Le vin et la génération Y : de l’importance de l’héritage familial

jeunes-vins-etudeLa dernière étude Ifop/Vin & Société vient apporter un nouvel éclairage sur le rapport des jeunes au vin, en mettant en lumière le poids de l’héritage et de l’éducation familiale.

Vendredi dernier, à l’occasion du Vinocamp Paris, Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop, a présenté les résultats d’une nouvelle étude réalisée avec Vin & Société, sur la génération Y et le vin1.  Est-ce une surprise ? Cette étude nous apprend notamment que le rapport au vin des millénials est avant tout guidé par la reproduction sociale et culturelle : ces jeunes s’inspirent en grande partie du modèle culturel transmis par leurs parents, tant en termes d’image du vin que du type de vins consommés.

Cette étude se concentre sur les jeunes (18-30 ans), que l’on appelle les millénials, ou encore la fameuse génération Y.

Le rapport au vin des millénials : reproduction familiale et transmission

vins-et-jeunes-1Pour commencer, l’étude débute par une nouvelle qui devrait en réjouir plus d’un dans l’Hexagone, puisque notre pays est le deuxième producteur de vin au monde. Elle révèle en effet que sept jeunes Français sur dix déclarent boire du vin, que ce soit de manière régulière, occasionnelle ou rare. Voilà qui place le vin à peu près sur le même plan que les autres boissons alcoolisées, même s’il se trouve légèrement derrière la bière, le champagne, les alcools forts et le cidre. Surtout, on observe que cette proportion augmente avec l’âge : les 18-20 ans ne sont que 59% à consommer du vin, alors qu’ils sont déjà 67% chez les 21 à 24 ans et 76% chez les 25-30 ans.

vins-et-jeunes-2L’une des principales informations de cette étude tient au phénomène de reproduction sociale et culturelle qui s’applique au vin. En effet, 84% des jeunes dont les familles consommaient du vin de manière régulière ont adopté les mêmes comportements de consommation. De la même manière, 74% des jeunes dont les parents ne consommaient jamais de vin, ont adopté le même comportement d’abstinence par rapport au vin. La consommation de vin serait donc largement influencée par l’héritage familial. 63% des sondés reconnaissent d’ailleurs que le vin s’apprend en famille. Il conserve d’ailleurs son image d’art de vivre à la française auquel les jeunes restent attachés (pour 67% des jeunes) et se consomme principalement dans le cadre du repas (73%).

De la même manière, même si globalement, les jeunes estiment s’y connaître peu en matière de vin – pour 70% d’entre eux -, cette proportion diminue largement avec la fréquence de la présence chez les parents de vin ou de champagne à table : ils ne sont plus que 55% à déclarer s’y connaitre peu en vin lorsque la consommation de leurs parents était régulière (contre 88% pour ceux dont les parents n’en consommaient jamais).

Les jeunes comptent d’ailleurs avant tout sur leurs familles pour en apprendre plus sur le vin (40%).

A leur tour, les jeunes témoignent l’envie de transmettre leur connaissance du vin, c’est le cas de 54% des jeunes consommant du vin et ce, d’autant plus lorsqu’ils ont eux-mêmes bénéficié d’une transmission de ce savoir via leurs parents (93% des jeunes lorsque la transmission parentale a été forte).

Une appétence modérée pour découvrir la culture du vin

Seuls 34% des jeunes affirment s’intéresser à la culture du vin. Cette proportion augmente avec l’âge (39% chez les 25-30 ans), la vie en couple (33% pour les célibataires contre 43% pour les personnes vivant en couple), et là encore, la consommation des parents (50% pour les jeunes dont les parents consommaient régulièrement du vin).

Ce qui est frappant dans cette étude, c’est que près des ¾ des jeunes ne se sentent pas capable de parler du vin (72% !!), principalement parce qu’ils ne parviennent pas à en décrire les arômes, qu’ils considèrent le vin comme un univers trop complexe et qu’ils manquent de vocabulaire. A ces jeunes un peu perdus dans le vaste univers du vin, nous conseillons d’ailleurs vivement de s’intéresser à notre rubrique « Apprendre », où nous essayons justement de faire preuve de pédagogie 🙂 .

Vous l’aurez donc compris, si vous souhaitez que vos enfants partagent votre intérêt pour le vin, il faut bien veiller à leur transmettre vos connaissances en la matière…

1 Cette étude a été réalisée au mois de juin 2016, sur un échantillon de de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 30 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne.

Accéder à la présentation de l’étude Ifop/Vin & Société

Tous les vins actuellement en vente sur iDealwine

Recherchez le prix d’un vin

Pas encore inscrit(e) pour participer aux ventes ? Complétez votre inscription, c’est gratuit !

A lire également dans le blog d’iDealwine :

La jeune génération des « Millennials », fer de lance de la consommation de vin aux Etats-Unis

Le vin et les jeunes : entre intérêt et intimidation

Le consommateur français de vin : plus intéressé, plus occasionnel et… plus âgé

Les « Musts d’iDealwine », 50 vins en achat direct pour débuter votre cave

Conseils d’achat : quelle appellation choisir selon le style de vin que j’aime ?

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Sylvie Cazes quitte ses fonctions à Pichon-Comtesse

C’est officiel depuis quelques jours : Sylvie Cazes, directrice des propriétés bordelaises du groupe Roederer depuis seulement deux ans, quittera ses fonctions à la fin de l’année.

Un centre culturel du vin français à Pékin ?

Le ministre de la Relance Patrick Devedjian, et l’écrivain chinois Ya Dang ont mené une délégation d’investisseurs chinois à travers les vignes de la Winery fondée par Philippe Raoux à ...

ladybird and grapes

En quatre ans, la surface du vignoble bio a triplé en France

En 2014, les vignobles cultivés en bio devraient représenter plus de 8% du total du vignoble français, quatre fois plus qu’en 2010. Un peu plus coûteuse, mais avec un véritable ...