Enchères de septembre 2019 | 1999 – 2014, la formidable verticale de Petrus

Chateau Petrus vin enchères iDealwine

Vous avez démarré la rentrée sur les chapeaux de roue comme nous le prouvent les résultats des enchères du mois de septembre. Retour sur les signatures et les régions qui ont marqué les ventes, avec au sommet, un regain d’intérêt pour Bordeaux.

Bordeaux

Une chose est sûre, la verticale de Petrus alignant 16 millésimes de 1999 à 2014 n’est pas passée inaperçue ! Son adjudication à 35 872€ marque une surcote de 5% par rapport au cours habituels sur iDealwine. Preuve que les seconds vins se portent bien aussi, deux lots de six flacons des Carruades de Lafite Rothschild, millésimés 2004 et 2010, ont repris les chemins de la hausse. On se souvient tous de la fin des années 2000 au cours desquelles s’était formée une bulle autour des vins de la propriété. Les Carruades n’avaient pas été épargnées, certains millésimes atteignant le seuil des 300€ la bouteille. Le calme est revenu à partir de 2011. Au mois de septembre, le marché a salué le très beau 2010 en établissant son cours à 241€, tandis que le plus modeste 2004 était acquis à 213€ l’unité.

Enfin, l’intérêt de se dément pas pour les millésimes prêts à boire, nous notons de très jolis résultats sur les 2003 des châteaux Cheval blanc, Petrus, Pichon Longueville Comtesse de Lalande et Lynch-Bages. Le niveau des prix s’avère d’ailleurs très attractif par comparaison avec certains millésimes plus récemment sortis sur le marché.

Bourgogne

La Bourgogne dévoile toujours de belles enchères, à un niveau de cours qui tend à se stabiliser pour les vins du domaine de la Romanée Conti, représenté en septembre par une romanée-conti 2002. Le grand cru La Tâche s’inscrit en légère progression dans le millésime 1998. Autre cru qui fait toujours forte impression et attise les convoitises : le chambolle-musigny 1er Cru Les Amoureuses. Si, comme souvent, celui de Georges Roumier a été très recherché, ainsi que l’attestent les résultats enregistrés sur les millésimes 1999, 2001, 2002, 2006 et 2012, celui du comte Georges de Vogüé a aussi montré de belles évolutions (chambolle-musigny Les Amoureuses 1996 : 402€, +59%). Enfin, Dujac connait un engouement mondial, à en juger les batailles d’enchères qui se sont jouées entre amateurs de Hong-Kong, du Royaume-Uni, de Chypre, des Etats-Unis, d’Italie et de France bien sûr.

Vallée du Rhône

La vallée du Rhône, quant à elle, traverse un contexte de stabilité. Un grand nom se démarque encore et toujours : Château Rayas. Enregistrant de belles évolutions, il a su séduire par des millésimes matures oscillant entre 1999 et 2010.

Champagne

Plus au nord, la Champagne nous montre que nous entrons pas à pas dans une période de fêtes. Pour cela, vous êtes nombreux à avoir eu l’audace de vous tourner vers la maison très pointue d’Anselme Selosse. Caisse panachée des différents terroirs, magnum, lot d’une ou deux bouteilles et nectars millésimés ont rapidement trouvé preneurs !

Loire

Dans la Loire, si le clos Rougeard et le domaine Didier Dagueneau se disputent encore les places du podium, trois lots de savennières du clos de la Coulée de Serrant (1995, 1996 et 1998) ont révélé et confirmé l’intérêt pour ce domaine hors normes, précurseur et chef de file en France pour la biodynamie.

Jura et Alsace

Puisque l’on parle de biodynamie, nous pouvons évoquer le Jura, fief des vins issus de culture saine et de vinifications naturelles. Vous ne serez par surpris d’apprendre que Pierre Overnoy et Jean-François Ganevat se sont encore placés au sommet avec de belles signature comme un arbois pupillin 2011 (Overnoy) ou le côtes-du-jura Les Chalasses Marnes Bleues 2014 (Jean-François Ganevat). En Alsace, une autre figure de la biodynamie se démarque aussi. Il s’agit bien sûr du domaine Trimbach dont le riesling Clos Sainte Hune n’a rien perdu de son prestige… bien au contraire ! 1988, 1995 et 1997 sont autant d’années orientées à la hausse en termes de cours.

Vins étrangers

Si l’on se penche de près sur l’adjudication des vins étrangers, on observe très distinctement le succès des vins italiens et de ceux du nord du pays issus du Piémont et du prestigieux Barolo. Autre phénomène, les amateurs pointus recherchent essentiellement des vins à l’origine issus de petites exploitations familiales dont la consommation ne dépassait pas ou peu le cercle intime. Les vieux millésimes sont donc peut-être devenus de véritables collectors aujourd’hui, aussi voit-on passer des vins encore jeunes… mais matures au sein de nos enchères. Illustrons nos propos avec la référence biodynamique toscane Le Pergole Torte 2010.

Il nous tarde de pouvoir analyser les enchères du mois d’octobre. Pour l’heure, si vous pensez disposer de tels trésors, vous pouvez demander une estimation gratuite afin de revendre votre cave, ou tout simplement consulter leur cote iDealwine.

  • Voir les commentaires (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

commentaire *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez aussi

Enchères : 3800 grands vins pour célébrer les fêtes

C’est une vente aux enchères franchement grandiose qui se déroule jusqu’au  13 décembre ! Vous y découvrirez notamment l’une des plus ...

Domaine Legrand : une histoire de famille et de tradition à Saumur-Champigny

Découvrez le domaine Legrand, une signature de référence de l'AOC Saumur-Champigny, alliant savoir-faire et respect des traditions.

Une Cave en Or à la Tour d’Argent : résultats et records

Avec 1,542 million d’euros de produit final (frais compris), la vente aux enchères de la cave de la Tour d’Argent est sans conteste l’un des événements phare de cette fin ...