La Closerie Saint Roc, le nouveau domaine biodynamique et nature à Bordeaux

Closerie-Saint-Roc

Connaissez-vous la Closerie Saint Roc ? Cette propriété confidentielle appartient pourtant depuis peu à la famille Amoreau, propriétaire du célèbre château Le Puy. Un vignoble où les équipes expérimentent de nouvelles techniques pour pousser encore plus loin la philosophie familiale. Nous avons goûté leur deuxième millésime, ne tardez pas à en faire autant !

Située sur la commune de Puisseguin, non loin des villages de Saint-Émilion et de Pomerol, la Closerie Saint Roc est le petit dernier de la famille Amoreau- propriétaire du célèbre château Le Puy depuis 1610- acquis en 2013 en association avec Harold Langlais. Nous sommes donc très fiers de vous présenter ce nouveau domaine partenaire à l’occasion de la sortie de leur tout premier millésime.

Séculaire, le domaine était au XIIe siècle un lieu de rencontre entre les Anglais, qui occupaient l’Aquitaine, et les Français qui voulaient reconquérir leurs terres. Notons par ailleurs qu’il a un temps appartenu à Alex Anglebin (1807-1902), un aïeul de la famille Amoreau. Ce dernier exploita le vignoble principalement planté en mourvèdre et colombard, avant de le revendre.

Deux siècles plus tard, Pascal Amoreau, représentant de la 14e génération, sa sœur Valérie et Harold Langlais en font l’acquisition, animés par la même ambition. Celle de produire des vins d’exception, grâce à une culture biodynamique et des vinifications naturelles, voire plus naturelles qu’au château Le Puy. Il faut dire que c’est plus simple d’innover sur quelque chose d’un peu plus « vierge », qui n’a ni le poids de la tradition ni une identité déjà bien affirmée, connue et reconnue. Ici les marges de liberté sont plus grandes.

Le vignoble s’étend sur 16 hectares et les vignes, âgées en moyenne de 35 ans, se situent à 90m d’altitude et sont majoritairement composées de merlot (70%), de cabernet-franc (20%) et de cabernet-sauvignon (10%). Les sols sont minces, reposant sur un sous-sol à dominante argilo-calcaire sur socle calcaire, gages de belles acidités et de minéralité. L’équipe a remodelé le vignoble, organisant un découpage parcellaire, replantant des arbres fruitiers et diverses plantes.

Comme pour Le Puy, La Closerie est travaillée en biodynamie à l’aide d’infusions à base de plantes locales telles que la prêle ou l’ortie pour renforcer la vigueur naturelle des vignes.

Au chai, la fermentation par infusion se fait en cuve grâce aux levures indigènes (fermentations spontanées) et sans produits de synthèse ; il s’agit donc bien de vinifications naturelles. L’élevage s’effectue en foudres non neufs durant 24 mois, et la mise en bouteille, sans collage ni filtration.

Un véritable laboratoire pour pousser plus loin la philosophie appliquée au château Le Puy

Closerie-Saint-Roc-3

Un deuxième vignoble donc, tout proche du château le Puy, pour y produire des vins dans la même philosophie. La même philosophie ? Pas tout à fait ! « L’idée est de se faire plaisir et de faire plaisir aux gens, en réalisant des choses différentes de Le Puy. », nous explique justement Harold Langlais. Pour commencer, le terroir diffère et s’avère être un endroit adapté pour en faire une sorte de laboratoire expérimental. Les essais de ce domaine travaillé en permaculture pourront à terme bénéficier au château Le Puy.

De nouvelles techniques de travail des sols sont appliquées : « Pour Le Puy, on a toujours beaucoup travaillé les sols. Mais, finalement, plus on avance, plus on se rend compte que ce n’est pas nécessaire, que les systèmes naturels produisent plus que les systèmes agricoles. A La Closerie, tout est enherbé, les sols moins travaillés et la couverture végétale favorisée. », explique Harold Langlais. La scarification est donc pratiquée pour créer une simple aération des sols.

Comme pour Le Puy, la symbiose est un des éléments principaux de leur réflexion : ils ont, par exemple, mis en place 200 pieds de plantes cassissiers et d’autres plantes qui cohabitent harmonieusement avec la vigne. « La symbiose peut se faire sur différents aspects, entre les racines des plantes, qui s’aident à se nourrir et se défendre. Des plantes qui fleurissent à différents moments de l’année ont été plantées pour créer des voies de pollinisation à travers les vignes et y faire venir les pollinisateurs. »

Closerie-Saint-Roc-4

Des essais sont également menés au niveau des élevages, avec des plus grands contenants (bien qu’ils soient déjà grands au Puy) et d’autres, en amphore. Notons surtout qu’ici le travail est parcellaire, à la bourguignonne, afin de valoriser les singularités de chaque terroir.

L’ultime grande innovation concerne les cépages. Chardonnay, chenin et sémillon seront plantés l’an prochain ! « On s’est dit qu’on voulait tester ces variétés que nous adorons et qui s’épanouiront sur nos magnifiques sols calcaires. », ajoute Harold Langlais.

Ajoutons que l’équipe accorde une grande importance à la respiration : respiration des sols et de la plante, respiration lors des fermentations (en cuves ouvertes) et de l’élevage (dynamisation). « On joue avec l’oxygène, considéré comme l’ennemi du vin et qui est, en réalité, son plus grand allié. La fermentation par infusion permet notamment d’intégrer mieux les tanins et l’alcool ; la dynamisation permet quant à elle de stabiliser le vin puisqu’elle créé du soufre naturel. ». Le fait de travailler sans soufre joue aussi selon eux un rôle majeur dans les textures et le toucher de bouche de leurs vins.

Ce domaine est tout neuf et pourtant, ses vins ont déjà trouvé leur public, notamment auprès de la grande restauration ainsi qu’à l’export sur certains marchés matures comme le Japon et la Suisse. Consulter le pedigree des propriétaires et, surtout, goûter les vins permet de comprendre comment ils ont convaincu si vite les œnophiles !

Le vin de la Closerie Saint-Roc

L’assemblage du vin reflète l’encépagement du domaine. C’est un vin d’une grande finesse, doté d’une jolie tension et d’une belle minéralité. Les tanins sont bien présents mais parfaitement intégrés. L’ensemble est extrêmement digeste.

Voir les vins de la Closerie Saint-Roc

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Classement de Saint-Emilion : le cas du Château Corbin-Michotte interpelle

Le château Corbin-Michotte, une des victimes du nouveau classement de Saint-Emilion en 2012 (il a perdu son rang de grand cru classé) a intenté depuis deux ans, avec deux autres ...

Domaine des Croix : la petite perle bourguignonne

Les vins du domaine des Croix, adulés (à juste titre) par la critique aux Etats-Unis, sont aujourd’hui presque impossible à trouver en France. Un nombre extrêmement restreint de cavistes en ...

notes primeurs 2eme partie

Palmarès des Bordeaux 2012 en primeur : les meilleures notes des grands dégustateurs – 2ème partie

Après l’analyse des notes des dégustateurs français, publiée hier, passons aux anglos-saxons, avec le verdict de Robert Parker, du Decanter et du Wine Spectator sur les vins bordelais du millésime ...