Le château des Bachelards | Une ambition féminine à Fleurie

Connaissez-vous la comtesse de Vazeilles ? Née à Versailles, d’une famille auvergnate, c’est à Fleurie que cette passionnée de viticulture décide de s’installer en 2014 en acquérant le château des Bachelards entouré d’une douzaine d’hectares de vignes. Son ambition ? Faire des vins de garde dans une région encore trop réputée pour ses vins gourmands et faciles à boire… Pari certainement réussi, car La Revue du Vin de France en parle justement dans ces termes : « Ici, les vins sont taillés pour la garde et possèdent de la profondeur. »

C’est lors d’un séjour dans le Beaujolais que nous avons rencontré pour la première fois la comtesse Alexandra de Vazeilles. Cette vigneronne déterminée possède un tempérament vigoureux, qui lui a certainement valu d’en arriver là où elle est aujourd’hui. Enfant, elle était déjà passionnée de viticulture. C’est d’abord vers une école hôtelière qu’elle s’oriente, à Lausanne, avant de partir travailler quelques années aux Etats-Unis où elle complète sa formation en commerce et en finance. De retour en France, son désir de devenir viticultrice est plus vif que jamais, elle se dote rapidement de diplômes et apprend chez les plus grands : au château Latour, chez Roulot ou de Montille. Passionnée par le gamay, c’est tout naturellement qu’elle se dirige vers le Beaujolais, afin d’y dégoter la perle rare : une ancienne abbaye dans le village de Fleurie, et ses 12 hectares de vignes. Pas de quoi attendre – qui ne fait pas tellement partie ni du vocabulaire, ni du tempérament de cette entrepreneure – que l’aventure commence ! Toute cette histoire se résume en quelques mots, dans la bouche de la viticultrice « j’ai bataillé pour me faire une place dans le monde du vin, je ne vais pas la céder tout de suite ! »

Le château des Bachelards signifie en langue d’Oil « lieu de Dieu ». Si vous êtes un jour de passage à Fleurie, n’hésitez pas à vous y arrêter. Tournez dans cette rue étroite qu’est la rue de l’abbaye d’Arpayé, ancien nom de cette belle bâtisse. Longez un mur de pierres, et de l’autre côté, le château, habillé d’une épaisse vigne vierge. Ici, vous pourrez apercevoir les vignes et deviner l’intérieur de l’ancien cloître, avant d’y mettre les pieds. Abbaye, vous avez bien entendu. Les moines bénédictins sont en effet à l’origine de ce bâtiment, créant vers 1100 l’abbaye d’Arpayé, qui sera ainsi l’une des filles de Cluny. Comme à leur habitude, ils y plantent des vignes, et dessinent notamment le Clos qui est actuellement derrière la façade principale… L’abbaye est brûlée à la Révolution et est vendue comme bien national. C’est une famille de soyeux lyonnais qui acquiert alors la propriété, qu’elle gardera jusqu’en 2007, au moment où un vigneron l’achète et décide de convertir les vignes à l’agriculture biologique. En 2014, c’est signé, la comtesse Alexandra de Vazeilles est désormais l’heureuse propriétaire de ces lieux riches en histoire. Son ambition est simple et demande pourtant de l’investissement : faire de grands vins dans cette appellation Fleurie. Dès 2015, l’exploitation passe à la biodynamie.

6 hectares de vignes entourent le château, en appellation Fleurie, notamment la parcelle Le Clos aux pieds de l’ancienne abbaye, entourée d’un mur de pierres qui fait le tour de la propriété. A cela s’ajoutent les 6 hectares qui sont partagés entre Saint-Amour et Moulin-à-Vent. La comtesse, également passionnée par le chardonnay, élève un vin blanc provenant de Pouilly-Vinzelles. La viticultrice est épaulée de 4 personnes pour s’occuper du travail de la vigne et des vins. « Quand je suis arrivée, j’ai déjà mis 5 ans à refaire les sols pendant ma conversion à la biodynamie. Cela prend ainsi beaucoup de temps pour que la vie revienne entre les rangs, la vie animale et végétale ». Les vignes sont palissées, ce qui n’est pas tellement la tradition dans le Beaujolais. Ce sont environ 5 grappes par pied qu’Alexandra laisse, avec un espacement suffisant, et celle-ci ne pratique pas de vendange en vert. Des arbres fruitiers parsèment les vignes, de même que des haies. Une fois vendangés à la main, les raisins sont placés dans des cagettes de 16 kg avant de subir un tri afin de ne garder que les grains de qualité. Une fois égrappés, les raisins arrivent par gravité dans les cuves avant que la fermentation ne commence, grâce aux levures indigènes. Des pigeages et remontages sont effectués. Au niveau de l’élevage, la comtesse officie dans des fûts et des foudres, avec environ 30% de fûts neufs pendant 2 ans. Chaque parcelle est bien entendu travaillée séparément afin d’en révéler les caractéristiques avant assemblage. Clou du spectacle, pour encore une fois taquiner les traditions locales beaujolaises, ce sont des bouteilles bordelaises qui accueillent les vins du château des Bachelards.

Les vins

Les vins du domaine ont été relativement bien accueillis par les critiques. Taillés pour la garde, ceux-ci se révèlent élégants et profonds. Ce sont des vins précis qui dénotent bien avec ceux que nous avons l’habitude de boire dans ces appellations, qui était l’un des objectifs qu’Alexandra de Vazeilles.

Le château des Bachelards, ce qu’en disent les guides

  • La RVF (*)

« Embouteillés en bouteilles bordelaises, ils cultivent leur différence, loin des canons des beaujolais souples et friands. Ici, les vins sont taillés pour la garde et possèdent de la profondeur. Le plus accessible est sans nul doute le saint-amour, au profil juteux. Les fleuries sont denses et serrés, à l’image du Clos, vin épicé qui ne se livre qu’après une longue aération. »

  • Bettane+desseauve (**)

« Alexandra de Vazeilles a une personnalité bien trempée, l’esprit entrepreneurial et une volonté de fer, ce qui dénote parfois avec l’esprit vigneron, secret et peu enclin au changement. Il suffit de déguster quelques cuvées du domaine pour saisir la personnalité singulière de ce domaine en vue. Les jeunes 2016 sont remarquables par leur structure et leur précision. L’usage du bois n’est pas un tabou chez la comtesse, mais la signature de beaux vins construits pour la garde. N’est-ce pas l’un des attributs que l’on réserve aux grands vins ? »

 

Retrouvez tous les vins du château des Bachelards.

Tous les vins en vente sur iDealwine

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Décryptage : 1989, 1999 et 2009, les années en « 9 »

Trois années, trois millésimes qui annoncent la (bonne) couleur et présagent d'une garde certaine. Faut-il voir dans ce chiffre 9 un signe particulier ? Un cadeau de la Nature ? ...

Denis Dubourdieu Homme de l'année Decanter

L’œnologue bordelais Denis Dubourdieu sacré homme de l’année Decanter

La revue anglaise Decanter a choisi de récompenser cette année Denis Dubourdieu, professeur d’œnologie, œnologue-conseil et vigneron, en lui attribuant le titre envié d’homme de l’année 2016. La consécration d’une ...

La Méditerranée | Berceau du vin et pépites régionales

La Méditerranée berceau du vin ? Elle borde en tous cas certains des plus beaux vignobles du monde… Débarquez sur les bords de Provence, de Sicile ou de Corse.