatique et la réalité du terrain. Ces derniers mois on a beaucoup parlé d’achats de domaines par ...