Primeurs 2021 : les impressions d’iDealwine sur le millésime 2020

Degustations-primeurs-millesime-2020

Alors que les dégustations primeurs sont terminées, les œnophiles se demandent à quoi peut ressembler ce millésime 2020. On ne va pas garder le suspense plus longtemps, il s’agit d’un vrai grand millésime à Bordeaux et parfois même pour certains vins un TRÈS grand millésime.

Les conditions climatiques : un millésime précoce

L’année 2020 a débuté avec un hiver relativement doux suivi par un printemps lui aussi chaud ce qui a entrainé un débourrement de la vigne précoce, en avance de 2 à 3 semaines. Ce printemps chaud et humide a favorisé une croissance rapide de la vigne. La floraison s’est déroulée à la fin du mois de mai, dans de bonnes conditions (temps chaud et sec). A partir de début juin, le temps se dégrade et les pluies sont fréquentes, engendrant une forte pression du mildiou, mais rapidement, le temps change et une période sèche s’installe durant près de deux mois. A partir de début août la sécheresse entraîne un stress hydrique pour la vigne – notamment les jeunes vignes -. Puis, vers le 10 août, des orages éclatent, apportant des quantités d’eau variables selon les secteurs.

La récolte pour les blancs secs s’est faite durant les dix derniers jours du mois d’août ainsi que début septembre. Le début du mois de septembre, sec et ensoleillé, favorise l’accélération de la maturation des baies. Les vendanges débutent vers le 10 septembre pour les merlots, dans de très bonnes conditions. A partir de mi-septembre, l’arrivée de quelques pluies fait du bien aux raisins, mais ces pluies deviennent fréquentes et inquiétantes. La récolte des cabernets suit celles des merlots. Pour les plus précoces d’entre eux, cela se passe dans de bonnes conditions, mais pour les plus tardifs, les vendanges ont dû être rapides à cause du mauvais temps.

Les vendanges

Les blancs secs atteignent un joli niveau, très aromatiques, sucrés, sapides et conservant tout de même un bon niveau d’acidité. Concernant les vins liquoreux, le temps sec a retardé l’installation du botrytis cinerea, qui a tout de même pu se faire à partir des pluies de la mi-septembre. L’essentiel des raisins a été récolté mi-octobre, durant une fenêtre de beau temps. La récolte dans le Sauternais a été faible en quantité, mais la qualité est très satisfaisante.

En conclusion, on peut dire que ce n’était pas un millésime facile, mais plutôt un millésime que l’on peut qualifier de « vigneron », c’est-à-dire où il a fallu travailler et faire les bons choix au bon moment.

Degustations-primeurs-millesime-2020-2

Le style du millésime 2020 : l’équilibre et le classicisme comme maîtres-mots

Le millésime 2020 est selon nous un millésime « classique » de Bordeaux. Attention, nous ne voulons pas dire classique dans le sens banal, mais bien dans le style des grands bordeaux classiques : des vins équilibrés, structurés avec bien sûr des tanins bien présents mais soyeux, de la fraîcheur – à la fois par des niveaux d’acidités qui se sont maintenus, sans être spécialement bas, mais aussi par l’aromatique souvent mentholée – et également, ce peut parfois faire défaut à Bordeaux ces dernières années, des niveaux d’alcool « normaux », pas trop élevés. Les vins sont droits, denses et vraiment équilibrés ce qui semble les destiner à une belle garde. Enfin, c’est aussi un millésime « classique » dans le sens où il n’est par exemple pas incroyablement gourmand comme pouvait l’être le 2016. L’une des forces du 2020 est d’avoir atteint une très belle maturité pour tous les cépages, avec notamment des merlots absolument remarquables. Les cabernets francs étaient parfaitement mûrs, tout comme le petit verdot qui a d’ailleurs parfois été ajouté dans certaines cuvées où il n’était pas auparavant.

De l’avis général des dégustateurs, le millésime est grand des deux côtés de la Garonne. Saint-Estèphe, Margaux, Pessac-Léognan et Pomerol semblent encore plus tirer leur épingle du jeu, avec des vins extrêmement réussis. Pour ce qui est du Sauternais, la qualité est assez hétérogène mais avec de belles réussites par endroit, du fait des complications climatiques et les quantités sont malheureusement très faibles.

Comme souvent en primeurs, les vins de la rive droite se dégustent un peu mieux, le merlot aidant beaucoup à présenter les vins sous un jour très flatteur dès cette période où les nectars sont encore en cours d’élevage.

Vous le savez iDealwine ne vend pas de vins en primeurs mais est bien allocataire des plus grandes propriétés. N’ayez crainte, vous retrouverez donc tous ces vins sur notre site en temps et en heure… En attendant, vous pouvez bien sûr profiter des autres millésimes de Bordeaux prêts à être dégustés.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

Les grands prix de la Revue du vin de France 2020

Comme chaque année la RVF a distingué de grandes personnalités du vin lors d'une soirée spéciale réunissant le Mondovino. Quelques têtes ne vous seront pas inconnues…

Hospices de Beaune 2015

Record de générosité à la vente des Hospices de Beaune

La 155e vente aux enchères des Hospices de Beaune, qui s’est déroulée le dimanche 15 novembre a battu son record de l’année précédente, avec un produit global de 11,347 millions ...

Masterclass iDealwine : un tour dans la vallée de la Loire chez 228 Litres (Paris, le 05/06)

Le 5 juin aura lieu une masterclass sur les vins de la Loire chez 228 Litres. Pierre Renauld y présentera des vins iDealwine. Ne la manquez sous aucun prétexte !