Sociando-Mallet : le coup de maitre de Jean Gautreau

Sociando Mallet

« Seuls les châteaux qui voient la Rivière produisent des grands vins ». Peut-être que Jean Gautreau avait cette maxime médocaine en tête lorsqu’il acheta Sociando-Mallet en 1969. La propriété était en lambeaux et, à part sa proximité avec la Gironde, peu d’éléments laissaient présager du potentiel de ce domaine. Près de 50 ans plus tard, le château produit des vins dont la régularité impressionne et, sans complexe, il talonne des Seconds Crus Classés. Retour sur la formidable histoire d’un cru bourgeois pas comme les autres.

Le vin et l’eau

Carte des appellations du Médoc
© Vins de Bordeaux

Dans le Médoc, quatre appellations communales sont parvenues à se hisser parmi les plus recherchées au monde : Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien et Margaux. Ces quatre appellations voisines de la Gironde concentrent d’ailleurs 55 crus classés sur 61. Comme pour de nombreuses régions viticoles, l’eau joue un rôle majeur dans l’élaboration d’un grand vin. A Bordeaux, plus on se rapproche du fleuve, plus le sol est pauvre, généralement composé des graves qui constituaient l’ancien lit du cours d’eau. D’autre part, celui-ci régule la température : il y fait plus frais l’été et plus chaud l’hiver. Ce régulateur naturel aide à produire de meilleurs vins dans des millésimes extrêmes (canicule, ou gel hivernal).

Mais cette proximité géographique fut également un atout d’un point de vue commercial. Avoir un accès direct au fleuve permettait à l’époque d’expédier plus facilement les vins par bateau.

Jean Gautreau, le défricheur

Jean Gautreau naît en 1927 à Lesparre. Bien que médocaine, sa famille ne travaille pas du tout dans le monde du vin. Jean se passionne davantage pour le tennis où il brille en atteignant les demi-finales de Roland Garros en junior. Après son service militaire, il retourne à Lesparre en 1948 pour travailler dans la société de courtage Miailhe. Deux ans après, il décide de se mettre à son compte et de créer sa propre société de négoce.

La fibre entrepreneuriale ne le quittera jamais. En 1969, à la recherche d’une propriété à acquérir pour l’un de ses clients, il découvre Sociando-Mallet. Le domaine n’est pourtant pas en bon état et ne couvre que cinq hectares de vignes. Il l’acquiert pour 250 000 francs. Sa conviction que ce terroir peut donner un grand vin ne le quittera jamais, et ce, jusqu’à sa disparition en novembre 2019. Sous son impulsion, les bâtiments sont rénovés, et des parcelles voisines sont acquises. La propriété ne cesse de gagner en notoriété, aidée en cela par quelques vins sublimes : 1975, 1982, 1990 ou encore 1996. Petit à petit, l’investissement de Jean Gautreau pour la propriété devient total : il revend son activité de négoce pour se consacrer entièrement à Sociando-Mallet. Il fut donc ainsi l’un des rares propriétaires à s’impliquer aussi directement dans les vinifications.

Le terroir de Sociando-Mallet

Sociando-Mallet
© Sociando-Mallet

Le sol de la propriété est principalement composé de graves (de l’époque guntzienne) qui ne sont pas sans rappeler celles des châteaux Latour et Montrose. Le sous-sol est argilo-calcaire, à la manière de Saint-Estèphe. Il faut dire que le château se situe juste au nord de Calon-Ségur et de cette dernière appellation.

L’appellation Haut-Médoc comprend plus de 4 500 hectares de vignes répartis sur vingt-neuf communes. Difficile de relever des traits communs tant elle présente des sols et des terroirs différents du nord (avec Sociando-Mallet au nord de Saint-Estèphe) au sud (Cantemerle au sud de Margaux). Une chose est sûre : les vins de Sociando-Mallet évoquent davantage les saint-estèphe. La propriété est d’ailleurs souvent comparée à Montrose par la nature de son sol. Les conditions climatiques y sont également assez similaires avec davantage de précipitations que dans le reste du Médoc. Avec des sols argileux qui retiennent l’eau, les crus les plus septentrionaux brillent dans les années chaudes (récemment 2003, 2005, 2009 ou 2010). A Sociando-Mallet, l’encépagement est constitué à 54% de merlot, à 42% de cabernet sauvignon et à 4% de cabernet franc. La proportion élevée de merlot apporte un superbe toucher de bouche au vin et le rend accessible plus jeune que certains crus voisins. Pour autant, la dégustation de millésimes anciens nous prouve l’énorme capacité de vieillissement de ces crus qui égalent de nombreux seconds crus classés.

 

Les vins du château Sociando-Mallet

Château Sociando-Mallet : 

Vêtu d’une robe remarquablement sombre, le vin de Château Sociando-Mallet présente de puissants arômes de framboise et de pain grillé. Concentré et corsé dans sa jeunesse, il devient magnifique de richesse et de souplesse avec l’âge, promettant une longue garde d’une vingtaine d’années. Un pot-au-feu de canard ou des rognons flambés au cognac seraient complices du plaisir le plus savoureux…

Demoiselle de Sociando-Mallet Second Vin : 

Demoiselle de Sociando Mallet est le Second Vin de Château Sociando-Mallet. La vinification se fait en cuves inox et l’élevage est réalisé pour un quart en barriques neuves pendant 11 mois, le reste en inox avant 7 mois d’homogénéisation en cuves. Vêtue d’une robe remarquablement sombre, La Demoiselle de Sociando présente de puissants arômes de framboise et de pain grillé. Concentrée et corsée dans sa jeunesse, elle gagne en richesse et souplesse avec l’âge.

Sociando-Mallet, ce qu’en disent les guides

Guide RVF (une étoile sur trois) :

Figure de Bordeaux, Jean Gautreau a fait Sociando Mallet. Homme visionnaire, il a bousculé tous les codes et a hissé le cru en une cinquantaine d’années au sommet des vins du Médoc. Bien des millésimes de Sociando Mallet équivalent à de très bons crus classés. Jean Gautreau s’en est allé fin 2019, laissant à sa fille une propriété à la notoriété très forte auprès des amateurs. Largement diffusé en France et en Belgique, le cru demeure une valeur sûre et propose surtout un rapport qualité-prix toujours optimal. Un vaste projet de replantation a été initié depuis une dizaine d’années, contraignant le cru à élaborer des vins plus “merlotés”.

Guide Bettane+Desseauve (trois étoiles sur cinq) :

Figure incontournable du Médoc, Jean Gautreau était l’un des artisans du renouveau de ses crus. Respecté par ses pairs, il a hissé Sociando-Mallet au niveau d’un cru classé, agrandissant largement le vignoble depuis son achat en 1969. Aujourd’hui, sur les 85 hectares de la propriété, une cinquantaine a le niveau d’un troisième voire d’un second cru classé. Ce sont des vins de référence, avec un toucher et une identité inimitables. Médocains dans l’âme, ils ont toujours beaucoup de finesse.

Voir Les vins du château Sociando-Mallet

Voir les vins de Bordeaux en vente sur iDealwine.

Voirtous les vinsactuellement en vente

Tags:

  • Voir les commentaires (2)

  • zaz27

    Quelle chance ai-je ! J’ai deux magnums de 90 et 24 bouteilles de 96, entre autres…

    • iDealwine

      Oui, ce sont des vins de très belle garde ! Et 1990 et 1996 sont de superbes millésimes, bravo à vous !
      La rédaction

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

château-reignac-bordeaux

Château de Reignac : un « petit » parmi les plus grands

Découvrez l’histoire de ce bordeaux supérieur, reconnu comme étant le fleuron de la région de l’Entre-deux-Mers.

A l’assaut de la colline de Corton : un grand cru à découvrir absolument !

Dédiée à 99% à la production de vin rouge, l’appellation Corton peut se prévaloir de produire l’unique grand cru rouge de la côte de Beaune. Et quel grand cru ! ...

Domaine Marcel Lapierre, la référence des grands vins nature du Beaujolais

Le domaine Marcel Lapierre s'est rapidement imposé comme l'un des domaines les plus réputés du Beaujolais et également comme l'un des fers de lance des vins nature.