Enchères fabuleuses pour des flacons de Chartreuse

Mystérieuse Chartreuse qui, portée par la passion de quelques inconditionnels continue d’enflammer les enchères… Ces derniers jours, deux bouteilles de chartreuse jaune et verte, « 10 ans », remontant respectivement aux années 1940 et 1944 ont été adjugées 2045€ chaque.

Une Tarragone jaune de la période 1951-1959 atteignait quant à elle 2286€.

Gros succès pour les grands formats également, avec un jéroboam de chartreuse jaune 1952 qui caracolait à 7460€ tandis qu’un flacon de chartreuse verte de même contenance, produit durant la période 1956-1964 s’échangeait à 7219€.

L’histoire de la Chartreuse

En 1605, le Maréchal d’Estrées remet un manuscrit comportant la mystérieuse formule d’un « Elixir de Longue Vie » aux moines de la Chartreuse de Vauvert, à Paris. La recette ne sera réellement exploitée qu’en 1737. A cette date, l’apothicaire de la Grande Chartreuse en fixe définitivement la formule. Toujours fabriqué sous le nom d’”Elixir Végétal de la Grande-Chartreuse”, il titre … 71°. Moins forte en alcool (55°), la Chartreuse Verte, dite “Liqueur de Santé”, sera mise au point en 1764.
La Révolution survient. Les moines sont dispersés, certains sont arrêtés, la survie de l’ordre des Chartreux menacée. Et pourtant, leur secret sera miraculeusement préservé. Les moines réintègrent la Grande Chartreuse en 1816. En 1838, la formule est adaptée, ils produisent une liqueur plus douce, moins alcoolisée, la Chartreuse Jaune, qui titre 40°.

Nouvel épisode douloureux : expulsés de France en 1903, les moines emportent leur secret, et se réfugient à Tarragone en Espagne. Ils y poursuivent la production des fameuses liqueurs dont l’étiquette porte alors la mention « distillée à Tarragone ». Vendue par l’Etat, leur marque est exploitée jusqu’en 1929 par la Compagnie Fermière de la Grande Chartreuse pour la production de liqueurs sans aucun rapport avec celles des Pères Chartreux.
A partir de 1921, les liqueurs des pères Chartreux sont produites parallèlement sur deux sites, à Marseille et à Tarragone. Les bouteilles portent la mention « Une Tarragone ». Car ce n’est qu’en 1929 que les moines retrouveront le droit d’utiliser l’appellation « Chartreuse ». Les recettes des différentes liqueurs restent un mystère. Pas moins de 130 plantes entrent dans la composition de cet élixir. D’abord macérées dans l’alcool, elles sont ensuite distillées. Leur couleur provient des plantes qui les composent. Après un ajout de miel distillé et de sirop de sucre, elles vieillissent ensuite en foudres de chêne.

Recherchez la cote d’un vin sur iDealwine.
Accédez à la liste des vins en vente actuellement.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez aussi

vin

Tendance de marché : le retour des grands millésimes de Bordeaux sur le devant de la scène

Dans la perspective des achats de fin d’année, la dernière vente on-line qui s’est déroulée sur iDealwine jusqu’au 16 octobre dernier a marqué le retour des achats de grands millésimes ...

894-Etiquette Bouteille

L’appellation Richebourg plébiscitée lors de la vente on-line du 30 décembre dernier

La dernière vente on-line de l’année 2013, au cours de laquelle était dispersée une seule cave, a été le théâtre de belles enchères sur des grands crus de Bordeaux et ...

10 320€ pour un romanée-conti 1991 (+28%) adjugé le 14 décembre sur iDealwine

Les dernières enchères, conclues en ligne sur iDealwine le 14 décembre dernier, ont mis en lumière les grands crus de ...